Changer d'édition

Jeremy Corbyn met en garde contre un Brexit pro-Trump
Luxembourg 27.08.2019

Jeremy Corbyn met en garde contre un Brexit pro-Trump

Jeremy Corbyn veut l'organisation d'un vote de défiance contre Boris Johnson après le retour du Parlement.

Jeremy Corbyn met en garde contre un Brexit pro-Trump

Jeremy Corbyn veut l'organisation d'un vote de défiance contre Boris Johnson après le retour du Parlement.
Photo: AFP
Luxembourg 27.08.2019

Jeremy Corbyn met en garde contre un Brexit pro-Trump

Le chef de l'opposition travailliste britannique craint qu'une sortie de l'Union européenne sans accord favorable fasse les affaires des États-Unis plus que du Royaume-Uni. Aujourd'hui, des discussions débuteront au Parlement pour éviter un «départ sec».

(AFP) - Un Brexit sans accord «signifierait un Brexit à l'avantage de Trump», s'est inquiété Jeremy Corbyn dans les colonnes du journal The Independant, regrettant que le Premier ministre Boris Johnson «s'acoquine» avec le président américain Donald Trump. 

Comme prévu, les deux dirigeants ont affiché une grande complicité à l'occasion du G7 de Biarritz achevé lundi, M. Trump apportant son soutien au Britannique dans son bras de fer avec l'Europe sur le Brexit, comparant l'UE à un «boulet à la cheville» britannique. 


De nombreuses pénuries en cas de «no deal»
Le Premier ministre britannique Boris Johnson est prêt à sortir son pays de l'UE le 31 octobre avec ou sans accord de divorce avec les 27. Carences de denrées alimentaires, d'essence et de médicaments figurent parmi les conséquences possibles d'une rupture sans filet.

Donald Trump a promis à M. Johnson «un très grand accord commercial, rapidement, plus grand qu'il n'y a jamais eu», alors que Londres cherche une solution de remplacement à l'Europe qui est jusqu'ici son premier partenaire commercial. 

 Or, un Brexit sans accord «ne nous rendra pas notre souveraineté, cela nous mettra sous le joug de Trump et des grosses entreprises américaines», a martelé le chef de l'opposition britannique. 

C'est peu dire que d'affirmer que le courant est bien passé entre Donald Trump et Boris Johnson, lors du récent G7 à Biarritz.
C'est peu dire que d'affirmer que le courant est bien passé entre Donald Trump et Boris Johnson, lors du récent G7 à Biarritz.
Photo: AFP

Jeremy Corbyn estime que des élections générales seraient le meilleur moyen d'éviter un Brexit sans accord, tout en se montrant ouvert à d'autres hypothèses. «J'ai l'espoir que nous parvenions à un bon compromis et que nous emmenions avec nous d'autres parlementaires conscients des risques de catastrophe», a-t-il noté. 

Le chef du Labour a invité d'autres dirigeants de l'opposition ainsi que des modérés pro-européens parmi les conservateurs au pouvoir à se joindre aux débats qui se tiendront au Parlement ce mardi. 

Corbyn prêt à gouverner

Jeremy Corbyn veut l'organisation d'un vote de défiance contre Boris Johnson après le retour du Parlement. 

Il s'est en outre dit prêt à diriger un gouvernement intérimaire dont l'objectif serait de repousser la date du Brexit, prévue le 31 octobre.


Sur le même sujet

Les députés britanniques sans voix à compter de mardi
Le Parlement britannique sera suspendu pour cinq semaines après le vote des députés sur une motion du gouvernement appelant à des élections législatives anticipées lundi soir, a annoncé lundi un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.
ARCHIV - 03.04.2019, Großbritannien, London: Blick auf das britische Parlament während der Fragestunde «Questions to the Prime Minister» (Fragen an die Premierministerin) im Unterhaus. (zu dpa «Britisches Parlament wird bereits am Montag in Zwangspause geschickt») Foto: -/House Of Commons/PA Wire/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Paris voit un épilogue rapide sur le «backstop»
Emmanuel Macron a estimé jeudi qu'une solution pourrait être trouvée «d'ici 30 jours» sur la question de la frontière irlandaise - clause du «backstop»- afin d'aboutir à une sortie ordonnée du Royaume-uni de l'UE.
French President Emmanuel Macron (R) welcomes Britain's Prime Minister Boris Johnson (L) prior to their meeting at The Elysee Palace in Paris on August 22, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson is visiting Paris, a day after Berlin offered a glimmer of hope that an agreement could be reached to avoid a chaotic "no deal" Brexit. On the second leg of his first foreign visit since taking office, Johnson will meet his French counterpart at the Elysee palace to press home his message that elements of the UK's impending divorce from the European Union must be renegotiated. (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
Premier conseil des ministres pour Boris Johnson
Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson réunit jeudi les poids lourds de son gouvernement, fraîchement nommés, première étape de sa bataille pour résoudre la crise du Brexit qui dure depuis trois ans et qu'il promet de régler en trois mois.
(L-R) Britain's Education Secretary Gavin Williamson, Britain's International Trade Secretary Liz Truss, Britain's Health and Social Care Secretary Matt Hancock, Cabinet Secretary Mark Sedwill, Britain's Prime Minister Boris Johnson, Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid, Britain's Work and Pensions Secretary Amber Rudd, Britain's Housing, Communities and Local Government Secretary Robert Jenrick, Britain's Scotland Secretary Alister Jack and Britain's Culture Secretary Nicky Morgan listen as Britain's Prime Minister Boris Johnson (C) holds his first Cabinet meeting at 10 Downing Street in London on July 25, 2019. - Britain's newly installed Prime Minister Boris Johnson held his first cabinet meeting today faced with the burning challenge of resolving the three-year Brexit crisis in three months. (Photo by Aaron Chown / POOL / AFP)
Place aux deux finalistes pour Downing Street
Les députés conservateurs britanniques détermineront jeudi qui se mesurera à Boris Johnson dans le sprint final de la course à la succession de la Première ministre, Theresa May, jusqu'ici dominée de la tête et des épaules par l'exubérant champion des pro-Brexit.
A combination of pictures created in London on June 19, 2019 shows the remaining four contenders in the contest for leader of the Conservative party: (L-R) Britain's Home Secretary Sajid Javid, Britain's Environment, Food and Rural Affairs Secretary Michael Gove, former foreign secretary Boris Johnson, and Britain's Foreign Secretary Jeremy Hunt. - Rory Stewart was knocked out of the race to become Britain's next prime minister on June 19, leaving four candidates led by former foreign secretary Boris Johnson. (Photo by STF / AFP)