Changer d'édition

L'Aleba perd ses pouvoirs d'un chouïa
Luxembourg 3 min. 04.04.2019

L'Aleba perd ses pouvoirs d'un chouïa

Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba: «Il y a des lois que nous considérons comme discriminantes».

L'Aleba perd ses pouvoirs d'un chouïa

Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba: «Il y a des lois que nous considérons comme discriminantes».
Photo: Chris Karaba / Luxemburger Wort
Luxembourg 3 min. 04.04.2019

L'Aleba perd ses pouvoirs d'un chouïa

Maurice FICK
Maurice FICK
Il manque 0,78% des voix au premier syndicat du secteur bancaire pour conserver son sceptre de la «représentativité sectorielle». Une situation inédite après des élections sociales que devra trancher le ministre de l'Intérieur.

Un merci en trois langues et un «grâce à vous, l'Aleba reste le syndicat majoritaire dans les entreprises du secteur financier» est affiché sur le site internet de l'Aleba depuis que les résultats des élections sociales sont tombés. Mais rien sur le même site ne laisse transparaître le malaise créé par les 0,78% de voix qui manquent pour décrocher la représentativité sectorielle, fixée par le code du Travail à 50%. L'Aleba a officiellement obtenu 49,22% des voix dans le groupe 4 (services et intermédiation financiers) de la Chambre des salariés (CSL).


Interview avec le président OGBL, André Roeltgen - Esch/Alzette -  - 31/01/2019 - photo: claude piscitelli
André Roeltgen ne rempilera pas à la tête de l'OGBL
Après la perte de trois sièges à la Chambre des salariés, l'actuel président du syndicat a annoncé mardi qu'il ne briguera pas un second mandat. Une annonce qui ouvre la voie à Nora Back, secrétaire générale depuis juillet dernier.

«En termes de voix et de sièges, nous sommes les premiers à la CSL et en termes de résultats dans les entreprises du secteur bancaire aussi... mais nous perdrions la représentativité sectorielle. C'est totalement injuste!», se contient à peine Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, dont l'objectif de départ était bien de «conserver sa majorité et même de l'augmenter».

C'est raté et les conséquences sont lourdes, d'où l'énervement. Car la position de leader perd de sa substance sans la fameuse représentativité sectorielle. Sans elle, l'Aleba ne peut plus signer seule de convention collective de travail et ne sera plus invitée, de droit, à la table des négociations en cas de plan social.


Table ronde Digitalisation LCGB - Patrick DURY - Président national du LCGB -  Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le LCGB tire un bon bilan des élections sociales
Avec trois sièges de plus à la Chambre des salariés (CSL) et 218 mandats de délégués du personnel, le LCGB est sorti nettement renforcé des élections sociales.

Rôle qui reviendrait, si on applique la loi, aux syndicats nationaux, c'est-à-dire l'OGBL (31,58% des suffrages) et le LCGB (19,20%). «Il y a des lois que nous considérons comme discriminantes», glisse le secrétaire général de l'Aleba qui compte bien se tourner vers Dan Kersch, le ministre de l'Intérieur, pour plaider sa cause. Jeudi, il n'avait pas encore fait ce pas.

L'idée d'une coalition rejetée

Le conseil d'administration de l'Aleba lui a donné le mandat, mardi. Tout comme il a décidé de ne pas faire de coalition avec l'OGBL -secteur financier ou le LCGB. «Nous avons fait le choix de garder strictement notre indépendance politique , c'est notre ADN», pose Laurent Mertz

Le secrétaire général de l'Aleba, en «a informé dès mardi midi» Véronique Eischen de l'OGBL-secteur financier et Patrick Dury, président national du LCGB. Mais ne ferme pas ses portes pour autant: «Ce n'est pas parce qu'on ne fait pas de coalition qu'on ne va pas continuer à travailler ensemble sur des thématiques transversales dans l'intérêt des salariés», explique Laurent Mertz.


Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba
Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.

Si la tête de l'Aleba s'est clairement positionnée, elle n'a, en revanche, en cette période cruciale de constitution des délégations du personnel dans les entreprises (du 2 au 12 avril), pas donné de consigne nationale et préfère laisser la main aux fractions Aleba en place. A elles de faire coalition avec le partenaire de leur choix au sein de l'entreprise quand c'est nécessaire.

«Le ministre tranchera»

La situation inédite créée par les urnes des élections sociales donne du fil à retordre aux juristes du ministère du Travail. Ils sont en train d'éplucher les articles 161-6 et 161-7 du code du Travail qui portent sur la représentativité dans un secteur spécifique.

«Nous devons analyser tous les résultats dans les détails et pas seulement tenir compte des résultats pour la Chambre des salariés mais aussi ceux obtenus dans les entreprises. Ce n'est qu'après cette analyse que le ministre tranchera», explique Pierre Hobscheit, conseiller de gouvernement adjoint au ministère du Travail.


Sur le même sujet

L'OGBL conserve sa mainmise sur la Chambre des salariés
La publication, dimanche, des résultats définitifs des élections sociales confirme la majorité du syndicat au sein de l'organe représentatif des salariés et des pensionnés. Il perd en revanche trois sièges par rapport à 2013, dans un contexte de recul de la participation.
Sozialwahlen, OGBL, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les dirigeants syndicaux réagissent après les élections sociales
Un «excellent» résultat pour le président du LCGB. Un président de l'OGBL «satisfait». Et un secrétaire général de l'ALEBA «plutôt satisfait». Le décompte des élections sociales dans les entreprises se poursuit et les premiers gros résultats permettent aux responsables syndicaux d'afficher le terrain conquis.
Sozialwahlen/ Soirée électorale LCGB/ Politik/ Patrick Dury/ 12.03.2019 / Foto : Caroline Martin

, Sozialwahlen, Soirée électorale LCGB

 Politik, photo : Caroline Martin
Les enjeux des élections sociales
Ce 12 mars marque une double élection au Luxembourg. Plus de 520.000 salariés et retraités sont appelés à élire leurs représentants en entreprises, mais aussi à la Chambre des salariés. Explications.
Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.
Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba