Changer d'édition

L'ACL freine l'utopie de l'e-mobilité
Luxembourg 4 min. 13.04.2021

L'ACL freine l'utopie de l'e-mobilité

L'ACL regrette que les infrastructures de recharge, par exemple, ne soient pas en nombre suffisant encore par rapport au parc électrique espéré.

L'ACL freine l'utopie de l'e-mobilité

L'ACL regrette que les infrastructures de recharge, par exemple, ne soient pas en nombre suffisant encore par rapport au parc électrique espéré.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 13.04.2021

L'ACL freine l'utopie de l'e-mobilité

L'objectif des 49% de véhicules à moteur électrique au Luxembourg d'ici 2030 relève de l'imaginaire, à en croire le directeur de l'Automobile Club de Luxembourg. Et Jean-Claude Juchem a des arguments plein son coffre.

(pj avec Marco Meng) - Un plan trop optimiste ou un mauvais calcul? D'ici 2030, 49% des voitures au Luxembourg devraient être électriques, selon l'objectif fixé par le gouvernement. Mais pour atteindre ce quota, à partir de maintenant, il va falloir ajouter chaque mois autant de voitures électriques que de nouvelles immatriculations au cours de la dernière année record. Pour Jean-Claude Juchem, directeur général de l'Automobile Club du Luxembourg (ACL), le pari parait bien trop haut, «car il ne s'agit pas seulement du nombre de voitures mais aussi de l'infrastructure nécessaire».


Der Staat unterstützt den Kauf eines Elektrofahrzeugs mit 5.000 Euro.
Basculer «de manière intelligente» vers l'électromobilité
Si le gouvernement entend mettre l'accent sur les véhicules fonctionnant à 100% sur batterie, la House of Automobile alerte sur une stratégie jugée trop restrictive. Avec le risque ultime de détourner le consommateur de ces motorisations.

Ainsi, fin février, on comptait 434.300 véhicules en circulation au Luxembourg, dont environ 4.900 à motorisation électrique. Soit 1,13% du parc automobile total. «Donc, mathématiquement, 260.000 véhicules devront être remplacés par des modèles électriques ces neuf prochaines années». Et à raison d'une borne électrique de recharge pour dix (estimation de la Commission européenne), cela signifie que des milliers de nouvelles bornes devront sortir de terre d'ici là pour que les usagers puissent réellement passer à l'e-mobilité. 

Mais 26.000 bornes de recharge installées dans le pays, voilà encore un objectif bien improbable, estime-t-on du côté de l'ACL. «Même si le ministre de la Mobilité, François Bausch, a annoncé que 800 stations de recharge seraient en service d'ici à la fin de 2020, il y en a moins de 500 à l'heure actuelle.» Alors de là à atteindre 50 fois plus d'équipements de recharge en moins de dix ans, le doute persiste...  Et Jean-Claude Juchem de plaider pour plus de réalisme.

D'ailleurs, même les nouvelles infrastructures réalisées n'ont pas forcément encore intégré l'essor puissant de l'électromobilité. Au centre commercial City Concorde, le nouveau parking compte plus de 1.500 places de stationnement, mais six points de recharge «seulement». Dans le nouveau quartier résidentiel en cours de construction à Elmen, 20 bornes sont envisagées pour 1.600 places de stationnement. 

Jean-Claude Juchem plaide aussi pour plus de concertation entre politiques et acteurs de terrain. A commencer par l'ACL elle-même qui, avec 191.000 adhérents, peut avoir une connaissance précise des attentes des conducteurs. Même approche à avoir avec les représentants des entreprises où les salariés peuvent stationner leur e-car huit heures par jour. Car il est logique de recharger sa batterie principalement dans les endroits où la voiture sera garée pendant une longue période. C'est-à-dire à la maison et sur le lieu de travail. Les stations de recharge publiques étant plutôt destinées à apporter un appoint rapide.

Pour le patron de l'ACL, se pose aussi la question des freins à l'achat. Pas seulement en termes de tarifs, mais aussi de technologie. Le développement des motorisations électriques est encore récent, et chaque année qui passe améliore les performances, la légèreté des batteries, etc. Alors, légitimement, le consommateur peut s'interroger : pourquoi acheter maintenant? Comment revendre un modèle électrique d'occasion dépassé? Autant d'interrogations dont les politiques semblent peu se soucier, favorisant l'achat par des primes mais sans trop se soucier du devenir de ces mêmes e-véhicules.

Jean-Claude Juchem estime qu'il faut se pencher aussi sur l'équipement en bornes des particuliers et des entreprises.
Jean-Claude Juchem estime qu'il faut se pencher aussi sur l'équipement en bornes des particuliers et des entreprises.
Photo : Anouk Antony

Par ailleurs, l'ACL essaye d'analyser la situation chez les voisins. Les pays aux alentours, où pourraient circuler les 49% de véhicules électriques du parc luxembourgeois de 2030, doivent eux aussi accélérer la mise en place d'équipements dédiés à cette nouvelle forme de mobilité. Et puis comment les salariés frontaliers se déplaceront-ils demain? Rien ne dit que Belges, Français et Allemands suivent la même route que leurs collègues luxembourgeois dans le choix d'une motorisation électrique pour leur voiture.

Enfin, Jean-Claude Juchem stigmatise la vision «verte» de l'électromobilité. Car même si François Bausch et Claude Turmes (Déi Gréng) soutiennent ce mode de déplacement, il convient de noter que l'énergie nécessaire proviendra de sources pas si écologiques que ça : centrales à charbon allemandes d'un côté, nucléaire français de l'autre et quelques pourcentages, seulement, d'énergies d'origine renouvelable dans le mix. 

Pas certain en effet que l'Europe dispose d'une quantité suffisante d'électricité produite de manière durable si la moitié des voitures du continent, à l'instar des 49% luxembourgeois, étaient alimentées à l'électricité. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Etat roule de plus en plus à l'électrique
Sur les 2.202 véhicules de la flotte automobile des administrations d'Etat, les motorisations thermiques sont encore (largement) dominantes. Mais les achats s'orientent toutefois vers plus de modèles hybrides ou 100% électriques.
L'électromobilité gagne en crédibilité
Si elles restent minoritaires, les voitures électriques se perfectionnent. En outre, souligne l'agence Myenergy, leur autonomie augmentent et le recyclage des batteries s'améliore. Seule la quantité d'électricité verte doit, elle, être revue à la hausse.
Wi , ACL , Automobile Club Luxembourg , Einweihung Loft , Mobility Center , u.a. ElektroFahrzeuge , Hybrid , Strom , Mobilität , Elektrautos , Ladestation , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Les moteurs thermiques en ont encore pour dix ans»
Pour Philippe Mersch, président de la Fedamo, si les ventes observées pendant l'Autofestival 2021 restent marquées par une part plus importante des véhicules hybrides et électriques, cette tendance ne signifie pas encore la fin des voitures essence et diesel.
Lok , Autofestival in Coronazeiten , 2021 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'électrique et l'hybride encore en sous-régime
Si le réseau de bornes de rechargement s'intensifie rapidement, le marché de l’électromobilité tarde à prendre son véritable envol, selon les données publiées mardi par les ministères de la Mobilité et de l'Énergie.
24.11. Creos / Pres Borne Electrique Chargy / vlnr Alex Michels,Etienne Schneider,Francois Bausch Foto:Guy Jallay