Changer d'édition

«Je n'avais pas d'autre choix que d'appliquer la loi»
Luxembourg 3 min. 05.03.2021

«Je n'avais pas d'autre choix que d'appliquer la loi»

Pour Dan Kersch, ministre du Travail, le retrait de la représentativité sectorielle de l'Aleba «n'est pas une décision politique, mais bel et bien une décision administrative».

«Je n'avais pas d'autre choix que d'appliquer la loi»

Pour Dan Kersch, ministre du Travail, le retrait de la représentativité sectorielle de l'Aleba «n'est pas une décision politique, mais bel et bien une décision administrative».
Photo: Julien Warnand/SIP
Luxembourg 3 min. 05.03.2021

«Je n'avais pas d'autre choix que d'appliquer la loi»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Inédite, la décision de Dan Kersch de retirer la représentativité sectorielle de l'Aleba se veut «une application de la loi et certainement pas une décision politique», assure vendredi le ministre du Travail. Car ce dernier redoute déjà les conséquences pour le dialogue social.

Moins de deux semaines après avoir reçu le rapport définitif de l'ITM, vous avez décidé de retirer la représentativité sectorielle de l'Aleba. Quelles ont été les motivations de cette décision?

Dan Kersch (LSAP), ministre du Travail - «Le ministre n'a pas à donner ou à retirer une quelconque représentativité de son propre chef, il ne peut le faire que sur réclamation d'une des parties intéressées. Alors, son rôle consiste notamment à clarifier s'il y a un intérêt net et réel sur cette réclamation. Et ici, les choses étaient simples, puisque lors des élections sociales de 2019, l'Aleba n'a pas atteint la barre des 50%. Ils n'ont donc plus droit à la représentation sectorielle et les dirigeants de l'Aleba savaient que s'il y avait une réclamation, je n'aurais pas d'autre choix que d'appliquer la loi.


ffsfsf
L'Aleba perd sa représentativité sectorielle
Moins de deux semaines après avoir reçu le rapport définitif de l'Inspection du travail et des mines, Dan Kersch, ministre du Travail, a tranché le conflit entre syndicats de la Place. Il donne raison à l'OGBL et au LCGB et fait perdre ses pouvoirs au syndicat indépendant.

Suite aux dernières élections sociales, cette représentativité avait pourtant été maintenue...

«Il faut savoir que l'Aleba bénéficie de la représentativité dans le secteur financier depuis 2005 suite à une décision de François Biltgen (CSV) intervenue après d'importantes discussions politiques et une modification de la loi (suite à une décision du Bureau international du travail, basé à Genève, ndlr). Cette décision se basait notamment sur le fait que l'Aleba avait obtenu plus de 50% des suffrages à la Chambre des employés privés, à l'époque. 

En 2019, après être tombés sous la barre des 50%, les responsables du syndicat étaient très nerveux et sont venus me voir. Je leur ai donc expliqué qu'ils conservaient cette représentativité tant qu'aucune réclamation n'était déposée. Que ce soit de la part des autres syndicats ou même de l'ABBL. Ce qui a finalement été le cas fin 2020. La procédure prévoit que l'ITM rende un avis circonstancié, ce qui a été le cas via un rapport très détaillé. Je n'avais donc pas d'autre choix.


RBC - Belval - Photo : Pierre Matgé
RBC envisage de supprimer 243 nouveaux emplois
Alors que, fin janvier, syndicats et direction de la banque canadienne implantée à Belval s'accordaient sur une extension du deuxième plan social, une nouvelle taille dans les effectifs est annoncée ce jeudi.

Quelles conséquences imaginez-vous de cette décision sur la Place, en pleine négociation des nouvelles conventions collectives et d'annonces de plans sociaux?

«Ce n'est pas à moi de m'immiscer dans les pourparlers actuels. Mon rôle était de statuer sur la réclamation qui m'a été adressée.

Pour l'Aleba, votre prise de position est toutefois perçue comme étant une «décision politique inacceptable»...

«Ce n'est pas une décision politique, mais bel et bien une décision administrative basée sur l'analyse technique du dossier réalisée par l'ITM. S'il est exact que l'Aleba a échoué de très peu à cette fameuse barre des 50% des suffrages, il est aussi exact que le syndicat n'a pas franchi ce seuil. Mais je suis conscient de ce qui va se passer et j'aurais aimé l'éviter.


Place financière Luxembourg - photo : Pierre Matgé
La guerre syndicale fait rage sur la Place
La première réunion officielle de négociations de la future convention collective bancaire organisée ce mercredi s'annonce très tendue. En cause, la bataille engagée entre Aleba et OGBL/LCGB qui pourrait faire des dégâts collatéraux.

C'est-à-dire?

«Cette situation ne va pas aider à conclure un accord pour les différentes conventions collectives en cours de négociation dans le secteur. Et vous savez qu'en tant que ministre du Travail, mon intérêt repose sur le fait que les partenaires sociaux trouvent une solution concertée. Hélas, cette décision va compliquer les choses.

Et quel impact cela aura-t-il sur le paysage syndical? Vers le maintien à terme des seuls OGBL et LCGB, syndicats à représentativité nationale?

«Pour moi, il n'y a pas de rapport direct, car l'indépendance de l'Aleba n'est pas remise en question. Ce syndicat a perdu sa représentativité sectorielle non pas sur décision du ministre du Travail, mais sur base des résultats des élections de 2019.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Cette année va être très difficile sur la Place»
Dix jours après l'annonce officielle de la perte de sa représentativité sectorielle, le président de l'Aleba monte au créneau pour assurer l'avenir de sa structure. Et indique que plusieurs autres plans sociaux doivent être annoncés dans les semaines à venir.
Banque - Bank - Place Financière - Finanzplatz - Photo : Pierre Matgé
L'Aleba perd sa représentativité sectorielle
Moins de deux semaines après avoir reçu le rapport définitif de l'Inspection du travail et des mines, Dan Kersch, ministre du Travail, a tranché le conflit entre syndicats de la Place. Il donne raison à l'OGBL et au LCGB et fait perdre ses pouvoirs au syndicat indépendant.
ffsfsf
RBC envisage de supprimer 243 nouveaux emplois
Alors que, fin janvier, syndicats et direction de la banque canadienne implantée à Belval s'accordaient sur une extension du deuxième plan social, une nouvelle taille dans les effectifs est annoncée ce jeudi.
RBC - Belval - Photo : Pierre Matgé
L'avenir de l'Aleba entre les mains de Dan Kersch
Sollicité par l'OGBL et le LCGB, désireux de faire tomber la représentativité sectorielle du principal syndicat de la Place, le ministre du Travail a reçu «cette semaine» le rapport final de l'ITM sur le sujet. Un élément technique qui doit aider à la prise de décision finale, attendue sous peu.
ITW Dan Kersch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La guerre syndicale fait rage sur la Place
La première réunion officielle de négociations de la future convention collective bancaire organisée ce mercredi s'annonce très tendue. En cause, la bataille engagée entre Aleba et OGBL/LCGB qui pourrait faire des dégâts collatéraux.
Place financière Luxembourg - photo : Pierre Matgé
Le front syndical sur la Place vole en éclats
Dix jours après l'annonce d'un accord de principe entre l'Aleba et les représentants patronaux des banques et des assurances, l'OGBL et le LCGB dénoncent «un cavalier seul» inédit. Le tout, sur fond de remise en question de la représentativité sectorielle.