Changer d'édition

L'affaire Semedo met le DP en position délicate
Luxembourg 5 min. 27.01.2021

L'affaire Semedo met le DP en position délicate

L'eurodéputée a annoncé sa démission du parti ce mercredi, plus d'une semaine après avoir été sanctionnée officiellement par le Parlement européen.

L'affaire Semedo met le DP en position délicate

L'eurodéputée a annoncé sa démission du parti ce mercredi, plus d'une semaine après avoir été sanctionnée officiellement par le Parlement européen.
Photo: Lex Kleren/archive
Luxembourg 5 min. 27.01.2021

L'affaire Semedo met le DP en position délicate

Si les libéraux ont condamné les fautes de l'eurodéputée, sanctionnée pour harcèlement moral, la gestion de cette crise porte un coup à la crédibilité du parti. D'autant que d'autres membres se sont retrouvés sous le feu des critiques ces derniers mois.

(jum avec ds) En annonçant, mardi soir sur les réseaux sociaux, sa démission du DP, Monica Semedo a coupé court aux menaces d'éviction qui planaient au-dessus de sa tête. Une décision à laquelle les libéraux n'ont pas manqué de réagir rapidement cette fois. Car contrairement à l'annonce de la sanction pour mobbing infligée par ses pairs à l'eurodéputée, un communiqué a été publié dans la foulée pour indiquer que le partie prenait note de cette décision et réitère sa position officielle. A savoir que le DP «représente des valeurs telles que la tolérance, l'anti-discrimination et le respect de chacun» et que «toute justification de l'intimidation est inacceptable».


IPO , DP Europakongress , Europawahlen 2019 , Centre Culturel Walferdingen , Spitzenkandidatin Monica Semedo Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Semedo claque la porte du DP
Une semaine après avoir été sanctionnée pour harcèlement moral, l’eurodéputée libérale a annoncé mardi soir sur son compte Facebook qu’elle quittait le DP. La jeune élue regrette le manque de «soutien».

Mais cette réaction n'est que la suite d'une gestion chaotique de l'affaire, estiment nos confrères du Luxemburger Wort. Dans l'affaire Semedo, presque tout ce qui pouvait mal tourner a mal tourné, non seulement ces derniers jours, mais aussi ces dernières semaines, voire ces derniers mois. Le silence complet a été de mise aussi bien au moment de l'annonce de la mise en place d'une commission d'enquête contre l'élue luxembourgeoise qu'au moment de la sanction. Une suspension de 15 jours, prononcée par David Sassoli, président du Parlement européen, suite à un rapport d'une centaine de pages accablant pour la jeune femme.

Au contraire, la présidente du parti, Corinne Cahen, a envoyé son secrétaire général, Claude Lamberty, en première ligne. Et ce dernier a minimisé l'importance de l'affaire auprès de la presse, assurant en début de semaine que l'affaire était «close» puisque Monica Semedo avait reconnu ses erreurs. Il aura finalement fallu entendre une distanciation de Xavier Bettel pour que les choses bougent. Une prise de position quelque peu forcée puisque le Premier ministre a été explicitement interrogé sur cette affaire alors qu'il présentait les nouvelles mesures sanitaires à venir. 


Bettel ne veut pas juger la députée Semedo
Le Premier ministre entend étudier les faits reprochés à sa collègue de parti (DP) avant tout commentaire. Monica Semedo reste encore privée de son siège au Parlement européen pour une semaine.

Il aura fallu attendre encore quelques jours avant que les dirigeants du DP ne condamnent enfin le comportement de Monica Semedo et envisagent son éviction du parti. Une option déshonorante qu'a évitée l'eurodéputée en choisissant de démissionner.

La question reste désormais de savoir si cette dernière abandonnera également son mandat européen, si elle continuera à exercer sa fonction de parlementaire indépendante à Strasbourg ou si elle rejoindra un autre parti dans l'hémicycle.

Dans tous les cas, la gestion chaotique de cette crise  pourrait saper la crédibilité et coûter la confiance d'un parti qui s'est engagé à faire preuve de transparence. À première vue, c'était une manœuvre intelligente des libéraux que d'envoyer la jeune et éloquente Monica Semedo à Strasbourg.

Connue au niveau national pour sa longue présence à la télévision, la jeune femme avait recueilli près de 51.000 voix et avait décroché un deuxième siège au Parlement européen pour les libéraux. Mais l'eurodéputée de 36 ans n'avait aucune expérience politique et a eu du mal à trouver son chemin dans la jungle strasbourgeoise. D'autant plus que l'alchimie avec l'expérimenté Charles Goerens n'a pas fonctionné. Cet échec marque donc les limites du système électoral luxembourgeois.


Politik, Lizeum, lycée de garçons,  Visite von Xavier Bettel und Claude Meisch, Gespräch mit einer Klasse 7ième und 4ième Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Débat à venir sur l'avenir de l'école publique
La commission des Pétitions a validé, mercredi, la tenue d'un échange public sur le projet de loi n°7662 déposé par le ministre de l'Education nationale. Un texte qui entend élargir les conditions d'accès pour la direction des lycées spécialisés. Près de 4.900 personnes s'y opposent.

Mais cette affaire n'est pas la seule qui nuise au DP, car ce dernier se trouve globalement en mauvaise posture. Nombreuses sont les têtes d'affiche à se retrouver sous le feu des critiques. Que ce soit la présidente du parti, Corinne Cahen, jugée transparente dans la gestion de la crise sanitaire alors qu'elle est ministre de la Famille, et donc responsable des maisons de retraite et des maisons de soins.

Meisch dans la tourmente

Même chose en ce qui concerne le ministre de l'Education, Claude Meisch, qui n'apparaît pas comme renforcé par sa gestion de crise dans les établissements scolaires. En cause, sa résistance aux avis contraires et sa volonté de suivre sa propre voie qui ont abouti notamment à la mise en place d'un plan controversé visant à confier la gestion de certaines écoles techniques à des non-fonctionnaires. Au point que les soupçons de népotisme sont nombreux. De quoi mettre à mal la principale force politique de la coalition gouvernementale. 

Enfin, Fernand Etgen, président de la Chambre, qui a dû faire marche arrière après avoir négocié seul avec le Journal, la mise en ligne des «Chamberbliedechen», ces éléments liés à l'actualité de la Chambre. Une forme d'aide à la presse versée à l'organe officiel du parti selon les statuts, sans l'accord des différents groupes parlementaires. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Semedo claque la porte du DP
Une semaine après avoir été sanctionnée pour harcèlement moral, l’eurodéputée libérale a annoncé mardi soir sur son compte Facebook qu’elle quittait le DP. La jeune élue regrette le manque de «soutien».
IPO , DP Europakongress , Europawahlen 2019 , Centre Culturel Walferdingen , Spitzenkandidatin Monica Semedo Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'éviction de Monica Semedo en discussion au DP
Sanctionnée par le Parlement européen pour des faits de harcèlement moral, l'eurodéputée libérale pourrait également être exclue du parti. Un conseil des sages doit statuer sur son avenir politique au Luxembourg.
IPO , DP Europakongress , Europawahlen 2019 , Centre Culturel Walferdingen , Spitzenkandidatin Monica Semedo Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Bettel ne veut pas juger la députée Semedo
Le Premier ministre entend étudier les faits reprochés à sa collègue de parti (DP) avant tout commentaire. Monica Semedo reste encore privée de son siège au Parlement européen pour une semaine.
Monica Semedo sous la menace de sanctions
Au lendemain de la suspension de ses fonctions, l'eurodéputée luxembourgeoise pourrait être sanctionnée par le Parlement, sanctions pouvant aller jusqu'à sa démission. Bien que de son côté, le secrétaire général du DP considère l'affaire «close» pour son parti.
IPO , DP Europakongress , Europawahlen 2019 , Centre Culturel Walferdingen , Spitzenkandidatin Monica Semedo Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort