Changer d'édition

L'administration communale plébiscite le télétravail
Luxembourg 3 min. 09.11.2020 Cet article est archivé

L'administration communale plébiscite le télétravail

La ministre Taina Bofferding entend maintenant passer à la vitesse supérieure dans la digitalisation des tâches de l'administration communale.

L'administration communale plébiscite le télétravail

La ministre Taina Bofferding entend maintenant passer à la vitesse supérieure dans la digitalisation des tâches de l'administration communale.
Photo : SIP
Luxembourg 3 min. 09.11.2020 Cet article est archivé

L'administration communale plébiscite le télétravail

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les agents des 102 communes étaient invités à faire part de leur retour d'expérience après, pour certains, plusieurs semaines de télétravail. Les échos s'avèrent largement positifs, et développer cette formule parfaitement envisageable.

La fonction publique ne fait pas que grossir, elle se modernise aussi. Et comme la plupart des secteurs d'activité du pays, la crise covid-19 a poussé l'administration communale, notamment, à plonger tête la première dans le télétravail. Une expérience inédite pour la plupart des 6.000 agents en question. Ainsi, dans une récente enquête du ministère de l'Intérieur, moins de 10% des effectifs reconnaissaient avoir déjà pratiqué cette forme de travail à distance.

Autant dire que la marge de progression dans le domaine est vaste. Mais avant de s'y replonger plus encore, la ministre Taina Bofferding (DP) souhaitait d'abord faire un point avec les intéressés sur la façon dont ils ont apprécié cette expérience. Et ce lundi, les résultats des 2.420 questionnaires retournés ont de quoi donner le sourire à celle qui ne peut que constater que «les résultats ont démontré la volonté des agentes et agents de digitaliser davantage de procédures et de moderniser l’organisation du travail».


Toute la procédure d'inscription, ainsi que l'examen lui-même seront 100% digitalisés
Le recrutement communal passe en mode 2.0
Modernisation, digitalisation et centralisation : tels sont les trois grands axes de la réforme de l'examen d'accessibilité au secteur public local. L'objectif est de retrouver les bonnes personnes aux bonnes places.

Non seulement la plupart des fonctionnaires, employés ou salariés des communes qui ont répondu constatent que leur mission se prête à l'exercice du télétravail même hors crise, mais la plupart soulignent que l'essai des mois derniers a plutôt été positif. Ainsi, à près de 80%, ces personnels en télétravail reconnaissent que leur «satisfaction au travail et bien-être» ont été égaux sinon meilleurs qu'en temps normal. Encourageant pour un éventuel déploiement de la formule donc, ce que souhaite Taina Bofferding.

Et s'il fallait encore trouver des éléments encourageants dans l'enquête menée de mars à juin, il faut souligner qu'une majeure partie des personnels restés en présentiel durant la crise ont, eux aussi, exprimé le souhait de pouvoir bénéficier d'une adaptation de leur poste au télétravail. Même la hiérarchie, pour 65% des sondés, s'estime favorable à voir tout ou partie des services pouvoir accéder au dispositif. Un phénomène encore plus accentué côté élus (donc employeurs) qui eux, à 76% estiment que cette mutation est possible.

Mais de cet ''élan collectif'', il ressort systématiquement une exigence. Un besoin, ou disons plusieurs besoins d'organisations nouvelles, de règles claires, de cadres définis, de consignes établies, de matériels adaptés et d'une adaptation du fonctionnement communal à cette digitalisation dont chacun s'accorde à reconnaître qu'elle a permis aux administrations locales de servir au mieux les intérêts des habitants, même au cœur du lockdown.

Ainsi, par exemple, les conseils communaux qui ont répondu à la sollicitation du ministère de l'Intérieur se montrent-ils favorables à un recours au télétravail limité à deux ou trois jours par semaine. Et c'est bien de ce cadre que Taina Bofferding entend maintenant discuter au plus vite «avec les partenaires sociaux au sein de la commission centrale». La crise sanitaire poussant ses collègues Paulette Lenert (Santé) et Franz Fayot (Economie) à encourager le télétravail pour le plus grand nombre de salariés du pays, il serait en effet bon que les fonctionnaires du pays puissent eux aussi y accéder dans les meilleurs conditions d'exercice qui soient pendant l'épidémie. Et surtout après!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg de demain s'imagine aujourd'hui
Evoqué mi-octobre par le Premier ministre, lors de son discours sur l'état de la Nation, le concept de Luxembourg in transition a été dévoilé ce lundi. Objectif: répondre par des «concepts audacieux» à la crise climatique mais aussi à tous les problèmes d'aménagement et d'infrastructures.
Trop de grands projets d'aménagement de collectivité souffrent de la complexification des méthodes de validation.
Des télétravailleurs plus nombreux, plus soucieux
45% des salariés qui ont dû travailler à la maison plutôt qu'au bureau ont rencontré des difficultés. Des doléances relevées par le Statec qui pourraient refréner la volonté de passer à plus de home-office.
Foto beautiful-woman-working-on-laptop-450w-1304969941