Changer d'édition

John Castegnaro "était dur, parfois très dur, mais jamais rancunier"
Luxembourg 2 min. 17.07.2012 Cet article est archivé

John Castegnaro "était dur, parfois très dur, mais jamais rancunier"

John Castegnaro et Robert Weber, les anciens leaders des deux plus grands syndicats du pays, se sont côtoyés pendant neuf ans, au plus haut niveau des discussions.

John Castegnaro "était dur, parfois très dur, mais jamais rancunier"

John Castegnaro et Robert Weber, les anciens leaders des deux plus grands syndicats du pays, se sont côtoyés pendant neuf ans, au plus haut niveau des discussions.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 17.07.2012 Cet article est archivé

John Castegnaro "était dur, parfois très dur, mais jamais rancunier"

John Castegnaro "c'était un leader syndical, il faut franchement le dire". Même un "syndicaliste à 300%", estime Robert Weber. Président du LCGB entre 1996 et 2011, il se souvient du leader de l'OGBL comme d'un homme qui était "parfois très dur, même colérique, mais jamais rancunier".

Entré au LCGB en 1978, Robert Weber avait eu le temps de savoir qui était John Categnaro mais il apprendra réellement à le connaître lorsqu'il est élu à la tête du LCGB. A ce moment-là, John Castegnaro avait pris l'initiative de rencontres régulières entre les deux leaders des deux plus grands syndicats du pays.

Des "discussions entre quatre yeux", pour "parler politique en soi, de choses internes et s'informer mutuellement, tout cela est toujours resté confidentiel", glisse Robert Weber pour souligner le fair-play de son rival d'antan.

Lui préfère, sportivement, parler de concurrent: "Pour moi, c'était un concurrent. J'avais à défendre la position du LCGB, lui défendait corps et âme son syndicat: il fallait être sur ses gardes". Mais "en tant que homme privé, il était très agréable", se souvient Robert Weber.

"Il ne me laissait pas une réflexion! "

Farouchement opposé à l'idée de créer un syndicat unique prôné par son concurrent, Robert Weber, défendant celle du pluralisme syndical, se rappelle: "On s'est engueulé à maintes reprises, parfois fusait même un nom d'oiseau... mais le lendemain, on parlait normalement. Ce qui était très important malgré des visions différentes."

"C'était un personnage qui embrassait tout. Il ne déserrait pas... il étranglait plutôt. Mais je connaissais son jeu, alors j'ai défini ma propre stratégie", raconte Robert Weber.

Avant d'exemplifier cette façon d'agir de John Castegnaro par un souvenir précis: "Lorsqu'il donnait une interview après une Tripartite par exemple, il parlait longtemps et disait tout... il ne me laissait pas une réflexion!" De sorte que Robert Weber devait toujours bien préparer son intervention face aux micros.

"Il a fait avancer la politique sociale au Luxembourg"

Pour l'ancien président du LCGB, John Castegnaro était avant tout "un fervent adepte du dialogue social. Il savait qu'il fallait faire des compromis et a fait avancer la politique sociale au Luxembourg".

Pour Robert Weber, qui gardera de John Categnaro le souvenir d'un homme de conviction au caractère bien trempé, mais aussi d' "un type agréable", le premier président de l'OGBL "a sans aucun doute renforcé la position des syndicats et travaillé dans l'intérêt des travailleurs" avec pour résultat humain final d'avoir su créer "un grand respect entre les différents acteurs". Pour lui, "c'était un syndicaliste à 300%".

Maurice Fick


Sur le même sujet

Président du LCGB de 1980 à 1996, Marcel Glesener fut de tous les combats au côté de John Castegnaro dans les années 70 et 80. Et même si leurs opinions divergeaient forcément sur certains points, une grande amitié unissait les deux leaders syndicalistes.
A l'annonce du décès du syndicaliste fondateur de l'OGB-L, Jean-Marie Denninger, ancien rédacteur en chef de Point24 qui a longtemps côtoyé John Castegnaro, revient sur la vie du syndicaliste.
Cette photo d'archive date de 1976, quand John Castegnaro prend la tête la LAV (Fédération des ouvriers du Luxembourg).
John Castegnaro est décédé tôt ce lundi matin à l'âge de 67 ans. Fondateur de l'OGB-L, John Castegnaro était l'un des instigateurs de la tripartite dans les années 70.
En 2011, dans le documentaire de wort.lu sur la crise sidérurgique, John Castegnaro revient sur ces discussions déterminantes. «Sans la tripartite, nous n'aurions pas pu surmonter la crise de la sidérurgie dans les années 70-80» avait estimé celui qui avait été l'un des fondateurs de la tripartite.