Changer d'édition

L'ADEM fait son bilan pour 2014: «Bonne année pour l'emploi» mais avec un record de chômage
Luxembourg 5 min. 13.07.2015 Cet article est archivé

L'ADEM fait son bilan pour 2014: «Bonne année pour l'emploi» mais avec un record de chômage

Il y a eu 121.849 recrutements et 112.617 fins de contrats (dont 5.353 départs à la retraite) au Luxembourg l'an passé. Bilan: l'emploi salarié a augmenté de 9.232 unités, soit une progression de 2,5%. La progression n'était que de 2% en 2013.

L'ADEM fait son bilan pour 2014: «Bonne année pour l'emploi» mais avec un record de chômage

Il y a eu 121.849 recrutements et 112.617 fins de contrats (dont 5.353 départs à la retraite) au Luxembourg l'an passé. Bilan: l'emploi salarié a augmenté de 9.232 unités, soit une progression de 2,5%. La progression n'était que de 2% en 2013.
Photo Anouk Antony
Luxembourg 5 min. 13.07.2015 Cet article est archivé

L'ADEM fait son bilan pour 2014: «Bonne année pour l'emploi» mais avec un record de chômage

L'emploi salarié a progressé de 2,5% au Luxembourg en 2014 et, paradoxalement, le chômage a connu l'an passé un pic de chômage au mois de mai. Depuis, il a bien baissé. L'«objectif minimal pour 2015 est de permettre à 1.054 demandeurs d'emploi d'être embauchés tous les mois», explique Isabelle Schlesser, la directrice de l'ADEM.

L'emploi salarié a progressé de 2,5% au Luxembourg en 2014 et, paradoxalement, le chômage a connu l'an passé un pic de chômage au mois de mai. Depuis, il a bien baissé. L'«objectif minimal pour 2015 est de permettre à 1.054 demandeurs d'emploi d'être embauchés tous les mois», explique Isabelle Schlesser, la directrice de l'ADEM. En moyenne 916 personnes ont trouvé un travail chaque mois via l'ADEM, l'an passé. Soit 11.000 au total.

Cet «objectif minimal» est en fait l'objectif commun que se sont fixés l'ADEM et l'Union des entrepreneurs luxembourgeois (UEL) en signant, en mars, le programme «Entreprises, partenaires pour l'emploi» qui vise l'embauche de 5.000 personnes sur trois ans.

De manière générale, «2014 était une bonne année pour l'emploi au Luxembourg. Plus de 120.000 recrutements ont eu lieu, dont 9.000 nouveaux emplois. Ce qui fait une progression de 2,5% de l'emploi salarié», résume Isabelle Schlesser, en présentant, lundi matin, le rapport d'activités de l'ADEM pour l'année écoulée.

Le paradoxe est que, malheureusement, 2014 était aussi  «une très mauvaise année pour le chômage avec un nombre record de demandeurs d'emploi (18.587 personnes, ndlr) en mai 2014», rajoute la directrice de l'Agence pour le développement de l'emploi. S'empressant de souligner que la situation a changé depuis puisque le chômage a amorcé une légère baisse depuis le second semestre 2014 et qu'en mai 2015, 17.229 demandeurs d'emplois étaient inscrits à l'ADEM. Soit une baisse de 3,3% sur un an.

Garantie pour la jeunesse 

Lancée il y a un an -le 26 juin 2014 exactement- par le ministère du Travail et de l'Emploi, la Garantie pour la jeunesse, «un projet important pour l'ADEM, montre des résultats», résume le ministre Nicolas Schmit.

Des 4.450 jeunes de 16 à 25 ans qui ont intégré ce parcours, 2.654 l'ont poursuivi durant au moins quatre mois. Parmi eux, 1.975 jeunes (soit 74%) ont soit trouvé un emploi, soit intégré une mesure d'emploi pour les jeunes (CIE, CAE, etc,), soit repris leurs études.

En 2014, l'ADEM a également mis le paquet sur le parcours personnalisé des demandeurs d'emploi, basé sur un encadrement individualisé. Depuis son lancement en septembre 2013 à l'agence de Wasserbillig, cette offre de suivi sur mesure a été considérablement déployée courant 2014. De sorte que «10.000 personnes ont été "profilées" et 9.300 conventions de collaboration ont été signés», relève Gaby Wagner, directrice adjointe à l'ADEM qui en conclue que «cet encadrement à pris».

Autre phénomène marquant du bilan 2014: l'ADEM a organisé plus de 250 actions de formation pour plus de 4.000 personnes. En un an, le nombre d'aides individuelles à la formation professionnelle a augmenté de plus de 170%.

Un seul conseiller pour 285 demandeurs d'emploi

Entre les 17.200 demandeurs d'emploi et 7.800 personnes qui bénéficient de certaines mesures, les conseillers de l'ADEM suivent plus ou moins 25.000 demandeurs d'emploi qu'ils voient au moins une fois par mois.

Bilan: «Cela fait un ratio de 285 demandeurs d'emplois par conseiller. Ce qui fait toujours beaucoup de trop! Pour travailler de façon efficace, il faut moins de 100 demandeurs d'emploi pour un conseiller», estime Gaby Wagner. Avant de lancer à son ministre de tutelle, assis à côté d'elle, que l'ADEM «continuera de demander de nouvelles ressources». Lui, ne ferme pas la porte.

La vanne a d'ailleurs est ouverte en 2014 puisque «nous avons embauché 44 nouveaux collaborateurs l'an passé et il est prévu d'embaucher 22 collaborateurs supplémentaires en 2015:  huit sont en cours de recrutemeent, les autres devraient être chez nous d'ici la fin de la fin de l'année», résume Ian Tewes, directeur adjoint à l'ADEM.

Mieux préselectionner les candidats

En 2014, L'ADEM a encore intensifié ses relations avec les employeurs pour davantage essayer de coller à leur demande. Depuis la fin novembre, «toutes les offres passent par le Service employeur. Il s'agit d'envoyer le bon candidat, au bon moment vers la bonne entreprise, afin que ses chances d'embauche soient plus grandes», résume Isabelle Schlesser.

Au sein de ce Service employeur, une trentaine de personnes, dont 23 conseillers employeurs expérimentés issus du secteur privé qui connaissent les besoins des entreprises, filtrent et préselectionnent les candidats proposés par les conseillers des différentes agences. «L'une de nos grandes craintes était d'améliorer la qualité de la sélection mais de diminuer les chances données aux demandeurs d'emploi. En août 2014 il y a effectivement eu un creux dans les offres de postes mais nous sommes de retour à un niveau plus élevé qu'avant», assure la directrice de l'ADEM.

En cinq mois, c'est-à-dire entre mai et juin 2015, pas moins de 14.102 postes vacants ont été déclarés par des employeurs à l'ADEM. Il n'y en avait eu que 12.271 pour la même période en 2014.

Un «Jobboard» avant la fin 2015

Les efforts de l'ADEM ont porté leurs fruits puisque l'agence s'est vue décerner le prix du «best public partner» des entreprises en 2014 par un jury composé de 75 directeurs des ressources humaines.

D'ici la fin 2015, l'ADEM lancera son nouveau portail de l'emploi qui remplacera l'actuel. Un site web plus moderne, avec de nouveaux contenus et un «Jobboard» -créé dans le cadre du partenariat signé avec l'UEL- «qui permettra aux patrons de rechercher eux-mêmes les CV des demandeurs d'emplois et de les contacter directement», explifie Ian Tewes.

Le ministre du Travail a, «face à l'énorme parcours réalisé», tenu a remercier publiquement l'ensemble des collaborateurs. «L'ADEM d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec l'ADEM que j'ai trouvé lorsque je suis devenu ministre». C'était il y a cinq ans, en juillet 2009.


Maurice Fick


Sur le même sujet

Hélas, l'Adem ne va pas manquer de travail
Avec un peu plus de 20.200 chômeurs inscrits, l'Agence pour l'emploi fait face à un nombre de dossiers à traiter inédit en plus de vingt-cinq ans. Entretien avec Isabelle Schlesser, directrice de l'Adem pour évaluer les dispositifs à prendre pour contrecarrer cette vague de chômage.
online,fr, Isabelle Schlesser, Direktorin der ADEM, Arbeitslosigkeit Monat Mai  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le chômage bondit... et recule !
Avec une hausse, sur un an, de 33,6% du nombre de demandeurs d'emploi inscrits au Luxembourg, certains pourraient crier à la catastrophe. Sauf que, paradoxalement, par rapport au mois dernier, le nombre de chômeurs a diminué, pour s'établir à 20.209.
Le chômage continue de baisser au Luxembourg
Selon l'ADEM, qui a dévoilé son bilan 2017 lundi, la baisse du chômage persiste au Luxembourg, notamment chez les moins de 30 ans. L'agence a mis plusieurs dispositifs en place l'année passée, dans le but de poursuivre dans cette voie et de faciliter l'orientation des salariés handicapés.
En 2017 a été lancé le projet COSP-HR, qui a pour but de faciliter l'orientation et la réorientation des salariés handicapés ou reclassés