L'ALEBA exige le retour à l'indexation automatique des salaires et des pensions

Marc Glesener, président de l'ALEBA
Marc Glesener, président de l'ALEBA
Photo: Guy Jallay

(Ch.L) - Les mesures adoptées lors du conseil de gouvernement le 16 décembre dernier ne plaisent pas à l'ALEBA. En ligne de mire de l'Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance: l'indexation des salaires, la réforme des pensions et le droit du travail.

L'ALEBA rejette la nouvelle manipulation de l'index et exige le retour immédiat de l'indexation automatique et intégrale des salaires et des pensions. "Grâce à cette nouvelle manipulation de l'index, le salariat perdra pour les années 2012 à 2014 au total 675 millions d'euros soit 225 millions par an", explique-t-elle, "les pertes de salaires pourront aller jusqu'à plus de 60% d'un salaire mensuel". L'ALEBA s'oppose en outre à tout changement du panier de produits qui servent à calculer l'index, "au détriment des salariés et sous prétexte de considérations de santé ou d'écologie". Elle exige par contre une actualisation du panier en tenant compte du véritable poids de certaines dépenses.

Autre bât qui blesse: la réforme des pensions. Selon l'ALEBA, la plupart des salariés n'auront pas la possibilité de travailler plus longtemps et devront subir une réduction inacceptable de leur pension. "La réforme des pensions provoquera une augmentation inacceptable du chômage, notamment des jeunes, et augmentera en plus la pauvreté des personnes âgées", souligne l'association. L'ALEBA exige également que les gains de productivité soient équitablement répartis, car ils pourraient servir à financer les futures pensions. Au niveau du droit du travail, l'ALEBA rejette toute flexibilité du droit du travail au détriment des acquis sociaux des salariés. "Nous n'acceptons pas un accès plus facile au CDD qui précarise la durée des relations de travail des salariés", explique-t-elle, "de plus nous sommes nullement rassurés par l'affirmation du gouvernement qui veut que le CDI reste la relation contractuelle normale".