Changer d'édition

Justice et police affinent l'accès à leurs fichiers
Luxembourg 4 min. 16.09.2021
Protection des données

Justice et police affinent l'accès à leurs fichiers

Sam Tanson -Justice- et Henri Kox -Sécurité intérieure- proposeront leurs nouvelles lois sur les fichiers en même temps.
Protection des données

Justice et police affinent l'accès à leurs fichiers

Sam Tanson -Justice- et Henri Kox -Sécurité intérieure- proposeront leurs nouvelles lois sur les fichiers en même temps.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 16.09.2021
Protection des données

Justice et police affinent l'accès à leurs fichiers

Au bout de plus de deux ans de débats, enflammés puis plus assagis, la question de la gestion des informations pénales semble s'approcher d'une issue. En 2022, les deux textes définitifs pourraient être votés pour ce qui concerne le stockage et l'usage des données par policiers et magistrats.

(Pj avec Danielle SCHUMACHER) En 2019, la question de l'accès aux données stockées dans une multitude de fichiers gérés par la police et la justice avait enflammé les débats politiques. Le temps a passé, les débats ont perdu de leur vigueur. Ministres concernés comme députés ont, depuis, passé des mois et des mois à s'interroger sur les nécessaires limites à fixer pour déterminer qui et dans quelles circonstances pouvait s'introduire dans le système, agents comme magistrats. «Maintenant, j'ai bon espoir que d'ici six mois, le Conseil d'Etat aura rendu ses avis et que le projet de loi définitif sur ces fichiers puisse être voté», indique Charles Margue (Déi Gréng).


Picture taken on January 4, 2019 shows the website of the German Bundestag (lower house of parliament) with pictures of delegates displayed on the screen of a laptop. - Private data stolen from hundreds of German politicians, including Chancellor Angela Merkel, have been released online, the government said on January 4, 2019. The information, which comprised home addresses, mobile phone numbers, letters, invoices and copies of identity documents, was published via Twitter in December but inexplicably only came to light this week. (Photo by Odd ANDERSEN / AFP)
Sam Tanson délimite le contrôle d'honorabilité
La ministre de la Justice a présenté, mercredi, son projet de loi sur l'accès aux données indispensables pour l'octroi de certaines autorisations ou accès à des métiers. A l'avenir, l'usage des fichiers sera bien plus restreint et conditionné au réel besoin d'informations.

Le parlementaire a été choisi comme rapporteur des 12 articles qui concernent le fichier Ju-cha, celui destiné à la justice. Un fichier dont la ministre de tutelle, Sam Tanson, a rappelé mercredi la nouvelle teneur. «Notre objectif reste de protéger les données personnelles autant que possible sans gêner le pouvoir judiciaire dans son travail», déclare celle qui a pris la suite du ministre Félix Braz sur ce dossier de longue haleine. 

Quelles données personnelles pourront être stockées? Pour quel usage? Qui peut accéder aux informations? Quelle sera la durée de stockage? Voilà autant de questions auxquelles le texte de loi répond. Y compris la façon dont les magistrats peuvent exploiter ces traces du passé judiciaire des uns et des autres. «Et puis, unanimement, les députés de la commission Justice ont interdit l'accès au fichier Ju-cha au Service de renseignement de l'Etat (SREL)», ajoute Charles Margue. 

Deux textes, un vote commun

Dans le futur fonctionnement des fichiers, la liste des amendes pourrait remonter sur cinq ans; dix ans pour les peines de prison de moins de six mois; 15 ans de stockage pour les peines de prison allant jusqu'à deux ans et 20 ans de ''mémoire'' pour les peines de prison de plus de deux ans. Et si Sam Tanson avait invité son collègue Henri Kox (Déi Greng), c'est que la police supervisée par le ministre de la Sécurité intérieure devra aussi faire le ménage dans les données individuelles enregistrées dans ses propres fichiers. Cela selon le même rythme que celui évoqué ci-dessus.


IPO,PK Fichiers de la police grand-ducale,Henri Kox,Sam Tanson. Philippe Schrantz.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les fichiers de la police plus strictement encadrés
Au cœur d'une polémique à l'été 2019, l'utilisation des données des citoyens dans le cadre du travail de la police sera mieux réglementée, via un accès mieux encadré, indiquent mercredi Sam Tanson, ministre de la Justice, et Henri Kox, ministre de la Sécurité intérieure.

D'ailleurs, en parallèle, un texte de loi sur les fichiers de la police est lui aussi en cours. Plus avancé dans la procédure d'ailleurs. Mais les deux seront soumis au vote en même temps car partageant la même logique.

Afin que les deux autorités soient parfaitement coordonnées dans leur gestion quotidienne de leurs propres fichiers, une entreprise externe a été retenue. Elle travaille déjà pour mettre en place une interface commune. Une société qui, bien entendu, planche sur ce logiciel sans avoir accès aux données réelles, mais élaborant son programme avec des «données de test», assure la ministre Tanson.

A l'avenir seuls les juges et le personnel autorisé pourront accéder aux données des casiers judiciaires. Des notes qui seront conservées sur une période allant de deux à dix ans, en fonction de la gravité des infractions. Après cinq ans de stockage, l'accès sera encore plus limité à certaines fonctions. Ensuite, il a été choisi qu'après un acquittement, les données restent tout de même accessibles pendant six mois, ceci afin de «régler des questions administratives» si nécessaire. 

Pour tout ce qui concernera la situation des mineurs, seuls les juges des tribunaux pour enfants et le personnel spécialisé y auront accès. En général, l'accès aux données précédentes deviendra impossible trois ans après l'âge de la majorité. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Justice a présenté, mercredi, son projet de loi sur l'accès aux données indispensables pour l'octroi de certaines autorisations ou accès à des métiers. A l'avenir, l'usage des fichiers sera bien plus restreint et conditionné au réel besoin d'informations.
Picture taken on January 4, 2019 shows the website of the German Bundestag (lower house of parliament) with pictures of delegates displayed on the screen of a laptop. - Private data stolen from hundreds of German politicians, including Chancellor Angela Merkel, have been released online, the government said on January 4, 2019. The information, which comprised home addresses, mobile phone numbers, letters, invoices and copies of identity documents, was published via Twitter in December but inexplicably only came to light this week. (Photo by Odd ANDERSEN / AFP)
Le procureur général, Martine Solovieff, reste en désaccord avec le chapitre proposé pour la révision du chapitre "Justice" de la Constitution. Elle réclame encore que la séparation entre magistrats et ministère de la Justice soit clairement stipulée. Entre autres demandes...
Politik, Oberster Gerichtshof, cour supérieure de justice, Martine Solovieff Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Dossier brûlant l'été dernier, le bon usage des fichiers de la police avance maintenant plus sereinement. Mercredi, deux commissions parlementaires ont planché sur l'avant-projet de loi qui sera discuté par le Conseil de gouvernement avant les vacances.
Contrairement à ce qu'avait annoncé François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Sécurité Intérieure, la nouvelle base légale pour l'utilisation des fichiers de la police et de la Justice ne verra pas le jour avant mars 2020, voire l'été prochain, a-t-il annoncé vendredi.
Les arrestations se retrouvent aussi dans des fichiers de la police, et peuvent poursuivre les citoyens de manière disproportionnée, en raison de dysfonctionnements.
La protection des informations personnelles contenues dans les banques de données utilisées par les forces de l'ordre et les magistrats doit être renforcée. Comme François Bausch, la ministre de la Justice plaide pour un premier texte à adopter dans les meilleurs délais.
Sam Tanson ne veut pas d'un texte global, mais bien «d'une loi au cas par cas, selon chaque fichier».