Changer d'édition

Janvier qui rit, janvier qui pleure

  • Soupe à la grimace
  • Que le spectacle (re)commence
  • Tous les commerces rouvrent
  • A vos marques, prêts...
  • Soupe à la grimace 1/4
  • Que le spectacle (re)commence 2/4
  • Tous les commerces rouvrent 3/4
  • A vos marques, prêts... 4/4

Janvier qui rit, janvier qui pleure

Janvier qui rit, janvier qui pleure

Janvier qui rit, janvier qui pleure


par Patrick JACQUEMOT/ 05.01.2021

A partir du 11 janvier, le couvre-feu ne démarrera plus à 21h mais 23h.Photo : Guy Jallay

A compter du 11 janvier, les salles de spectacle rouvriront mais les restaurants resteront fermés jusqu'à la fin du mois. Ecoles et crèches reprennent du service dès lundi, mais pas les bars. Tous les commerces reprennent leur activité mais sous strictes conditions : ainsi va le déconfinement luxembourgeois.

Alors que d'autres pays se reconfinent strictement, le Luxembourg va sortir de sa coquille. Mais à la même vitesse que la tortue pointe la tête dehors de sa carapace : lentement, prudemment. Et en intervenant, ce mardi, pour la première fois de 2021 sur la gestion de la crise covid, Xavier Bettel n'a mis que quelques minutes pour tracer la ligne de conduite suivie jusqu'au 31 janvier : «Pas le moment de procéder à un déconfinement». Seulement des brèches apparaissent, mais sous la protection des mesures sanitaires en place ou celles que la Chambre devra adopter cette semaine.

1

Soupe à la grimace
Copier le lien

Photo : AFP

Les patrons de bars et restaurants du pays vont débuter cette année avec un goût bien amer en bouche. La fermeture administrative qui frappe les établissements depuis mi-novembre est prolongée. Pas question de remettre le couvert ou servir les premières chopes avant la fin janvier, alors qu'ils auraient pu espérer reprendre leur activité dès le 15 du mois.


Geschlossene Lokale in der Hauptstadt.Ghost City. Leere Kneipen.Luxemburg-Stadt. Corona,Covid-19.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»
En décidant de faire rouvrir les commerces et pas les bars et restaurants, le gouvernement se met à dos un secteur déjà affaibli par une activité en dents de scie depuis des mois. En cause notamment les formulations employées par la ministre de la Santé, jugées «inadmissibles»

«Nous savons combien de difficultés pèsent sur ces professionnels», s'est excusé le Premier ministre en annonçant cette prolongation terrible pour le secteur de l'Horeca. Mais d'être aussitôt repris par la ministre de la Santé, Paulette Lenert : «Le plus grand facteur de risque de contamination est là où les gens se rassemblent, ne peuvent respecter suffisamment les gestes barrières et baissent le masque». Alors, même si la contamination est actuellement en deçà des 200 nouveaux cas par jour, pas question de rouvrir bistrots et gastros trop tôt.

La même cause produit d'ailleurs le même effet pour les particuliers cette fois. Le credo adopté pour les fêtes «pas plus de deux invités à la maison» restera la règle à suivre là encore durant tout janvier.

2

Que le spectacle (re)commence
Copier le lien

AFP

Un peu de culture, mais sous bonne garde. Voilà le message passé à l'heure d'annoncer qu'à compter du 11 janvier concerts, représentations de théâtre et autres séances de cinéma pourront être remis à l'affiche. Mais les limites sont claires : pas plus de 100 spectateurs dans la même salle, une distanciation de deux mètres minimum entre chacun et port du masque obligatoire pour tout le monde. Acteurs ou musiciens sur scène compris? La réponse n'a pas été apportée.

3

Tous les commerces rouvrent
Copier le lien

Essentiels, non essentiels : il en sera fini de cette distinction dès lundi prochain. Dès le lundi 11 janvier, ouverture des portes autorisée pour l'ensemble des commerces (à l'exception des bars et restaurants donc). Mais Paulette Lenert a prévenu, pour ce secteur aussi il y aura des bornes à ne pas franchir. A commencer par le nombre d'acheteurs accueillis. La restriction «qui vaut pour les commerces de toute envergure» sera d'un client accepté pour 10 m2 de surface de vente. 


Commerce , Remise Trophees Top Brands 2020, Decathlon , Karine Blanc Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Decathlon bloqué dans les starting-blocks
L'enseigne sportive se voit contrainte de retarder son ouverture au sein du Royal-Hamilius. La surface de vente ne devrait pas ouvrir ses portes avant début février.

Voilà qui met petite boutique, solarium, salons de coiffure comme grands magasins sur un même pied d'égalité, selon un critère qui était en vigueur dès novembre dernier pour les supermarchés.

Pour la Confédération luxembourgeoise du commerce qui demandait cette réouverture globale, c'est un «soulagement» à en croire son directeur Nicolas Henckes. Reste maintenant à la profession et au gouvernement à convenir d'une date pour le début des soldes. Initialement prévus dès le 2 janvier, ceux-ci ont été repoussés à une date ultérieure. Mais après certaines concentration de foules aperçues lors du dernier Black Friday, pas sûr que définir un nouveau calendrier promotions ne soit pas prendre un risque sanitaire...

4

A vos marques, prêts...
Copier le lien

Jeudi 7 janvier, le ministre des Sports devrait définir quelles règles s'imposent désormais dans la pratique des activités physiques. Mais d'ores et déjà, il est clair que les salles de fitness, piscines et autres clubs de danse vont pouvoir reprendre leur activité mise en pause depuis novembre. «Il en va autant de la santé physique que morale de la population», a justifié Paulette Lenert. 


Les salles de sport resteront vides encore jusqu'au 31 juillet prochain.
Une étude pour jauger l'impact du covid sur le sport
Si une aide financière a déjà été versée aux centres sportifs du pays, le Luxembourg entend bien offrir une solution adaptée à ce secteur en souffrance.

Mais pas question d'ouvrir la porte des vestiaires au covid, et là encore le protocole à respecter au moins jusqu'au 31 janvier sera draconien. On parle pour l'instant d'un maximum de 10 participants par séance (dehors comme dedans), de distanciation à appliquer et d'une concentration par m2 que le ministre Dan Kersch ne manquera pas de détailler. Y compris pour la reprise, ou non, des championnats.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.