Changer d'édition

L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats
Luxembourg 2 min. 02.12.2019

L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats

Christian Schleck

L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats

Christian Schleck
Photo: Gilles Kayser
Luxembourg 2 min. 02.12.2019

L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats

Maurice FICK
Maurice FICK
Après avoir réclamé la tête du général qui dirige l'armée luxembourgeoise, le Syndicat professionnel de la force publique (SPFP) et la CGFP demandent à François Bausch, ministre de la Défense, de stopper la mutation sanction de Christian Schleck.

La tension provoquée par l'affaire Schleck dans les rangs syndicaux est encore montée d'un cran. La semaine passée, le SPFP s'en était déjà pris directement au général Duschène, numéro 1 de l'armée luxembourgeoise. Le syndicat s'oppose fermement à la mutation au sein de l'armée et aux pressions subies par Christian Schleck, qui n'est autre que le vice-président du SPFP.


Nationalfeiertag 2019. Prises d'Armes, Militärparade, Boulevard JF Kennedy, Militär, Armee, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La colère gronde dans les rangs
Quand un syndicat en vient à demander la démission du chef d'état-major de l'armée, c'est que la situation est grave. Le SPFP réclame ainsi des têtes mais surtout des mesures pour que les métiers de la force publique retrouvent leur attrait.

En tant que président du Syndicat Professionnel de l'Armée Luxembourgeoise (SPAL), il avait dénoncé la surcharge de travail pesant sur les soldats et avait lancé lors de l'assemblée générale à la mi-mai: «Beaucoup de nos hommes sont sacrifiés». Avant d'enfoncer le clou et d'expliquer qu'«en vertu de la loi sur le droit du travail, de nombreux membres de l'armée travaillent dans l'illégalité».

«Ne touchez pas à la liberté syndicale», préviennent ce lundi le SPFP et la CGFP qui viennent d'adresser un courrier à François Bausch, lui demandant «avec toute la détermination possible» de faire marche arrière dans l'affaire Schleck. La confédération générale et le syndicat prient le ministre de la Défense (déi gréng, de «ne poursuivre en aucun cas  la procédure de mutation» du militaire.

Plainte à Genève en vue

Christian Schleck était l'initiateur et le responsable du bureau de recrutement de l'armée, boulevard Royal à Luxembourg-Ville. Mais entre-temps «il suit une formation pour un nouveau poste de travail. Mais sa future fonction ne lui permettra plus d'assumer ses responsabilités syndicales comme par le passé», assure une source bien informée. A mots à peine couverts, les syndicats dénoncent les agissements de la tête de l'armée pour saper le travail syndical au sein de ses rangs. 

Dans leur missive à François Bausch, les syndicats pressent le ministre de se positionner. Le temps est compté. Dans une semaine, lundi 9 décembre, se tiendra la conférence des comités de la CGFP à Dommeldange. D'ores et déjà, il est question d'une «grande offensive de mobilisation» mais aussi d'une plainte auprès de l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève. 



Sur le même sujet

«Le chef d'état-major doit être limogé»
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique (SPFP) réclame le limogeage du général Duschène pour avoir menti dans l'affaire Schleck. L'adjudant-chef n'aurait jamais signé un document pour accepter une mutation au sein de l'armée. Il se retrouve muselé de fait.
 Parc Hotel Alvisse. PK SPFP - Toute la vérité dans la causa SCHLECK. Photo: Steve Eastwood
La colère gronde dans les rangs
Quand un syndicat en vient à demander la démission du chef d'état-major de l'armée, c'est que la situation est grave. Le SPFP réclame ainsi des têtes mais surtout des mesures pour que les métiers de la force publique retrouvent leur attrait.
Nationalfeiertag 2019. Prises d'Armes, Militärparade, Boulevard JF Kennedy, Militär, Armee, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort