Changer d'édition

Jusqu'à 12.500 euros pour un «faux» CovidCheck
Luxembourg 2 min. 09.11.2021
Pandémie au Luxembourg

Jusqu'à 12.500 euros pour un «faux» CovidCheck

Depuis le 1er novembre, le CovidCheck est appliqué dans les entreprises privées volontaires.
Pandémie au Luxembourg

Jusqu'à 12.500 euros pour un «faux» CovidCheck

Depuis le 1er novembre, le CovidCheck est appliqué dans les entreprises privées volontaires.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 09.11.2021
Pandémie au Luxembourg

Jusqu'à 12.500 euros pour un «faux» CovidCheck

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
La présentation du CovidCheck se généralise au Grand-Duché, mais attention aux sanctions pour qui présenterait un faux certificat. La loi prévoit de lourdes conséquences.

N'empruntez pas le QR Code ou les résultats de test PCR d'un ami pour passer un contrôle CovidCheck, il pourrait vous en coûter. Même chose pour un document contrefait d'ailleurs. Plusieurs articles du code pénal sanctionnent de tels comportements.  Ainsi, la fabrication d'un faux document d'identité est punie «d'un emprisonnement d'un mois à trois ans et d'une amende de 251 euros à 12.500 euros ou d'une de ces peines seulement», selon l'article 198 du code pénal.


A nurse pushes a resident in her wheelchair at the SenVital elderly home in Kleinmachnow outside Berlin May 28, 2013. Facing an acute shortage of skilled applicants among its own workforce, German institutions in the care sector increasingly turn to southern European countries to hire trained nursing staff who are willing to work abroad despite the langue barrier in order to escape unemployment at home. The SenVital home for the elderly outside Berlin has accepted five qualified nurses from Spain as their staff, providing eight months of language training and additional care schooling needed to attain the German nursing concession.  Some 100 Spaniards applied for the ten vacancies SenVital had advertised across its various houses.  REUTERS/Thomas Peter (GERMANY  - Tags: HEALTH BUSINESS EMPLOYMENT)
Un premier licenciement après refus du CovidCheck
Une soignante qui n'acceptait pas de se plier au contrôle de son état sanitaire avant de prendre son service a été mise à la porte des Hôpitaux Robert-Schuman. Une exception qui pointe le flou de la loi.

Donner et acquérir une pièce d'identité est également condamné par l'article 199 du code pénal, soit une condamnation à une peine «d'emprisonnement de huit jours à trois ans et d'une amende de 251 euros à 12.500 euros ou d'une de ces peines seulement» Le rappel a été fait, mardi, par la ministre de la Santé. 

Mardi, dans une réponse parlementaire adressée à Nancy Arendt (CSV), Paulette Lenert (LSAP) indique que depuis l'introduction du dispositif, en juin dernier, la police n'a pas constaté de pareilles fraudes. Et d'inciter toutefois les personnes qui se retrouveraient au courant de telles pratiques «sont priées d'en informer la police». 


(FILES) In this file photo taken on August 07, 2021, a waitress serves food to customers dining indoors at Langer's Deli in Los Angeles, California. - Americans saw their incomes drop by a full percentage point in September as pandemic aid programs to support the unemployed ended that month, according to Commerce Department data released on October 29, 2021. While the decline in income was greater than expected, the report said personal consumption expenditures (PCE) increased by a better-than-forecast 0.6 percent, as consumers channeled their money toward services like health care, restaurants and hotels. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)
Le CovidCheck obligatoire au menu
Désormais, les clients des restaurants doivent impérativement présenter leur QR Code sanitaire s'ils souhaitent s'attabler.

Les organisateurs d'événements sont, eux, tenus responsables du «contrôle à l'entrée». Mais ce contrôle concerne uniquement la validité du CovidCheck et non son authenticité par rapport à la personne qui le présente. 

Depuis le 1er novembre, la présentation du CovidCheck est systématiquement demandée dans la restauration. La preuve de la vaccination, guérison ou d'un test négatif est aussi réclamée désormais à l'entrée de certaines administrations et d'entreprises privées volontaires


L'irrésistible arrivée du CovidCheck en entreprise
Passé cette Toussaint, les sociétés pourront vérifier le statut sanitaire de leurs salariés. La pression syndicale n'aura rien changé. Le patronat invite, lui, les chefs d'entreprise à bien dialoguer avant de franchir ce seuil (qui reste optionnel).

Une mesure qui ne plaît pas à tout le monde. En témoignent aussi bien la grogne syndicale exprimée par OGBL, CGFP et LCGB, les marches blanches organisées ces dernières semaines et une pétition publique opposée à cette règle. Celle-ci a obtenu suffisamment de signatures pour entraîner la tenue d'un débat public dans les semaines à venir.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La mesure de contrôle sanitaire à l'entrée des entreprises, devenue optionnelle au 1er novembre, n'est pas seulement combattue par les syndicats. Une pétition publique demandant son interdiction est déjà soutenue par plus de 4.700 citoyens.
Désormais, les clients des restaurants doivent impérativement présenter leur QR Code sanitaire s'ils souhaitent s'attabler.
(FILES) In this file photo taken on August 07, 2021, a waitress serves food to customers dining indoors at Langer's Deli in Los Angeles, California. - Americans saw their incomes drop by a full percentage point in September as pandemic aid programs to support the unemployed ended that month, according to Commerce Department data released on October 29, 2021. While the decline in income was greater than expected, the report said personal consumption expenditures (PCE) increased by a better-than-forecast 0.6 percent, as consumers channeled their money toward services like health care, restaurants and hotels. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)
Comme deux semaines auparavant, près de 3.500 personnes ont à nouveau manifesté dans la capitale leur opposition aux mesures votées pour contrer l'épidémie covid. Un cortège aux motivations toujours aussi multiples.
Pour la Commission nationale pour la protection des données (CNPD), l'entrée en vigueur au 1er novembre du régime CovidCheck élargi soulève encore la question de l'utilisation des informations de santé recueillies par les entreprises et les administrations.
Tine A. Larsen, CNPD, Foto Lex Kleren