Changer d'édition

«Je pense retourner au Luxembourg»
Luxembourg 3 min. 27.06.2019

«Je pense retourner au Luxembourg»

Steve Duarte, lors de l'interview avec la chaîne kurde Rûdaw.

«Je pense retourner au Luxembourg»

Steve Duarte, lors de l'interview avec la chaîne kurde Rûdaw.
Screenshot www.rudaw.net
Luxembourg 3 min. 27.06.2019

«Je pense retourner au Luxembourg»

Michel THIEL
Michel THIEL
Steve Duarte, le djihadiste luxembourgeois de Meispelt, qui a rejoint la milice terroriste Etat Islamique en Syrie en 2014 et est actuellement en captivité dans un camp kurde, a donné une interview télévisée.

Traduction Sophie Wiessler

Le jeune homme sur la vidéo semble émacié, beaucoup plus maigre que le Steve Duarte que l'on connaissait sur les images précédentes de ces dernières années. Le Portugais de 32 ans, originaire de Meispelt, parle arabe lors de l'interview qu'il aurait accordée récemment à la chaîne de télévision kurde Rûdaw. Une langue qu'il n'a apprise qu'après son arrivée en Syrie fin 2014.

Ce sont les premières images et déclarations publiques du jeune homme après sa capture par les milices kurdes à la fin du mois de mars. Steve Duarte a été l'un des derniers membres de Daech à se rendre dans le camp de Bahouz. Il y est actuellement incarcéré.

«Les étrangers n'étaient pas les bienvenus»

Il s'exprime très ouvertement lors de l'interview et donne des détails sur son départ pour la Syrie et sur sa vie dans le «califat». Il est parti pour la Syrie parce qu'il voulait fréquenter une école coranique après sa conversion à l'Islam en 2010. Il n'a pas participé aux combats, affirme-t-il : «J'ai été affecté au département de propagande parce que je connaissais bien la photographie et la production vidéo».

Au cours de l'interview, aucune mention n'est faites sur le film de propagande de l'Etat Islamique de 2016, dans lequel Duarte exécute des otages.

Le jeune Luxembourgeois raconte aussi comment sa femme d'origine française a donné naissance à ses deux enfants. Ils sont tous deux en captivité kurde depuis que les derniers nids de résistance de Daech sont tombés. La vie dans le «califat» était devenue de plus en plus difficile, selon Duarte : «Quand les combattants kurdes ont attaqué notre territoire, la nourriture est devenue rare. Il y a également eu des combats internes au sein de la milice terroriste. Les étrangers n'étaient alors plus les bienvenus».

«Je veux mener une vie normale»

La journaliste, Viviyan Fatah, l'interroge enfin sur ses projets d'avenir. «Je pense retourner au Luxembourg. Je crois que je vais devoir aller en prison là-bas. J'ai fait des erreurs et je suis prêt à en assumer la responsabilité». Un peu plus tard, il ajoute: «A un moment donné, je veux mener une vie normale, avoir un emploi et élever mes deux enfants».

Mais il veut conserver sa nouvelle religion: «Mais pas comme Daech. J'ai vu de mes propres yeux que ces gens ne sont pas de bons musulmans. Il n'y avait pas de comportement décent».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet