Changer d'édition

L'âge moyen des hospitalisés covid+ diminue
Luxembourg 2 min. 16.12.2021
Epidémie au Luxembourg

L'âge moyen des hospitalisés covid+ diminue

Entre arrivées plus nombreuses et prises en charge de patients covid+ plus longue : les hôpitaux ont dû passer en phase 3.
Epidémie au Luxembourg

L'âge moyen des hospitalisés covid+ diminue

Entre arrivées plus nombreuses et prises en charge de patients covid+ plus longue : les hôpitaux ont dû passer en phase 3.
Photo : dpa
Luxembourg 2 min. 16.12.2021
Epidémie au Luxembourg

L'âge moyen des hospitalisés covid+ diminue

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si le nombre de patients pris en charge en raison d'une infection covid augmente, ces malades sont de plus en plus jeunes. Ceux qui, aujourd'hui, entrent à l'hôpital ont en moyenne 56 ans.

-4%, ce n'est pas grand-chose. Mais alors que les autorités sanitaires craignent que la quatrième vague covid ne gonfle très rapidement sous l'influence du variant Omicron, constater que du 6 au 12 décembre, le nombre d'infections recensées d'une semaine à l'autre a (un peu) diminué constituerait (presque) un soulagement. Toujours est-il que sur la période indiquée, le nombre de cas positifs repérés est passé de 2.699/7 jours à 2.593. Pas de quoi toutefois calmer la progression des malades touchés par le coronavirus et dont l'état de santé nécessite une hospitalisation.


10.12.2021, Schleswig-Holstein, Kiel: Eine Pflegekraft überprüft ein Beatmungsgerät in einem der Behandlungszimmer der Intensivstation am Universitätsklinikum in Kiel. Hier wurden in der vierten Corona-Welle bislang auch sieben Patienten aus Bayern versorgt. Aktuell kümmern sich die Ärztinnen und Ärzte, Krankenschwestern und Pfleger in Kiel um 19 Covid-19-Patienten, 7 davon liegen auf der Intensivstation. Foto: Frank Molter/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La phase 3 s'impose aux hôpitaux luxembourgeois
Sous la pression des entrées de nouveaux cas covid+, les centres hospitaliers viennent d'être autorisés par la cellule de crise du ministère de la Santé à déprogrammer les opérations les moins urgentes.

Ainsi, dans son dernier bulletin hebdomadaire, le ministère de la Santé constate que les admissions de patients infectés progresse, encore et encore. De 50 la semaine précédente à 55 cette fois en soins normaux. Mais aussi de 16 à 23 en soins intensifs.

Des arrivées à ajouter aux hommes et femmes déjà soignés pour leur infection respiratoire... Voilà qui ajoute un peu de pression sur le dos des soignants qui, ce jeudi encore, exprimeront leur appel à la prudence de tous au travers d'une troisième ''minute de silence des blouses blanches''.

Pour infirmières et médecins prenant ces malades en charge, l'autre constat est la diminution de l'âge de ceux qui viennent pour soigner une forme sérieuse ou très grave de l'infection covid. De 64 ans, leur moyenne d'âge a diminué pour s'établir à 56 ans aujourd'hui. Cela alors que dans le même temps, l'âge de nouveaux cas covid+, lui, se stabilise autour des 33 ans.

Par contre, le constat reste toujours le même concernant le caractère ''préventif'' du vaccin face au risque de développer des symptômes lourds après une contamination. Oui, il y a bien des personnes vaccinées soignées à l'hôpital en raison du coronavirus mais, oui encore, proportionnellement les entrants font bien plus partie de la minorité des non-vaccinés du pays. Cela alors qu'en cette mi-décembre, la couverture vaccinale atteint les 79% des 12 ans et plus.

Ainsi, en soins normaux la semaine passée, 26 hospitalisés pour leur infection virale au SARS-Cov2 sur 55 n'avaient pas reçu d'injection anti-covid; contre 16 sur 23 en soins intensifs.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'accalmie épidémique semble se poursuivre au Luxembourg, ou les indicateurs continuent leur baisse enregistrée les semaines précédentes. Les décès liés à la maladie, en revanche, restent stables.
ARCHIV - 20.01.2022, Berlin: Ein Arzt hält ein Teststäbchen für die Entnahme einer Probe für einen PCR-Test beim Gesundheitsamt Neukölln in der Hand. Vom Ergebnis des Corona-Tests hängt vieles ab: Ob man zur Arbeit kann, ob man als genesen gilt, ob Sportler bei Olympia starten dürfen. Immer mehr Menschen machen aber gerade die Erfahrung, dass Tests unterschiedliche Ergebnisse liefern. Wie kann das sein? (zu dpa «Widersprüchliche Befunde: Ist auf Corona-Testergebnisse noch Verlass?») Foto: Britta Pedersen/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'ensemble des établissements de santé publics et privés du département frontalier doivent faire face à la «saturation» de leurs services d'urgences et de réanimation. Le covid et d'autres infections en sont la cause.
09.12.2021, Rheinland-Pfalz, Trier: Eine Ärztin kümmert sich auf der Intensivstation des Klinikum Mutterhaus um einen Corona Patienten. (zu dpa: «Pfleger und Ärzte am Anschlag - "Die Spitze kommt erst noch"») Foto: Oliver Dietze/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Certains se servent de l'information pour douter des bienfaits de la vaccination anti-covid : même des personnes au schéma vaccinal complet se retrouvent contaminées et hospitalisées. Mais il faut se méfier de l'évidence des chiffres.