Changer d'édition

L'Aleba réclame le télétravail jusqu'en septembre
Luxembourg 2 min. 09.06.2020

L'Aleba réclame le télétravail jusqu'en septembre

Pour l'Aleba un retour massif des salariés belges au 1er juillet est impensable.

L'Aleba réclame le télétravail jusqu'en septembre

Pour l'Aleba un retour massif des salariés belges au 1er juillet est impensable.
Phot: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 09.06.2020

L'Aleba réclame le télétravail jusqu'en septembre

Le premier syndicat du secteur bancaire et des assurances conteste l'accord aujourd'hui en place avec la Belgique. Les frontaliers français et allemands sont aussi concernés par la prolongation du travail à domicile.

(DH) - Amorcé par étapes depuis le début de ce mois de juin dans le secteur financier, le déconfinement pourrait connaître quelques sévères désagréments si tous les employés regagnaient leur poste de travail en même temps. Une situation évoquée par l'Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance (Aleba) qui s'alarme de la fin possible du télétravail pour les salariés résidents belges, c'est-à-dire au 30 juin. Le syndicat qui compte plus de 10.000 membres demande ainsi une prolongation du travail à domicile jusqu'au 1er septembre.

Au 30 juin, selon Roberto Mendolia, le président de l'Aleba, «il sera impossible pour les entreprises d'accueillir les salariés dans les conditions sanitaires requises». Le président du premier syndicat du secteur financier dénonce «un accord déconnecté de la réalité» qui organisait la reconduction du télétravail à partir du 1er juillet. C'est-à-dire, seulement une semaine à l'avance, «ce qui ne laissait ni aux salariés ni aux entreprises de temps pour s'organiser correctement».


L'avenir du télétravail des frontaliers reste flou
La crise du covid-19 a contraint le Luxembourg et ses voisins à revoir leurs règles fiscales en matière de travail à domicile. Si la durée d'application des accords signés avec l'Allemagne, la Belgique et la France devrait prendre fin le 30 juin, le ministère des Finances n'exclut pas une prolongation.

«Les entreprises devraient donc choisir de les renvoyer travailler à la maison, avec les impacts fiscaux, voire sociaux, que cela pourrait rapidement avoir pour eux, selon le nombre de jours qui seront alors prestés depuis le domicile», insiste l'Aleba.  «Ou, pire, de renvoyer à domicile les salariés résidents, pour lesquels il n'y a pas de limite dans le télétravail, ce qui serait complètement ubuesque.» 

Pour l'Aleba, avec les règles sanitaires qui doivent s'appliquer en entreprise: la distanciation sociale, la suppression d'un bureau sur deux, etc, les employeurs ne prendront pas de risque et n'accueilleront pas les salariés sur site, préférant leur demander de continuer de travailler depuis leur domicile, mais sans plus de gel fiscal des jours de télétravail.

Pour éviter tout risque, l'Aleba demande au gouvernement de renouer le contact avec les autorités belges pour formaliser une prolongation du télétravail jusqu'au 1er septembre.  «D'ici là, la situation sanitaire aura évolué, la période de congés aura permis aux entreprises de s'organiser et un retour graduel aura pu être réalisé. Evidemment, il devra en être de même vis-à-vis des frontaliers français et allemands», indique encore Roberto Mendolia.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'industrie prête à franchir le pas du télétravail
Elle l'a pratiqué en tant que cheffe d'entreprise, mais c'est comme présidente de la Fédération des industriels luxembourgeois que Michèle Detaille presse l'Etat d'agir pour organiser au mieux l'activité professionnelle à distance.
online.fr, FEDIL, Präsidentin Michèle Detaille,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les syndicats lancent un «SOS tripartite»
OGBL, LCGB et CGFP craignent que le dialogue social ne fasse les frais de la crise du covid-19. Et même si, mercredi, ils rencontrent le Premier ministre, c'est bien un comité à trois (gouvernement, syndicats, patronat) qu'ils ont à nouveau réclamé lundi matin.
L'avenir du télétravail des frontaliers reste flou
La crise du covid-19 a contraint le Luxembourg et ses voisins à revoir leurs règles fiscales en matière de travail à domicile. Si la durée d'application des accords signés avec l'Allemagne, la Belgique et la France devrait prendre fin le 30 juin, le ministère des Finances n'exclut pas une prolongation.
«L'open space doit être repensé»
En raison des mesures d’hygiène et des distanciations sociales imposées, les vastes bureaux ouverts seront-ils la prochaine victime du covid-19? Rien n’est moins sûr selon Pierre Hurt, le directeur de l’Ordre des architectes et des ingénieurs-conseils (OAI). Mais, selon lui, remodeler ces espaces s'impose.
La nouvelle «normalité» se met peu à peu en place
Après le 20 avril et le 11 mai, le Luxembourg entame ce lundi le troisième épisode de son plan de déconfinement, dans un contexte de recul de la pandémie. Retour sur les bancs de l'école des élèves du fondamental, réouverture du Findel mais aussi début des tests à grande échelle figurent au programme.
Lokales, Vorbereitungen in den Schulen in Remerschen und Bech-Kleinmacher vor der Corona-Rentrée
Le télétravail à l'heure des changements
Les deux mois de confinement passés ont prouvé l'efficacité du télétravail. Mais le cadre légal reste trop restrictif pour donner à cette forme d'organisation plus d'ampleur à l'avenir.
Le télétravail a sauvé des vies
Ce n'est pas un nouvel appel pour contrer le virus mais un constat. Le travail à domicile a fortement prémuni la santé des salariés luxembourgeois jusqu'ici, indique la directrice du LISER. Alors même que le télétravail a explosé, constate le Statec.
Présentation de la nouvelle directrice générale du LISER,Aline Muller. Foto:Gerry Huberty
«Profiter du télétravail après la crise»
«Renforcer l'économie à court terme, la changer à plus longue échéance», telle est en substance la teneur du discours tenu par les présidents de Déi Gréng, Djuna Bernard et Christian Kmiotek, ce jeudi. Dans ce cadre, le travail à distance devrait, selon eux, gagner en importance.
«Un intérêt commun pour la Place d'attirer les meilleurs»
Alors que le secteur financier reste le principal pilier de l'économie, la question de son attractivité reste au centre des discussions. Pour l'Aleba, principal syndicat de la Place, la nouvelle convention collective doit garantir cette situation, même si «certaines ambiguïtés» demeurent.
Wort.fr, interview de  Roberto Mendolia, Aleba Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort