Changer d'édition

L'accès au télétravail restreint par nature
Luxembourg 3 min. 29.07.2019

L'accès au télétravail restreint par nature

L'accès au télétravail restreint par nature

Luxembourg 3 min. 29.07.2019

L'accès au télétravail restreint par nature

Le principal frein au développement du travail à distance serait la nature même des fonctions occupées par le salarié. L'autre handicap, relevé par une étude du LISER, étant la timidité des entreprises à adopter cette nouvelle pratique.

Le LISER (Institut luxembourgeois d'études socio-économiques) vient de dévoiler une étude sur le télétravail. Celle-ci porte sur les facteurs déterminants qui poussent un salarié à télétravailler. Le moins que l'on puisse dire, au terme des travaux menés par le Dr Laetitia Hauret, c'est que l'accès à cette pratique est loin d'être une évidence en milieu professionnel.

Le premier obstacle s'avère être le métier lui-même. En effet, tous les emplois ne sont pas transposables dans une formule à distance. «En 2013, à peine la moitié - 48%-  des salariés du secteur privé au Grand-Duché estimaient que leur travail se prêtait au télétravail.» Donc pour 52%, cette direction s'avère inenvisageable.

Beaucoup d'employeurs craignent encore de «perdre le contrôle» sur leurs employés télétravailleurs. Il faudrait donc revoir les pratiques managériales.
Beaucoup d'employeurs craignent encore de «perdre le contrôle» sur leurs employés télétravailleurs. Il faudrait donc revoir les pratiques managériales.

Des travaux menés par le LISER, il apparaît aussi que peu d'entreprises donnent cette opportunité à leurs effectifs. A cela, la chercheuse liste plusieurs explications : «crainte de perdre le contrôle sur le temps de travail, nécessité de repenser le mode de management ou de développer la sécurité des systèmes informatiques». Et cette timidité n'est pas sans effet puisque les trois quarts des salariés ayant un emploi pouvant se prêter au télétravail déclarent que leur employeur ne leur accorde pas cette possibilité.

Rien qu'avec ces deux arguments, nature du métier ou restriction de l'employeur, 88% des salariés interrogés déclaraient ne pas avoir l'opportunité de «délocaliser» leur travail. 

La digitalisation d'abord 

A l'heure où accéder à son lieu de travail devient de plus en plus problématique, où le salarié réclame de passer moins de temps dans les transports, demande une plus grande autonomie ou souhaite une qualité de vie améliorée, le télétravail reste une piste à creuser plus que jamais. Pour cela, l'étude du LISER pointe deux pistes d'évolution.


Le «coworking» face aux problèmes de mobilité
Face à l'afflux de frontaliers français au Luxembourg, un nouveau centre dédié au télétravail vient d'ouvrir ses portes du côté de l'agglomération de Thionville. Une solution toute trouvée pour limiter les embouteillages? Pas si sûr.

Encourager la digitalisation constitue le premier axe de développement possible. «Le progrès technique, via notamment l'usage des technologies de l'information et de la communication permet d'augmenter le nombre d'emplois pour lequel le télétravail est possible», note Laetitia Hauret.

48 jours accordés aux Belges

De plus, le second effort pourrait porter sur l'accompagnement des entreprises «dans la refonte de leurs pratiques managériales». Le passage au télétravail impliquant, par exemple, un management basé sur la réalisation d'objectifs et la confiance mutuelle plutôt que sur une tutelle fondée sur le présentiel et le contrôle.

Pour mémoire, en mai 2019, Belgique et Luxembourg ont entamé des discussions pour porter le nombre d'heures hebdomadaires de télétravail accordées aux frontaliers belges de 24 à 48. Soit l'équivalent d'un jour de télétravail par semaine. 

56 jours réclamés par le CNE

L'approbation, le 2 juillet 2019, de la nouvelle convention fiscale entre France et Grand-Duché a, elle, porté à 29 jours la possibilité de télétravail accordée aux frontaliers de l'Hexagone. Un chiffre qui reste encore limité à 19 pour les salariés venus d'Allemagne. 

En avril 2019, le Conseil national pour les étrangers (CNE) a aussi fait parvenir un rapport sur la question du télétravail au ministre du Travail. Le document proposait à Dan Kersch (LSAP) de donner à tous les salariés frontaliers un quota légal maximum autorisé de 56 jours de télétravail. Un document resté sans suite.



Sur le même sujet

Les seuils à respecter pour télétravailler
Dès 2020, les travailleurs frontaliers français embauchés au Luxembourg disposeront de 29 jours de télétravail. Mais pas un de plus, à cause des «dispositions à respecter, sans quoi ça peut avoir pour conséquence une charge financière», explique Nora Benyoucef.
Enquête: pourquoi si peu de télétravail au Luxembourg?
Il y a trois semaines, nous vous avions sollicités via Facebook pour connaître vos interrogations sur le thème du télétravail. Vous avez été nombreux à vouloir savoir pourquoi les employeurs luxembourgeois rechignent à mettre en place des mesures de flexibilité du temps de travail. Voici nos réponses.
Télétravail: quel cadre juridique au Luxembourg?
La loi sur la modification du Code du travail vient d'être votée au Luxembourg et en septembre dernier, la loi Pénicaud, a assoupli le cadre juridique du télétravail en France. Qu'en est-il au Luxembourg? Quels sont les salariés qui le pratiquent? Quel avenir pour le télétravail pour les salariés luxembourgeois?
Le refus par le salarié d'une proposition de télétravail faite par son employeur ne constitue pas en soi un motif de résiliation de son contrat de travail et l'employeur ne peut lui imposer.