Changer d'édition

L’ADR attaque à tout-va
Trois femmes et trois hommes se présentent pour l'ADR aux élections européennes: Fred Keup, Sylvie Mischel, Gast Gibéryen, Tessy Brisbois, Fernand Kartheiser et Nicky Stoffel (de gauche à droite).

L’ADR attaque à tout-va

Photo: Caroline Martin
Trois femmes et trois hommes se présentent pour l'ADR aux élections européennes: Fred Keup, Sylvie Mischel, Gast Gibéryen, Tessy Brisbois, Fernand Kartheiser et Nicky Stoffel (de gauche à droite).
Luxembourg 10 2 min. 17.03.2019

L’ADR attaque à tout-va

La tenue, dimanche, du congrès national du parti nationaliste a été non seulement l’occasion de dévoiler les ambitions européennes mais aussi et surtout celle de s’en prendre au gouvernement et au CSV.

A deux mois des élections européennes du 26 mai, l’ADR défend un double message. Celui de l’unité interne et celui de la critique en externe. Une stratégie qui doit permettre au parti de décrocher son premier siège au Parlement européen, en plaçant l’ADR comme seule alternative crédible aux autres partis en lice grâce à sa vision tournée vers «une Europe de nations égales». 

   

Réuni dimanche à Useldange, le congrès national s’est surtout concentré sur la critique de la politique nationale, les membres de l’ADR ne boudant pas leur plaisir pour tirer à boulets rouges sur la politique gouvernementale. Particulièrement sur les volets liés à la fiscalité et au modèle de croissance défendu. Qualifiées d’«irresponsables envers les générations futures», ces dernières n’auraient des effets positifs sur le budget de l’État qu’à court terme, les effets négatifs étant voués à apparaître «à moyen ou long terme».  

Dans ce feu de critiques, la principale cible n’est autre que Déi Gréng, accusé de «défendre une culture idéologique de prohibition sans lui-même montrer l’exemple». Et les membres de l’ADR d’évoquer les trajets effectués «chaque jour en voiture et non en transport en commun» par Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement. Cette ambivalence se retrouverait également dans la hausse du prix du carburant, «présentée comme mesure de protection du climat mais qui a en réalité profité au budget national et non à l’environnement».   

Le CSV n’aura pas non plus été épargné dimanche matin. Pour Michel Lemaire, président d’ADRenalin, l’organisation des jeunes ADR, les chrétiens-sociaux tiennent des propos où «chacun parle sans défendre leurs propres convictions». Et ce dernier de poursuivre en décrivant le CSV du parti du «Jo, mais...». Autrement dit, des indécis et du politiquement correct. Une attitude que le jeune homme rejette, appelant son parti à défendre des positions «claires» puisque, selon lui, «le politiquement correct ressemble à une allergie et ressemble à une réaction pathologique excessive du système.»   

 Par Marc Hoscheid (traduction et adaptation, Jean-Michel Hennebert)   


Sur le même sujet

L'ADR présente son équipe pour les européennes
Avec Gast Gibéryen comme tête de liste et pour slogan «Fir en Europa vun den Natiounen», l'ADR se prépare aux élections européennes. Pour la première fois de son histoire, le parti veut obtenir un siège au Parlement européen.
Gast Gibéryen ist Spitzenkandidat für die Europawahlen am 26. Mai.