Changer d'édition

Kleos Space place ses premiers satellites en orbite
Luxembourg 2 min. 09.11.2020 Cet article est archivé

Kleos Space place ses premiers satellites en orbite

Luxembourg 2 min. 09.11.2020 Cet article est archivé

Kleos Space place ses premiers satellites en orbite

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Nouvelle réussite luxembourgeoise dans le domaine spatial : avec cette jeune firme ayant réussi à lancer quatre engins d'observation des mers

Ces derniers temps, quand une conversation abordait les thèmes de l'espace et du Luxembourg, il était plutôt question d'imbroglio. Et notamment la trajectoire étrange prise par le projet LUXEOSys, satellite d'observation dont le prix atteignait subitement un montant sidéral (et sidérant). Mais ce lundi, c'est une actualité plus heureuse qui vient de tomber du ciel : les quatre satellites conçus par la société luxembourgeoise Kleos Space ont bien été déployés en orbite, à 575 km de la Terre.

Le quatuor a pris la voie des airs, samedi, depuis une base de lancement indienne. Désormais les quatre engins ont rejoint la juste altitude, les communications ont été établies et leur mission peut débuter. A savoir l'observation de «zones d'intérêt cruciales» telles que le détroit d'Ormuz, la mer de Chine méridionale, l'Afrique de l'Est et de l'Ouest, la mer du Japon méridionale, la côte nord de l'Australie, ou la mer du Timor.


3,1 millions d'euros tombés du ciel de Dubaï
Kleos Space, société de technologie spatiale luxembourgeoise, a obtenu ce prêt du bureau de gestion de patrimoine Winance. Un résultat concret de la dernière mission économique aux Emirats arabes unis.

Pour le directeur général de Kleos Space, il s'agit bien évidemment là d'une étape majeure pour la firme installée rue des Gaulois à Luxembourg, et tout juste âgée de trois ans. Et Andy Bowyer de commenter : « Nous commençons à fournir les données commerciales et indépendantes aux agences gouvernementales, à la communauté du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance (ISR) et aux organisations intéressées par la localisation des menaces, des biens ou des personnes ayant besoin de recherche et de sauvetage».

Après la réussite d'Esail, en septembre, voilà un nouvel exemple made in Luxembourg, du savoir-faire des sociétés grand-ducales dans le domaine de l'espace. D'où le salut du ministre de la Défense pour cette mise en orbite. Ainsi François Bausch (Déi Gréng) a-t-il salué l'événement par ces mots :  «Il est pour moi de la plus haute importance que tous nos efforts soient dédiés au maintien de la paix dans notre monde, mais aussi dans l’espace. Nous devons donc développer des capacités significatives pour notre défense commune ainsi que pour la société en général. Les activités de Kleos au Luxembourg s'inscrivent parfaitement dans cet objectif».


Objectif Lune pour la Luxembourg Space Agency
Son nom est Artemis. Ce programme dirigé par la Nasa vise à un retour de l'homme sur le satellite de la Terre d'ici 2024. Franz Fayot, le ministre de l'Économie a signé mardi l'accord qui formalise la collaboration entre la Nasa et l'agence spatiale luxembourgeoise.

Ainsi, avec ses quatre satellites (en réalité des nano-satellites «de la taille d'une boite à chaussures»), la firme fournit une image globale de l'activité maritime cachée, améliorant la capacité de renseignement des entités gouvernementales et commerciales lorsque l'AIS (système d'identification automatique des navires) est mis en échec, que les images sont floues ou que les cibles sont hors de portée des patrouilles. 

A l'horizon 2021, Kleos entreprendra le développement d'un deuxième groupe de satellites. Des mini-appareils d'observation des mers, là encore, dont le lancement pourrait avoir lieu en milieu d'année prochaine. Assurant une meilleure couverture maritime et donc une source de revenus plus vaste à la société. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors qu'un lancement est prévu dans les prochains jours, la firme luxembourgeoise a d'ores et déjà signé un nouveau contrat avec son partenaire Isispace. Un troisième groupe de satellites sera donc envoyé dans l'espace.
Ce lundi, l'ancien ministre de l'Economie a été nommé au conseil consultatif sur les ressources spatiales où il siégera aux côtés d'experts internationaux. Autant de soutiens supplémentaires pour lui permettre de viser les étoiles : la direction générale de l'Agence spatiale européenne, poste qu'il convoite depuis quelques mois.
Politik, Etienne Schneider, Vizepremierinister,Minister für Wirtschaft und Gesundheit. Pressekonferenz zum Abschied in der Regierung. Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Annoncée en novembre 2019, la création d'un «centre d'innovation européen pour les ressources spatiales» se concrétisera d'ici la fin de l'année via la mise en place d'un nouveau département au sein du LIST. La nouvelle structure ambitionne de devenir «un pôle d'excellence en Europe».
Pékin à l'assaut de Mars: le géant asiatique a lancé jeudi une sonde qui va parcourir un long voyage jusqu'à la planète rouge, en pleine rivalité diplomatique et technologique avec les Etats-Unis.
A Long March-5 rocket, carrying an orbiter, lander and rover as part of the Tianwen-1 mission to Mars, lifts off from the Wenchang Space Launch Centre in southern China's Hainan Province on July 23, 2020. (Photo by Noel CELIS / AFP)