Changer d'édition

Juncker ne briguera pas un 2e mandat de président
Luxembourg 2 min. 12.02.2017 Cet article est archivé
Commission européenne

Juncker ne briguera pas un 2e mandat de président

L'ancien Premier ministre luxembourgeois, âgé de 62 ans, était devenu président de la Commission européenne en novembre 2014, après avoir longtemps présidé l'Eurogroupe qui réunit les ministres des Finances.
Commission européenne

Juncker ne briguera pas un 2e mandat de président

L'ancien Premier ministre luxembourgeois, âgé de 62 ans, était devenu président de la Commission européenne en novembre 2014, après avoir longtemps présidé l'Eurogroupe qui réunit les ministres des Finances.
AFP
Luxembourg 2 min. 12.02.2017 Cet article est archivé
Commission européenne

Juncker ne briguera pas un 2e mandat de président

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a annoncé qu'il ne briguerait pas un deuxième mandat en 2019, en dressant un sombre tableau de la situation de l'UE, dans une interview à la radio publique allemande.

(AFP) - Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a annoncé qu'il ne briguerait pas un deuxième mandat en 2019, en dressant un sombre tableau de la situation de l'UE, dans une interview à la radio publique allemande.

En 2014, «ce fut une belle campagne électorale. Mais il n'y en aura pas de seconde car je ne me porterai pas candidat une seconde fois», a-t-il affirmé sur les ondes de Deutschlandfunk.

L'ancien Premier ministre luxembourgeois, âgé de 62 ans, était devenu président de la Commission européenne en novembre 2014, désigné par les chefs d'Etat et de gouvernement européens puis confirmé par le Parlement européen, après avoir longtemps présidé l'Eurogroupe qui réunit les ministres des Finances.

Son mandat est de cinq ans, renouvelable une fois.

Dans cet entretien, qui sera diffusé dimanche mais a été publié à l'avance samedi, M. Juncker a tiré un sombre bilan de l'état de l'Europe.

«Est-ce que le moment est venu où l'Union européenne des 27 doit montrer de l'unité, de la cohésion et de la cohérence ?, s'est-il interrogé. »Oui, je dis oui s'agissant du Brexit ou de Trump (...). Mais j'ai quelques doutes justifiés que cela arrive vraiment«, a-t-il ajouté.

Pour M. Juncker, l'UE évolue dans des directions différentes selon les pays, qui sont difficilement compatibles entre elles. »Les Hongrois et les Polonais veulent-ils exactement la même chose que les Allemands ou les Français ? J'ai de grands doutes«, a-t-il souligné.

L'ancien chef du gouvernement luxembourgeois s'est inquiété en particulier des risques de divisions sur les conditions de sortie de la Grande-Bretagne.

»Les Britanniques vont réussir, sans trop de difficultés, à diviser les 27 autres pays de l'UE«, a estimé M. Juncker.

»Les Britanniques savent déjà très bien comment s'y prendre«, a-t-il ajouté, »on promet telle chose à l'Etat A, telle autre à l'Etat B et encore autre chose à l'Etat C et au final il n'y a pas de front uni européen«.

M. Juncker a admis avoir eu pour ambition au début de son mandat de faire remonter la confiance des opinions publiques dans le projet européen. »Et à présent me voilà occupé, plusieurs heures par jour, à planifier la sortie d'un Etat membre, ce n'est pas un travail d'avenir«, a-t-il dit.

Le président de la Commission a dans le même temps réaffirmé que la Grande-Bretagne n'avait pas le droit de commencer à négocier des accords commerciaux séparés, alors que les Etats-Unis lui ont déjà fait miroiter un traité en ce sens.

»Nous ne devrions pas autoriser les Britanniques à faire comme s'ils pouvaient déjà conclure seuls des traités commerciaux avec d'autres parties car ils n'en ont pas le droit«, a dit M. Juncker, »tant que la Grande-Bretagne est membre de l'UE la politique commerciale est du ressort de l'UE".

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le président américain Donald Trump a été reçu jeudi à Bruxelles par les présidents du Conseil et de la Commission européens, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, pour sa première rencontre avec les dirigeants d'une UE qu'il a sévèrement critiquée.
Cette première rencontre entre le président américain et les principaux dirigeants de l'Union européenne a duré environ une heure et demie.
«Le président récemment élu se réjouit de voir la Grande-Bretagne sortir» de l'UE. S'il continue, je vais encourager l'Ohio ou le Texas à quitter les Etats-Unis», a lancé Jean-Claude Juncker.
Jean-Claude Juncker à Malte ce jeudi
L'accord entre la Turquie et l'UE, qui a permis d'assécher le flux de passages clandestins vers l'Europe, «doit être respecté et il le sera», a affirmé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans une interview samedi à un journal belge.
«Je constate qu'Erdogan et son gouvernement sont en train de "préculpabiliser" l'Europe pour l'échec des négociations d'adhésion»
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exclu mardi toute sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, affirmant que l'exécutif européen n'avait "pas de plan B" comme alternative.
Jean-Claude Juncker, lundi 15 février 2016.