Changer d'édition

L'aéronautique trouve un toit, Mondorf-les-Bains se dote d'un musée
Luxembourg 2 min. 17.06.2012 Cet article est archivé

L'aéronautique trouve un toit, Mondorf-les-Bains se dote d'un musée

L'aéronautique trouve un toit, Mondorf-les-Bains se dote d'un musée

Photo: Serge Waldbillig
Luxembourg 2 min. 17.06.2012 Cet article est archivé

L'aéronautique trouve un toit, Mondorf-les-Bains se dote d'un musée

Concrétisé en à peine quatre mois, le premier musée de l'Aéronautique luxembourgeois a officiellement été inauguré vendredi soir. Un projet gagnant pour les aviateurs et pour Mondorf-les-Bains, berceau de l'aviation.

"C'est un grand jour pour l'aviation luxembourgeoise!" a lancé Jean Ries, président de l'Association luxembourgeoise pour le maintien du patrimoine aéronautique (ALMPA). Avant d'en citer les deux raisons: d'abord parce que "nous inaugurons le musée de l'Aéronautique", ensuite parce que "nous fêtons cet endroit symbolique".

Abrité dans le Pavillon Kind, où se trouve la source de l'eau thermale dans l'écrin du parc thermal, le musée ne pouvait être mieux logé qu'à Mondorf-les-Bains. "Mondorf reçoit son premier musée et pas n'importe lequel!" a souligné Maggy Nagel, la bourgmestre.

Car c'est à Mondorf-les-Bains que les premiers "fous volants" ont décollé du plancher des vaches lors de la Semaine de l'aviation en juin 1910. Presque, jour pour jour, 102 ans avant l'inauguration du musée.

On retiendra que le premier vol d'un avion sur le sol luxembourgeois est aussi parti de Mondorf, le 15 avril 1910, piloté par Jacques Wiesenbach. Son frère Vincent était le premier pilote luxembourgeois (licence n°51).

Des pionniers mis à l'honneur dans le musée dont le prince Louis est venu couper, vendredi, le ruban inaugural, aux côtés du ministre des Sports, Romain Schneider, et de l'eurodéputé Georges Bach.

La pièce-maîtresse du musée est suspendue au premier étage du pavillon en verre: la "Klemm". Le plus ancien avion (en bois) qui ait volé au Luxembourg dès 1946 et qui appartenait à Menni Kraemer.

"Il était en train de pourrir dans un endroit au Findel, personne ne pouvait le voir. On n'avait pas eu l'autorisation de l'amener dans un hall au Findel", se souvient Camille Montaigu, président des Vieilles Tiges.

L'avion a été restauré à grands frais et "le ministère des Sports l'a racheté aux héritières de M. Kraemer. Il nous l'a prêté par le biais d'une convention", résume Jean Ries.

En attendant que soient fixées les heures et les conditions d'ouverture du nouveau musée pour le grand public, les groupes intéressés peuvent d'ores et déjà s'adresser à Gaston Kohn, le curateur de l'exposition et cheville ouvrière de ce projet qui vaut le déplacement. Tel: 621 15 55 31.

Maurice Fick


Sur le même sujet