Changer d'édition

L'Aleba invite les patrons à payer les tests
Luxembourg 07.12.2021
Extension du CovidCheck

L'Aleba invite les patrons à payer les tests

A partir du 15 janvier, les travailleurs luxembourgeois non guéris et non vaccinés, devront fournir un test négatif pour se rendre au travail.
Extension du CovidCheck

L'Aleba invite les patrons à payer les tests

A partir du 15 janvier, les travailleurs luxembourgeois non guéris et non vaccinés, devront fournir un test négatif pour se rendre au travail.
Photo : dpa
Luxembourg 07.12.2021
Extension du CovidCheck

L'Aleba invite les patrons à payer les tests

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Le syndicat majoritaire du secteur financier luxembourgeois n'a pas été invité aux négociations sur l'extension du CovidCheck. Ce qui ne l'empêche pas de fournir, mardi, des recommandations quant à son application dans le monde du travail.

C'est une mesure qui n'a pas fini de faire réagir. L'extension du dispositif CovidCheck à l'ensemble des bureaux, chantiers, ateliers et autres lieux de travail du Luxembourg a été actée vendredi. Autour de la table, la CGFP, l'OGBL et le LCGB se sont installés pour discuter avec l'exécutif et le patronat. L'ALEBA, le représentant syndical majoritaire du secteur financier n'a, pour sa part, pas été consulté lors de cette semaine de pourparlers.


online.fr, Henry-Michel Cauchie, Wasserproben in Corona-Zeiten, Kläranlage, centre eaux de station épuration, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Pas de licenciement pour les salariés anti-CovidCheck
Après une semaine de négociations, syndicats, patronat et gouvernement se sont entendus sur les sanctions liées à l'extension du dispositif CovidCheck au monde du travail.

Ce mardi, le syndicat ne manque pourtant pas de réagir suite aux décisions qui ont été actées vendredi. A partir du 15 janvier, les travailleurs qui ne sont ni vaccinés, ni guéris, seront priés d'aller se faire tester pour travailler. Une mesure qui ne sera pas sans conséquence sur le porte-monnaie des employés, et à laquelle l'ALEBA propose une solution simple : que les entreprises prennent en charge «les coûts liés aux tests des employés non vaccinés dont la présence s'avère nécessaire sur site».

Le représentant syndical majoritaire du secteur financier assure que le paiement des tests des salariés par leur société permettrait d'«éviter toute discrimination», mais également de «garantir la paix sociale dans l'entreprise», tout en «garantissant un traitement équitable». Pour les employés qui peuvent travailler depuis la maison, l'organisation réitère sa position sur le télétravail : il est à privilégier. 

Par ailleurs, l'ALEBA reste préoccupé par la prolongation des accords sur le télétravail et la fiscalité des frontaliers. «Nous avons bon espoir qu’un arrangement identique sera trouvé avec nos voisins belges et français avant la fin du mois», fait part le syndicat. Si un accord vient d'être trouvé entre les gouvernements luxembourgeois et allemand, les travailleurs français et belges restent pour l'instant sous le régime dérogatoire jusqu'au 31 décembre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cette évolution de l'application CovidCheck s'adresse principalement aux personnes chargées de contrôler les certificats. Avec cette mise à jour, elles ont désormais le choix entre trois modes : 2G, 3G ou voyage.
Lokales,Covid-Check am Arbeitsplatz.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les 2.000 contestataires qui ont chahuté la capitale, samedi, ont surtout réussi à rassembler un front commun. A être trop radicaux et violents, pas sûr que les manifestants aient rallié beaucoup de soutiens à leur cause.
Zum Abschluss der Demonstration versammelten sich die Protestierer vor der Chamber.
Pas de crainte de licenciement, tests offerts dans certains cas, rétention de jours sur le compte épargne-temps : le syndicat CGFP est ressorti des négociations sur le CovidCheck obligatoire sur le lieu de travail avec diverses avancées.
Illustration Fonction Publique -  Staatsbeamten - Photo : Pierre Matge