Changer d'édition

«Je n'appartiendrai pas au prochain gouvernement»
Luxembourg 2 min. 20.09.2021
Dan Kersch

«Je n'appartiendrai pas au prochain gouvernement»

A 59 ans, Dan Kersch a-t-il choisi de prendre sa retraite politique? Ses déclarations du jour le laissent penser.
Dan Kersch

«Je n'appartiendrai pas au prochain gouvernement»

A 59 ans, Dan Kersch a-t-il choisi de prendre sa retraite politique? Ses déclarations du jour le laissent penser.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 20.09.2021
Dan Kersch

«Je n'appartiendrai pas au prochain gouvernement»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
L'actuel vice-Premier ministre socialiste annonce, lundi, qu'il ne sera pas candidat pour être tête de liste pour les prochaines élections législatives. Il laisse même planer le doute quant à sa présence au gouvernement jusqu'en 2023.

Contrairement à François Bausch (Déi Gréng) qui avait annoncé en début de législature qu'il cesserait toutes fonctions ministérielles après les législatives de 2023, Dan Kersch (LSAP) a choisi de faire une annonce surprise. Dans une interview accordée ce lundi à RTL Radio Lëtzebuerg, le numéro 2 du gouvernement indique qu'il «ne sera pas candidat pour être tête de liste LSAP aux prochaines législatives». Et le natif d'Esch-sur-Alzette d'ajouter qu'il «n'appartiendrait pas au prochain gouvernement», même en cas de victoire dans les urnes.


Luxtimes,WI,PK Strategie Verteilung der Covid Schnelltests an Betriebe.Dan Kersch.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Kersch persiste et signe sur la «taxe covid»
Pour compenser les coûts engendrés par la crise sanitaire sans devoir réaliser une hausse généralisée des impôts pour les ménages, le vice-Premier ministre socialiste réaffirme sa volonté de voir appliquer une taxation des «gagnants de la crise».

Justifiée par «une décision personnelle prise au cours des derniers jours», l'annonce ne serait pas uniquement synonyme de changement de personnel politique au-delà de 2023. Car Dan Kersch a clairement laissé planer le doute quant à son avenir politique. A court et à moyen terme, pour celui qui occupe depuis 2018 les postes de ministre des Sports et du Travail.

S'il assure vouloir «rester actif», celui qui aura 60 ans en décembre prochain ne se prononce ni sur une éventuelle candidature pour un mandat de député, ni sur la poursuite jusqu'à son terme de son mandat au sein du gouvernement. «Il me reste des choses à faire pour mener à bien le programme de coalition», avance le vice-Premier ministre qui précise toutefois que «[s]a priorité reste que le pays sorte proprement de la pandémie et que le LSAP remporte les prochaines élections». 


Politik, Pressekonferenz Paulette Lenert und Romain Schneider, Zwischenbilanz Gesondheetsdësch von Prävention, Finanzen, neue Technologien, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Je suis étonnée que la taxe covid soit un sujet tabou»
Jusqu'à présent discrète sur son positionnement politique hors gestion de la crise sanitaire, la ministre de la Santé a indiqué mercredi être favorable à un débat sur cette idée lancée par Dan Kersch. Car pour elle, «beaucoup de détails manquent actuellement».

Une victoire dans les urnes qui devrait alors se concrétiser par «la nomination pour la première fois d'un Premier ou d'une Première ministre», en référence indirecte à Paulette Lenert (LSAP), nouvelle figure de proue du parti. A noter que cette dernière pourrait être nommée co-tête de liste pour les législatives, le LSAP prévoyant lors de son congrès national d'octobre de changer ses statuts afin de rendre possible une candidature double. A l'image de ce qui existe au sein de Déi Gréng, mais aussi plus récemment au CSV.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Voilà les socialistes attendus au tournant. Bien placés pour les prochaines législatives, le parti doit gérer dans l'immédiat l'annonce des deux cadors (Dan Kersch et Romain Schneider) de ne plus occuper de fonctions gouvernementales à l'avenir.
Le départ d'Étienne Schneider (LSAP) aboutira à la mise en place du troisième remaniement au sein de l'exécutif depuis décembre 2018. Un jeu de chaises musicales impactant les socialistes qui intervient après celui initié par les écologistes à la rentrée 2019 et qui met en avant les limites d'une triple coalition.