Changer d'édition

«Je serai présent à Tokyo en tant que fan»
Luxembourg 10 2 min. 04.12.2019

«Je serai présent à Tokyo en tant que fan»

Pour rien au monde, le grand-duc Henri ne manquerait de soutenir les athlètes luxembourgeois dans une grande compétition sportive. Ici, lors des Jeux de Rio en 2016.

«Je serai présent à Tokyo en tant que fan»

Pour rien au monde, le grand-duc Henri ne manquerait de soutenir les athlètes luxembourgeois dans une grande compétition sportive. Ici, lors des Jeux de Rio en 2016.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 10 2 min. 04.12.2019

«Je serai présent à Tokyo en tant que fan»

Le grand-duc Henri assistera durant une semaine l'été prochain aux Jeux Olympiques pour soutenir les athlètes luxembourgeois. Dans un entretien exclusif, le chef de l'État s'épanche aussi sur ses passions, comme le ski ou le kitesurf, qu'il a «découvert l'année dernière.»

Dans une interview exclusive accordée au Luxemburger Wort, le grand-duc Henri s'exprime sur son amour de longue date pour le sport et son soutien aux sportifs luxembourgeois, à l'aube d'une année olympique. Le chef de l'État compte d'ailleurs se rendre à Tokyo l'été prochain, où il «assistera à la réunion du CIO (Comité international olympique, ndlr) avant l'ouverture des Jeux» avant de rester dans la capitale nippone «pendant une semaine pour soutenir les athlètes luxembourgeois», tout en précisant qu'il y sera en tant que «fan, toujours très excité.»

Toujours très attentif aux performances des sportifs luxembourgeois, le grand-duc Henri dit être «immédiatement informé» dans le cas d'un résultat particulier et considère les meilleurs athlètes comme «des ambassadeurs exceptionnels de notre pays.»

Lui-même sportif «dans ses gènes», le Grand-Duc apprécie «particulièrement skier en hiver et prend beaucoup de plaisir à pratiquer la voile, la natation, le ski nautique, le tennis et l'escrime». Et si, à 64 ans, il avoue «moins jouer au tennis, parce que ce sport n'est pas bon pour mes genoux», il compense volontiers par «la course à pied et le vélo» et a même découvert l'année dernière «le kitesurf.» Éclectique en matière de pratique sportive, le grand-duc Henri «partage sa passion avec ses enfants, qui sont aussi de très bons skieurs.» Question de tradition familiale.

Comme téléspectateur, le chef de l'État apprécie particulièrement «regarder le rugby» et trouve que «la dernière Coupe du monde au Japon fut passionnante.» S'il avoue regarder «du football de temps en temps», par contre il déclare être «beaucoup moins intéressé par les courses de Formule 1 que par le passé.»     

En sa qualité de membre de la Commission de la solidarité olympique, le Grand-Duc souligne l'admission d'une équipe de réfugiés pour la première fois lors des Jeux olympiques de Rio 2016, car «la société des différents pays doit être sensibilisée à la nécessité d'intégrer les réfugiés.» Plus généralement, le souverain est d'avis que «le sport est un élément important de notre société»  et «un outil pour rapprocher les pays et les peuples», bien au-delà de «la trêve olympique, qui dit que les pays ennemis laissent reposer leurs armes pendant les Jeux olympiques.»


Sur le même sujet

Minsk lance le compte à rebours de Tokyo
Après Bakou en 2015, c'est Minsk qui accueille à partir de ce vendredi la deuxième édition des Jeux européens. Près de 4.000 athlètes sont attendus dans la capitale biélorusse jusqu'au 30 juin dont 24 athlètes luxembourgeois.
19.06.2019, Weißrussland, Minsk: Judo: Vor den Europaspielen in Minsk: Minsk 2019 steht auf einer Kugel. Bei den Europaspielen (21. - 30.06.2019) in Minsk geht es im Judo um Punkte für die Olympia-Qualifikation. Foto: Dirk Waem/BELGA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Heinz Thews: «Des places à prendre pour Tokyo»
Le chef de mission de la délégation luxembourgeoise aux Jeux Européens de Minsk (21-30 juin) évoque les enjeux d'un rendez-vous qui a du mal à trouver sa place dans le calendrier mondial des grandes compétitions.
Heinz Thews a de l'expérience à revendre, mais à 65 ans, le stress fait toujours partie du jeu.