Changer d'édition

Journée mondiale contre le cancer: Le cancer: première cause de mortalité au Luxembourg
Le cancer est la première cause de mortalité au Luxembourg et tue chaque année 8,2 millions de personnes.

Journée mondiale contre le cancer: Le cancer: première cause de mortalité au Luxembourg

Illustration: Shutterstock
Le cancer est la première cause de mortalité au Luxembourg et tue chaque année 8,2 millions de personnes.
Luxembourg 3 min. 04.02.2017

Journée mondiale contre le cancer: Le cancer: première cause de mortalité au Luxembourg

C'est ce samedi 4 février qu'est célébrée la journée mondiale contre le cancer: un mal qui a causé la mort de plus de mille Luxembourgeois en 2014 et qui équivaut, à l'heure actuelle, à la première cause de mortalité du pays.

(SW) - C'est ce samedi 4 février qu'est célébrée la journée mondiale contre le cancer: un mal qui a causé la mort de plus de mille Luxembourgeois en 2014 et qui équivaut, à l'heure actuelle, à la première cause de mortalité du pays.

Pour Lydia Mutsch, ministre de la Santé, «cette commémoration permet de réfléchir à la façon dont le cancer peut toucher chacun de nous de différentes manières, ainsi qu’aux mesures que nous pouvons prendre afin de réduire l’impact du cancer sur les individus, les familles, les communautés et les patients.»

8,2 millions de décès dans le monde, plus de mille au Luxembourg

L’épidémie mondiale de cancer est considérable et se développera probablement davantage dans le futur. À l’heure actuelle, 8,2 millions de personnes à travers le monde décèdent chaque année du cancer, dont 4 millions prématurément (âgées de 30 à 69 ans).

Au Luxembourg, les cancers ont constitué en 2014 la première cause de mortalité chez les hommes (33,9%), et la deuxième cause chez les femmes (27,1%).

Ils étaient responsables de 30,6% de tous les décès, soit 1.164 personnes décédées des suites de cancer.

D’après le rapport «Statistiques des causes de décès pour l'année 2014», publié par la Direction de la santé en janvier 2016, les cancers les plus fréquents chez les hommes sont (par ordre de fréquence):

  • le cancer du poumon et des bronches,
  • le cancer du côlon,
  • le cancer de la prostate,
  • le cancer du pancréas.

Chez les femmes:

  • le cancer du sein,
  • le cancer du poumon et des bronches,
  • le cancer du pancréas,
  • le cancer du côlon

Le dépistage est le maître-mot

Le dépistage permet la découverte d’un cancer à un stade précoce et la mise en route d’un traitement généralement moins invasif, moins lourd à supporter pour la personne concernée, et moins coûteux.

Différents programmes sont lancés par le ministère de la Santé, dont entre autres: le programme de dépistage organisé du cancer colorectal (Pdoccr), le programme mammographie et la détection du cancer du col de l’utérus

Outre le dépistage précoce, la prévention joue un rôle primordial dans la lutte contre le cancer. En effet, plus de 30% des cas de cancer pourraient être évités en réduisant les principaux facteurs de risque, à savoir : le tabagisme, l’alcool, l’obésité, l’alimentation malsaine et le manque d’exercice physique (sédentarité).

Déjà des améliorations avec le Plan national cancer

Depuis 2014, un "Plan national cancer" est mis en place au Grand-Duché et perdurera jusqu'en 2018.

Cette action a pour objectifs de diminuer à moyen terme les facteurs de risque et l’incidence des cancers, d’améliorer la survie et la qualité de vie des personnes traitées pour cancer, de diminuer le taux de mortalité par cancer et de réduire les inégalités de chance pour l’accès aux soins.

Aussi, et pour la première fois, un état rétrospectif des données disponibles sur les cancers a été publié en 2016 et mis à la disposition des professionnels, des patients, et de la population. Il servira de référence pour analyser les progrès réalisés au niveau des 10 axes du Plan national cancer 2014-2018.

Il est d’ores et déjà utilisé pour orienter les politiques de prévention, améliorer la participation aux programmes de dépistage et de prévention du cancer par la vaccination, améliorer les processus de diagnostic et de mise en place des traitements.

Une nouvelle fonction d’infirmier(ère) clinicien(ne) spécialisé(e) en cancérologie (ICSC) et de Case-Manager – fonctions très attendues par les patients, car permettant une prise en charge et un suivi personnalisés – ont pu être introduites.

Mais pour la ministre de la Santé, «trois éléments sont essentiels dans le contexte de la prévention: «ne pas fumer, éviter le mésusage de l’alcool, et favoriser la détection précoce à travers les différents programmes de dépistage».

De nouvelles actions seront développées au Luxembourg au cours de l'année 2017, comme la prise en charge de la douleur chronique, la réhabilitation post-oncologique, ainsi que le Centre national de génétique humaine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au Luxembourg: Plus de 2.000 nouveaux cas de cancer
Au Luxembourg, un total de 2.087 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués en 2013, hommes et femmes confondus. Ce chiffre ressort des statistiques émises par le registre morphologique des tumeurs (MTR), publiées récemment.
Le cancer du sein est le premier à atteindre les femmes.