Changer d'édition

«Je suis étonnée que la taxe covid soit un sujet tabou»
Luxembourg 2 min. 11.08.2021
Paulette Lenert

«Je suis étonnée que la taxe covid soit un sujet tabou»

Pour Paulette Lenert, l'idée de Dan Kersch devrait faire l'objet d'un débat afin de permettre «l'émergence de bonnes idées» et arriver «à une conclusion».
Paulette Lenert

«Je suis étonnée que la taxe covid soit un sujet tabou»

Pour Paulette Lenert, l'idée de Dan Kersch devrait faire l'objet d'un débat afin de permettre «l'émergence de bonnes idées» et arriver «à une conclusion».
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 11.08.2021
Paulette Lenert

«Je suis étonnée que la taxe covid soit un sujet tabou»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Jusqu'à présent discrète sur son positionnement politique hors gestion de la crise sanitaire, la ministre de la Santé a indiqué mercredi être favorable à un débat sur cette idée lancée par Dan Kersch. Car pour elle, «beaucoup de détails manquent actuellement».

Il aura fallu attendre le cœur de l'été pour que Paulette Lenert (LSAP) se positionne officiellement sur l'introduction d'un impôt sélectif réservé aux «gagnants de la crise». Une prise de parole toutefois prudente puisque la ministre de la Santé, personnalité politique la plus populaire depuis le début de la crise sanitaire, se dit principalement «étonnée que cette idée soit un sujet tabou», puisqu'«en temps de crise, nous devons pouvoir parler de tout».


Luxtimes,WI,PK Strategie Verteilung der Covid Schnelltests an Betriebe.Dan Kersch.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Kersch persiste et signe sur la «taxe covid»
Pour compenser les coûts engendrés par la crise sanitaire sans devoir réaliser une hausse généralisée des impôts pour les ménages, le vice-Premier ministre socialiste réaffirme sa volonté de voir appliquer une taxation des «gagnants de la crise».

Interrogée mercredi matin sur les ondes de RTL Radio Lëtzebuerg, la ministre souhaite pourtant rester au-dessus de la mêlée, estimant «ne pas être en mesure de dire oui ou non» sur la mesure initiée et fermement défendue par Dan Kersch (LSAP) en raison du manque actuel de «beaucoup de détails». Une position que devrait apprécier le vice-Premier ministre qui avait précisé la semaine dernière que cette taxe devait concerner les entreprises dont le bénéfice moyen en 2020-2021 était supérieur au niveau enregistré sur la période 2015-2019. Ce dernier évoquait alors une imposition à hauteur «de 5% ou de 10%».

Pour Paulette Lenert, la mise en oeuvre d'une telle mesure pourrait intervenir après une analyse plus poussée «des effets de la crise actuelle» et notamment comprendre «pourquoi certaines entreprises ont obtenu de bons résultats». Raison pour laquelle la locataire de la Villa Louvigny plaide pour la mise en place d'un débat sur un sujet «où tout n'est pas noir ou blanc». Un échange qui devrait, selon la ministre, aboutir «à l'émergence de bonnes idées», cette dernière se disant convaincue qu'une telle démarche permettrait de parvenir «à une conclusion».


IPO , Bilanzpressekonferenz LSAP-Fraktion Chamber , Georges Engel , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le LSAP place la justice fiscale en enjeu électoral
Si l'année parlementaire qui s'achève a été principalement marquée par la crise sanitaire et ses conséquences, les socialistes entendent que les deux années restant avant la fin de la législature mettent l'accent sur la redistribution des richesses.

Car l'introduction d'une telle taxe reste loin de faire l'unanimité. Dans le camp socialiste comme dans le reste de la classe politique. Si l'idée de Dan Kersch est soutenue par Taina Bofferding (LSAP), ministre de l'Intérieur, elle ne trouve pas un écho favorable auprès de Franz Fayot (LSAP), ministre de l'Economie, qui lui préfère un impôt sur la fortune portant notamment sur la propriété foncière. De son côté, le DP s'est fermement opposé à la proposition, estimant que cela  constituerait «un mauvais signal» aux acteurs économiques.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour compenser les coûts engendrés par la crise sanitaire sans devoir réaliser une hausse généralisée des impôts pour les ménages, le vice-Premier ministre socialiste réaffirme sa volonté de voir appliquer une taxation des «gagnants de la crise».
Luxtimes,WI,PK Strategie Verteilung der Covid Schnelltests an Betriebe.Dan Kersch.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Si l'année parlementaire qui s'achève a été principalement marquée par la crise sanitaire et ses conséquences, les socialistes entendent que les deux années restant avant la fin de la législature mettent l'accent sur la redistribution des richesses.
IPO , Bilanzpressekonferenz LSAP-Fraktion Chamber , Georges Engel , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pour Taina Bofferding (LSAP), ministre de l'Intérieur, la taxation des entreprises ayant fait partie des gagnants de la crise constitue une option et assure qu'une réforme de l'impôt foncier devra être mise en place pour lutter contre la pénurie de logements.
Taina Bofferding, ministre de l'Intérieur
Les deux projets de loi «covid-19» passaient ce mardi leur examen devant la commission de la Santé. Les députés ont demandé des éclaircissements sur les règles de quarantaine et des rassemblements dans les lieux publics, la fermeture des aires de jeux et le traçage de la population.
Corona-Virus, Spielplatz Galgebierg,Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort