Changer d'édition

Jean Huss: «Fini le portable à l'école»
Jean Huss: «On n'a pas encore toutes les certitudes sur tous les effets biologiques mais qu'il y a des indices suffisants»

Jean Huss: «Fini le portable à l'école»

Photo: Maurice Fick
Jean Huss: «On n'a pas encore toutes les certitudes sur tous les effets biologiques mais qu'il y a des indices suffisants»
Luxembourg 2 min. 14.03.2012

Jean Huss: «Fini le portable à l'école»

Le député vert Jean Huss rédige un rapport sur le danger des champs électromagnétiques qu'il présentera devant la commission de l'Environnement de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe le 11 avril. Dans le but de mieux protéger la santé de ses concitoyens et surtout des enfants il fera plusieurs recommandations comme l'interdiction des GSM à l'école.

Le député vert Jean Huss rédige un rapport sur le danger des champs électromagnétiques qu'il présentera devant la commission de l'Environnement de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe le 11 avril. Dans le but de mieux protéger la santé de ses concitoyens et surtout des enfants il fera plusieurs recommandations comme l'interdiction des GSM à l'école.

Jean Huss n'a plus de doute. Après la lecture de centaines d'études, d'articles fouillés et plusieurs auditions de scientifiques et d'experts, y compris de l'industrie de la téléphonie mobile, devant la commission de l'Environnement de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, le rapporteur luxembourgeois chargé d'analyser les dangers des champs électromagnétiques a une conviction: «Il est très clair pour moi qu'il y a des risques sanitaires». Pour l'environnement et la santé humaine.

Si les risques sont «plus limités» pour les champs électromagnétiques créés par les fréquences extrêmement basses (lignes haute tension, appareils électroménagers, radioréveil, etc.) car il suffit de s'en éloigner, ils sont en revanche bien plus «problématiques» pour les champs électromagnétiques à hautes fréquences (téléphones portables, antennes relais, téléphones sans fil sur base fixe, Wi-Fi, bluetooth, fours micro-ondes, etc.) car leurs rayonnements sont pulsés en continu.

Les opérateurs de téléphonie mobile «disent qu'il n'y a rien du tout!» Jean Huss est d'avis que leur stratégie «tient en une phrase: Doubt is our business», que l'on peut traduire par: «Notre stratégie c'est de semer le doute».

Application du principe de précaution

Jean Huss s'en remet aux milliers d'études qui montrent «des effets nocifs avérés sur la physiologie, les cellules, les tissus. En résumé, on peut dire qu'il y a des effets génotoxiques constatés sur des cellules, des effets sur le système nerveux autonome ou végétatif, sur le système immunitaire comme sur le système hormonal».

Quant à faire le lien entre champs électromagnétiques des GSM et le cancer, il estime que c'est trop tôt «pour dire des choses définitives» mais «quand même on a trouvé des choses dans les études surtout après une utilisation intensive du portable».

Vu qu'«on n'a pas encore toutes les certitudes sur tous les effets biologiques mais qu'il y a des indices suffisants», son rapport sera donc l'application du principe de précaution et de mesures préventives efficaces pour protéger l'Environnement et la santé.

Emploi "extrêmement restrictif" pour les enfants

Concrètement, Jean Huss préconise «l'emploi extrêmement restrictif» du téléphone portable pour les enfants. Comme c'est déjà le cas en Angleterre, il recommandera «l'interdiction du portable à l'école car il y a le risque sanitaire mais aussi culturel».

Le député s'apprête surtout à recommander de «garder le téléphone et l'ordinateur avec fil, car le sans-fil est problématique». Dans son rapport, il va aussi demander l'abaissement des valeurs seuils d'émission pour les portables et stations relais.

Se défendant d'être un anti-portable, le rapporteur plaidera, au contraire, pour l'innovation technologique qui permettra demain à la téléphonie mobile de continuer à nous faciliter la vie mais sans crainte qu'elle nous la complique en même temps.