Changer d'édition

Krank Kanner Doheem: un service encore trop méconnu
Luxembourg 3 min. 25.11.2022
Une initiative de SOS femmes en détresse

Krank Kanner Doheem: un service encore trop méconnu

«Depuis août 2016, la commune de Mamer accorde une subvention qui s’élève à 50% des montants facturés sans pouvoir dépasser un montant de 150€ par enfant, par année scolaire, pour des gardes assurées par le service.»
Une initiative de SOS femmes en détresse

Krank Kanner Doheem: un service encore trop méconnu

«Depuis août 2016, la commune de Mamer accorde une subvention qui s’élève à 50% des montants facturés sans pouvoir dépasser un montant de 150€ par enfant, par année scolaire, pour des gardes assurées par le service.»
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 25.11.2022
Une initiative de SOS femmes en détresse

Krank Kanner Doheem: un service encore trop méconnu

Megane KAMBALA
Megane KAMBALA
Une solution de garde autre que les crèches existe au Luxembourg lorsque votre enfant est malade. Assuré par l'asbl Femmes en détresse, ce service est accessible à tous les résidents sous réserve de soumission d'un dossier dûment complété.

Mis en place il y a 34 ans sur une idée du Centre pour Femmes, Familles et Familles Monoparentales, le service Krank Kanner Doheem permet la garde d'enfants malades à leur domicile lorsque les parents qui travaillent ne peuvent obtenir un congé pour veiller sur eux.


Lokales, PresseKonferenz, Société Luxembourgeoise de Pédiatrie, Bronchiolite, Bronchiolitis, mit Dr Julien Darmian, Dr Serge Allard und Dr Isabel De La Fuente, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Embrassez vos bébés sur les pieds plutôt que sur le visage!»
Au vu de la récente hausse des cas de bronchiolites observée depuis quelques jours, la société luxembourgeoise de pédiatrie a tenu à s’exprimer sur le sujet, pour tenter d'endiguer l’épidémie le plus rapidement possible.

Le principe est simple, si votre enfant tombe malade et que vous n'avez personne pour le garder, c'est ce service qu'il faut contacter: le tarif de garde sera calculé selon vos revenus. Les mères et les pères célibataires sont d'ailleurs prioritaires pour en bénéficier. Une collaboratrice viendra au domicile indiqué pour prendre soin de la petite tête blonde mal en point. «Par sa présence et son travail, elle contribue à ce que l'enfant guérisse sans problème dans son milieu habituel».

Pour cela, ce sont dix collaboratrices dédiées œuvrant pour l'association Femmes en détresse qui assurent ces gardes dans tout le pays entre 7 et 19h, sur une durée ne pouvant excéder 9h par jour. Le site internet du service précise également que «la visite d'un médecin est indiquée à partir du deuxième jour pour donner des informations et instructions concernant la maladie et le traitement».

Frédérique Koedinger, responsable du service Krank Kanner Doheem.
Frédérique Koedinger, responsable du service Krank Kanner Doheem.
Photo: Gerry Huberty

Preuve s'il en fallait une que l'initiative a rencontré son public, Femmes en Détresse asbl adresse en fin de chaque année une demande de subvention à la Ville de Luxembourg. Si le budget le permet, la Ville alloue alors une somme pour garantir une bonne prise en charge des enfants malades dans la localité. En 2017 par exemple, c'est une enveloppe de 30.000 euros que l'association avait reçue. D'autres communes publient dans leur bulletin communal le flyer de l'asbl à chaque rentrée scolaire, ainsi que des renseignements sur les modalités de gardes.

Il y a effectivement des gens qui ne connaissent pas encore le service.

Frédérique Koedinger, responsable du service Krank Kanner Doheem

Contactée par les soins de la rédaction pour plus de précisions sur ce service qui n'est pas encore connu de tous les résidents, sa responsable, Frédérique Koedinger, affirme qu'il compte «actuellement 2.118 clients enregistrés dans sa base de données, et ceci depuis 2015».

Elle reconnait toutefois qu'«il y a effectivement des gens qui ne connaissent pas encore le service, c'est pourquoi chaque année au printemps et en été les collaboratrices distribuent nos flyers et affiches, tout en informant les médecins, pédiatres, pharmacies, crèches, et les maisons relais sur notre fonctionnement». Cet automne en revanche, une campagne de publicité à cet égard été menée durant les trois premières semaines d'octobre sur les écrans d'affichage des stations dans les bus du réseau RGTR.

Un retour à la normale se profile après 2020

Une sorte de retour tout en discrétion après deux années particulières en raison de la pandémie de covid-19. D'ailleurs, pendant le premier confinement de mars à mai 2020, «aucune garde n'a été organisée». 

Une situation inédite pour tous qui a conduit à la mise en place d'«un nouveau concept d'hygiène spécialement élaboré pour le service». Ainsi, les collaboratrices ont pu recevoir du matériel pour se protéger contre le virus, à l'image des blouses médicales, masques, visières etc.

Les demandes se sont bien entendu faites plus rares pendant toute cette période et «certaines des collaboratrices du service Krank Kanner Doheem ont travaillé dans d'autres services de Femmes en Détresse asbl». Le taux de gardes organisées à donc «diminué de façon conséquente en 2020, les modalités du congé pour raisons familiales et le télétravail ont eu leur impact. De plus, accueillir des personnes à leur domicile n’était pas perçu comme adapté à la situation sanitaire» pour la majorité des parents.

Cependant, la fin du télétravail illimité, combinée avec un certain retour à la normale depuis quelques mois; ainsi que l'hiver approchant, devrait faire à nouveau augmenter les demandes de gardes. Et, en cas de demandes exponentielles, notamment en raison de l'épidémie de bronchiolites qui sévit en ce moment au Luxembourg, mais aussi d'autres maladies causées par le froid, la responsable du service l'assure: «On embauchera des gardiennes».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.