Changer d'édition

L'ADR pense déjà aux élections de 2023
Luxembourg 4 min. 11.10.2020 Cet article est archivé

L'ADR pense déjà aux élections de 2023

Ils étaient plus d'une centaine de membres à prendre part au congrès national.

L'ADR pense déjà aux élections de 2023

Ils étaient plus d'une centaine de membres à prendre part au congrès national.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 11.10.2020 Cet article est archivé

L'ADR pense déjà aux élections de 2023

Lors de son congrès national, le parti d'opposition a déjà adopté trois résolutions dans la perspective des futures législatives. Objectif : obtenir plus que les quatre sièges de député actuels.

Gast Gibéryen est nommé président d'honneur de l'ADR. Le parti lui devait bien ça, à l'heure où l'ancien bourgmestre de Frisange s'apprête à quitter ses fonctions à la Chambre. Et si cette désignation a constitué, dimanche, un des temps forts du congrès national du parti, ce ne fut pas la seule initiative à retenir d'une réunion qui, covid ou pas, s'est tenue en présentielle quand d'autres adoptent la visioconférence.

Au Däichhal d'Ettelbruck, une centaine de membres de l'ADR ont ainsi pris soin de se positionner sur trois résolutions portant sur la protection du climat, l'immigration et la question du logement. Trois thèmes dont la formation, qui compte quatre députés actuellement, entend faire le socle de la prochaine campagne électorale des législatives de 2023.

Pour les questions environnementales, soin a été laissé à Fred Keup de lister les positions du parti. Celui qui fera cette semaine sa première rentrée à la Chambre (en remplacement de Gibéryen) a joué les professeurs d'histoire-géographie -son métier- pour rappeler combien les évolutions climatiques avaient déjà marqué les millénaires précédents. Soulignant au passage combien les périodes chaudes avaient plus propices à l'humanité. «Il suffit de penser aux Néandertaliens, décimés par une période glaciaire et qui ont disparu.»

Croissance = méfiance 

Si l'ADR rejoint l'avis général sur la nécessaire protection de l'environnement, la formation née en 1987, s'interroge sur le rôle réel que peut avoir le Luxembourg dans cette transition climatique. Selon ses représentants, les premières choses à faire sont de mettre un terme à la croissance incontrôlée, réduire la consommation de matières premières et rechercher des alternatives réalistes aux combustibles fossiles. Et Fred Keup d'évoquer comme pistes concrètes la consommation de produits locaux aussi bien que la réduction de la TVA sur les réparations d'appareils électriques.

Pour les questions migratoires, Fernand Kartheiser a d'abord rappelé que le Grand-Duché avait besoin d'apports humains extérieurs, en tant que petite économie ouverte. Néanmoins, il rejette l'immigration économique massive qui a lieu en Europe depuis 2015. Pour le parti populiste, seules les personnes fuyant la guerre ou les persécutions politiques devraient pouvoir se voir accorder l'asile.

Premier président du parti, en 1987, Gast Gibéryen (70 ans) souhaite maintenant prendre un peu de recul.
Premier président du parti, en 1987, Gast Gibéryen (70 ans) souhaite maintenant prendre un peu de recul.
Photo : Guy Jallay

Au lendemain de la «Marche pour le logement», le député Roy Reding devait, lui, préciser la résolution ADR en matière d'habitat. Aux yeux du parti, la solution ne passe pas par l'instauration de taxes et impôts divers.

Mieux vaudrait veiller à développer davantage de terrains à bâtir, simplifier les procédures du PAP et faire en sorte que les municipalités construisent davantage de logements abordables. Par ailleurs, le parti souhaiterait que soit révisé le crédit d'impôt accordé sur les frais notariaux, passant le plafond du Bëllegen Akt de 20.000 à 50.000 euros. Un projet déjà évoqué par le CSV, soit dit en passant.

Mais dans son discours, Jean Schooss, président du parti a clairement rejeté l'idée un temps évoquée par Frank Engel (CSV) sur l'introduction d'un impôt sur les successions. Par contre, l'Adr rejoint les rangs de ceux qui réclament une taxation plus forte des Fonds d'investissement spécialisé (FIS), véritable niche fiscale pour grandes fortunes. On saura d'ici quelques jours, si le futur projet de budget 2021 (présenté le 14 octobre) retient la proposition...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.