Changer d'édition

L'affaire Schleck sera répercutée à Genève
Luxembourg 3 min. 20.02.2020 Cet article est archivé

L'affaire Schleck sera répercutée à Genève

L'affaire Schleck sera répercutée à Genève

Photo: Gilles KAYSER
Luxembourg 3 min. 20.02.2020 Cet article est archivé

L'affaire Schleck sera répercutée à Genève

Maurice FICK
Maurice FICK
Départ en retraite du général, annulation de la mutation du soldat Schleck, ou mea culpa de Henri Kox n'entament pas la détermination du Syndicat Professionnel de la Force Publique (SPFP). «Nous nous battrons jusqu'à ce que l'affaire soit réglée légalement», assure son président.

Au-delà de l'honneur de l'adjudant-chef, l'affaire devenue «causa Schleck» se focalise sur la question-clef du respect de la liberté syndicale. Et en la matière, la puissante CGFP ne transigera pas avait clairement martelé en décembre Romain Wolff, son président. Son affilié, le Syndicat Professionnel de la Force Publique (SPFP) est sur le point de porter plainte à Genève comme l'explique Pascal Ricquier, son président.

Le général Duschène partira en retraite et l'adjudant-chef Schleck a retrouvé son poste. Votre demande répétée de limogeage du n°1 de l'armée reste-t-elle d'actualité? 

Pascal Ricquier : «Nous ne lâcherons pas. Nous allons continuer à nous battre jusqu'à ce que cette affaire soit réglée légalement. Nonobstant le départ en retraite du général Duschène. Tous les fonctionnaires doivent faire leur demande de retraite six mois avant. C'est une chose normale. Cette annonce n'est pas une surprise pour nous. Nous le savions depuis un an. Mais cette retraite n'a rien à voir avec la "causa Schleck". Notre demande de limogeage reste bien d'actualité et va le rester.


Pascal Ricquier SPFP SNPGL
Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général
L'annulation de la mutation du soldat Schleck par le ministre de la Défense ne suffit pas pour clore le «scandale» aux yeux du Syndicat professionnel de la force publique. Il revendique la révocation du chef d'état-major et la démission de François Bausch et Henri Kox.

Nous l'avons répété plusieurs fois: c'est la liberté de tous les syndicalistes du Luxembourg qui est en jeu à travers cette affaire! Aussi bien au sein de la fonction publique que du secteur privé. Nous avons eu le soutien à 100% de l'OGBL et si besoin, nous lutterons ensemble contre les graves atteintes à la liberté syndicale.

Quelles actions concrètes allez-vous mener dorénavant pour parvenir à vos fins? 

«Le SPFP et le Syndicat national de la police grand-ducale (SNPGL) ne baisseront pas les bras. Nous allons porter plainte auprès du Bureau  international du travail (BIT) à Genève contre le général et d'autres personnes du SPAL (Syndical professionnel de l'Armée luxembourgeoise). Le dossier est en cours de préparation. Ce n'est pas une mince affaire. Mais il devrait être prêt d'ici quelques semaines. 

Reste à savoir si Christian Schleck portera lui-même plainte contre le général ou si ce sera le syndicat. Je ne peux rien dire à ce sujet pour l'instant puisque les procédures n'ont pas été convenues avec le conseil d'administration. Mais dans ce dossier figurera la décision du tribunal administratif de 2014 en faveur de Christian Schleck. Une affaire de défaut de liberté syndicale déjà.

Que reprochez-vous précisément au général Duschène? 

«Il a menti. Pour nous une telle inconduite du général dans la presse où il a diffusé de fausses informations, ne peut être tolérée. C'est un comportement qui doit être sanctionné conformément à la loi parce qu'il a menti.

Le général au micro de Radio 100,7, tout comme le ministre délégué à la Défense, Henri Kox en séances publiques à la Chambre des députés, ont publiquement reconnu qu'il n'existait pas de document concernant le changement d'affectation de l'adjudant-chef Schleck. Pas de document écrit, ni de signatures des deux parties.»


Sur le même sujet

Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général
L'annulation de la mutation du soldat Schleck par le ministre de la Défense ne suffit pas pour clore le «scandale» aux yeux du Syndicat professionnel de la force publique. Il revendique la révocation du chef d'état-major et la démission de François Bausch et Henri Kox.
Pascal Ricquier SPFP SNPGL
Schleck reste au bureau d’information de l’armée
François Bausch, le ministre de la Défense, a confirmé mardi que l’adjudant-chef de l’armée luxembourgeoise et président du Syndicat professionnel de l’armée (SPAL) conservera sa place auprès du bureau d’information de l’armée et ne sera pas muté à un autre poste.
L'adjudant-chef Christian Schleck conserve son poste au bureau de recrutement à Luxembourg.
Le général Duschène contre-attaque
Trois semaines après le déclenchement de l'affaire Schleck, le chef d'état-major réplique pour la première fois et assure qu'il n'a pas muté d'office l'adjudant-chef en raison de son activisme syndical. Un poste lui a été proposé ce mercredi. Christian Schleck a huit jours pour se prononcer.
Le soldat Schleck provoque neuf démissions
Nouveau rebond dans l'affaire Schleck au sein même du Syndicat Professionnel de l'Armée Luxembourgeoise. Selon «Radio 100,7», neuf membres du SPAL, dont son secrétaire général, viennent de démissionner en bloc.
La colère gronde dans les rangs
Quand un syndicat en vient à demander la démission du chef d'état-major de l'armée, c'est que la situation est grave. Le SPFP réclame ainsi des têtes mais surtout des mesures pour que les métiers de la force publique retrouvent leur attrait.
Nationalfeiertag 2019. Prises d'Armes, Militärparade, Boulevard JF Kennedy, Militär, Armee, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort