Changer d'édition

Jean-Claude Juncker à propos du "Non": La position grecque sera «considérablement affaiblie»
Luxembourg 6 2 min. 03.07.2015

Jean-Claude Juncker à propos du "Non": La position grecque sera «considérablement affaiblie»

Luxembourg 6 2 min. 03.07.2015

Jean-Claude Juncker à propos du "Non": La position grecque sera «considérablement affaiblie»

La position de la Grèce pour négocier sa survie financière sera "considérablement affaiblie" si le non l'emporte au référendum de dimanche sur les projets de redressement des créanciers, a mis en garde vendredi Jean-Claude Juncker, démentant la poursuite de négociations avec Athènes.

La position de la Grèce pour négocier sa survie financière sera "considérablement affaiblie" si le non l'emporte au référendum de dimanche sur les projets de redressement des créanciers, a mis en garde vendredi Jean-Claude Juncker, démentant la poursuite de négociations avec Athènes.

"Si les Grecs votent non, la position grecque sera considérablement affaiblie", a déclaré le président de la Commission européenne devant la presse à Luxembourg, relevant que même en cas de victoire du oui, "nous serons confrontés à de difficiles négociations".

M. Juncker a démenti que des discussions continuaient en coulisses avec la Grèce à l'approche du référendum, comme l'a affirmé dans la matinée le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis.

"Aucune négociation n'est en cours", a affirmé le chef de l'exécutif européen, qui fait ouvertement campagne pour le oui. Un "non" voudrait dire (...) que la Grèce dit "non" à l'Europe", avait-il affirmé lundi, se disant "trahi" par la Grèce.

M. Varoufakis a assuré sur la radio publique irlandaise RTE qu'un accord avec les créanciers était à portée de main et que les discussions avaient continué en coulisses avec les institutions européennes. "Un accord est en vue que la réponse soit oui ou non" au référendum, a-t-il déclaré.

"Si c'est non, je peux vous assurer que durant cette semaine d'impasse nous avons eu des propositions tout à fait convenables provenant de l'Europe, en confidentialité, et un accord est plus ou moins scellé", a insisté le ministre grec.

Présent au côté de M. Juncker pour le lancement de la présidence luxembourgeoise de l'UE, le Premier ministre du Grand duché, Xavier Bettel, a affiché un ton plus conciliant.

"Un oui entraînera des négociations qui ne seront pas faciles, un non entraînera des négociations qui seront encore plus difficiles, mais c'est aux Grecs de faire leur choix", a affirmé ce dirigeant libéral.

"Ce n'est pas un vote pour ou contre Tsipras, son départ ou pas, la question c'est la position de la Grèce dans l'Europe (..) dans l'euro", a-t-il jugé, "est-ce qu'on veut détacher l'Europe, ou au contraire avoir une union de pays qui travaillent ensemble?"

Les Grecs doivent se prononcer dimanche sur la dernière version d'une proposition d'accord des créanciers de la Grèce, qui prévoit une série de réformes et de mesures budgétaires en échange d'une poursuite du soutien financier au pays.

Le gouvernement grec de gauche radicale a appelé à voter non.


Sur le même sujet

Au bord du gouffre financier: La Grèce ferme ses banques
Les rideaux de fer resteront baissés sur les banques grecques lundi, première journée de contrôle de capitaux décrétée par la Grèce au bord du gouffre financier, alors que les Bourses mondiales se préparaient à un lundi noir.
A protester waves a Greek flag during an anti-austerity pro-government rally in front of the parliament building in Athens, Greece, June 21, 2015. Greece's leftwing government believes it can reach a deal with its creditors, Finance Minister Yanis Varoufakis said on Sunday after almost eight hours of meetings to thrash out proposals ahead of a last-ditch summit with European leaders on Monday. REUTERS/Yannis Behrakis
Grèce: Juncker interrompt les pourparlers
Les discussions qui se tenaient depuis samedi à Bruxelles entre la Grèce et ses créanciers ont pris fin dimanche sans accord, en raison de "divergences importantes" qui subsistent entre les deux parties, a indiqué un porte-parole de la Commission.
European Commission President Jean-Claude Juncker (R) welcomes Greek Prime Minister Alexis Tsipras (L) ahead of a meeting at the EU Commission headquarters in Brussels February 4, 2015. REUTERS/Yves Herman (BELGIUM - Tags: POLITICS)