Changer d'édition

L'AET derrière chaque accident mortel
Luxembourg 3 min. 30.07.2020

L'AET derrière chaque accident mortel

Deux motards et neuf conducteurs ont perdu la vie, en 2019, dans des accidents où un choc avec un arbre a eu lieu.

L'AET derrière chaque accident mortel

Deux motards et neuf conducteurs ont perdu la vie, en 2019, dans des accidents où un choc avec un arbre a eu lieu.
Luxembourg 3 min. 30.07.2020

L'AET derrière chaque accident mortel

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'Administration des enquêtes techniques étudie les circonstances de chaque accident ayant entraîné la mort sur les routes du Luxembourg. Son but : déterminer les améliorations d'infrastructures à apporter au réseau pour qu'il soit le moins risqué possible.

«Dans un accident, il faut toujours aller au-delà de la seule erreur humaine.» Ainsi parle Paul Meyers, directeur de l'Administration des enquêtes techniques (AET). Depuis douze ans, son service l'a appris à force d'investiguer autour de l'ensemble des accidents graves de l'aviation ou des trains (comme dans le cas de la collision de Bettembourg) dans le pays. Mais depuis 2017, l'équipe de cinq enquêteurs a aussi mis son nez dans les dossiers d'accidents de la route mortels. Vingt-deux cas rien que pour 2019. «A chaque fois, nous recherchons ce qui -en dehors du facteur humain- a pu être déterminant soit dans le déclenchement de l'accident, soit dans ses conséquences tragiques».

Ainsi, l'AET n'est pas là pour déterminer si untel roulait trop vite, a enfreint le code de la route, a abusé d'alcool ou de stupéfiant. Il s'agit là du travail de la police. L'enquête technique, elle, «n'est pas là pour établir des fautes» mais à trouver les facteurs à mettre en oeuvre pour éviter qu'un accident ne se transforme en pertes de vie ou de traumatismes sérieux». Cela en se consacrant à l'infrastructure routière ou à son environnement.


Accident route de Bettembourg, le 28 Avril 2017. Photo: Chris Karaba
Les routes de campagne bien trop mortelles
La circulation sur les autoroutes et axes urbains a été responsable de six accidents mortels, en 2019. Mais seize personnes ont perdu la vie sur de petits axes ruraux, également cadres de 45% des accidents graves constatés l'an passé.

Ainsi, les enquêteurs indépendants vont-ils se concentrer sur les lieux aussi bien sur la nature et l'état du revêtement (bosse, trou, granularité plus ou moins réduite) que sur la présence de glissières de sécurité, d'obstacles (naturels ou artificiels), etc. Soit tous les éléments qui, au final, ont pu jouer un rôle dans la conclusion fatale de telle sortie de route, de telle collision.

«Et ce n'est pas parce que dans 10 cas sur 22 accidents mortels, il y a eu choc du véhicule avec un arbre que nous allons conclure qu'il faut abattre toute la végétation», précise le directeur à la tête de cinq personnels. Mieux vaut prévoir l'installation d'une glissière aux endroits les plus exposés à des sorties de route ou glissades.

Ainsi, l'idée est plutôt de voir si la présence d'un fossé ou d'une glissière entre la chaussée et les arbres peut constituer un contexte moins périlleux, plutôt que de jouer de la tronçonneuse. Tout comme l'AET vérifier si la structure même de tel poteau (parce que trop rigide ou trop souple) a pu jouer défavorablement sur l'état de santé final des personnes impliquées dans le fait divers. «Pour le réseau autoroutier, on signale combien l'installation, aux sorties, de balustrades métalliques avec des plots chargés en eau peut être bénéfique comme atténuateurs de choc.» En amortissant le choc de l'impact ce type d'équipement réduit ainsi considérablement la gravité des blessures engendrées.

Parmi les suggestions de l'AET reprises par les Ponts et Chaussées, il y a eu dernièrement aussi un marquage au sol spécifique dans certains virages marqués de la N25 (près de Wiltz) et sur le CR342 (non loin de Rodershausen). «A ces endroits les motards prenaient la courbe trop à la corde se rapprochant dangereusement des véhicules arrivant en face. La peinture, préventive, a permis de leur faire reprendre une trajectoire plus sûre», note Paul Meyers. 


Biken macht Spass. Aber muss der Lärm sein?
Les grosses cylindrées dans le collimateur
Le déconfinement a marqué la reprise de la circulation routière au grand dam de tous ceux qui avaient pris goût au calme. Avec les beaux jours, les motos sillonnent à nouveau le pays et la police veille à ce que les deux-roues ne crachent pas trop de décibels.

Mais l'AET note également dans ses rapports les conditions météo ou de luminosité qui ont pu influer sur la gravité des faits. De quoi battre certains a priori d'ailleurs. Ainsi, c'est bien par temps sec qu'ont eu lieu la majorité des accidents mortels (55%) ou graves (68%). Ou encore, la présence d'un tapis de feuilles mortes sur la route a occasionné, en 2019, bien plus de décès et de blessés que les accidents sur le verglas...

Par contre, une certitude bien établie : c'est bien en après-midi que circuler s'avère le plus périlleux au Grand-Duché. Le créneau 13h30-20h30 étant la période la plus accidentogène.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les e-trottinettes privées de trottoirs
A l'étude depuis un an, la réforme du code de la route envisage que les deux-roues électriques ne soient plus tolérés que sur la voirie et les bandes cyclables. Avec éclairage de rigueur à l'avant comme à l'arrière.
Au Luxembourg, la vitesse limite autorisée pourrait être de 25 km/h pour trottinettes, hoverboards et gyropodes.
L'alcool reste un fléau sur les routes
Dans un accident de la circulation sur cinq, l'alcool peut être mis en cause. En 2019, les contrôles de police ont sanctionné 815 conducteurs ayant pris le volant après avoir trop bu. Mais au total, pas moins de 24.450 automobilistes ont dû souffler dans l'éthylotest.
Unfall, Accident, Redange - Ell, Foto Lex Kleren
Poursuite des «flash-marathons» mais pas cette année
L'impact des contrôles de vitesse à grande échelle sur la sécurité routière est discutable, selon les Piraten. Le ministre de la Sécurité intérieure assure que ce type de contrôle est efficace mais qu'il n'aura pas lieu en 2020.
Controle de la Vitesse par la Police Grand Ducale, pour la campagne (we) Control your speed, a Alzingen, Luxembourg, 16 Avril 2015. Photo: Chris Karaba