Changer d'édition

Invitations lancées pour la vaccination des 55-64 ans
Luxembourg 07.04.2021 Cet article est archivé

Invitations lancées pour la vaccination des 55-64 ans

Dès le 8 avril, celles et ceux présentant un «risque majoré» pourront demander à recevoir une injection.

Invitations lancées pour la vaccination des 55-64 ans

Dès le 8 avril, celles et ceux présentant un «risque majoré» pourront demander à recevoir une injection.
Photo: AFP
Luxembourg 07.04.2021 Cet article est archivé

Invitations lancées pour la vaccination des 55-64 ans

Alors que la polémique continue d'enfler autour du vaccin AstraZeneca, le Luxembourg entame la cinquième phase de sa campagne de vaccination. Après les cinquantenaires, une injection sera proposée à toutes celles et ceux présentant un «risque majoré»

(ASdN) - Malgré les incertitudes de livraison et polémiques autour d'AstraZeneca, le Luxembourg entend bien poursuivre sa campagne de vaccination. Quinze semaines après les premières injections, le ministère de la Santé a annoncé, ce mercredi, le lancement de la cinquième phase de la stratégie gouvernementale. 


Moins de 2% de refus pour le vaccin AstraZeneca
Au Luxembourg, les invités à la vaccination se montrent jusqu'à présent peu soucieux de recevoir une injection avec la formule développée par l'Université d'Oxford. Mais la donne pourrait changer.

Après les 65-69 ans, c'est donc au tour des résidents âgés de 55 à 64 ans (phase 5a). A ces cinquantenaires s'ajouteront également, dans un second temps, celles et ceux présentant un «risque majoré» (phase 5b). En d'autres termes, les personnes diabétiques, obèses ou souffrant d'une hypertension artérielle. Les femmes enceintes sont elles aussi concernées. 

Les premières invitations, précise le communiqué, seront envoyées «dès cette semaine» aux plus âgés. Les personnes présentant un «risque majoré» pourront quant à elles s'inscrire par leur médecin traitant à compter du 8 avril et recevront par la suite une invitation par courrier postal.


31.03.2021, Sachsen-Anhalt, Burg: Eine Ärztin impft im Impfzentrum des Landkreies Jerichower Land eine Frau mit dem Impfstoff von Biontech/Pfizer. Das Impfzentrum musste am 31. März schließen, da alle Impfstoffreserven verabreicht worden sind. Wäre mehr Impfstoff vorrätig gewesen, hätte man dort auch an den Osterfeiertagen weiter gegen das Coronavirus impfen können. Eine neue Lieferung des Impfstoffs von AstraZeneca wird am Ostersonntag, 4. April erwartet. Impfdosen des Impfstoffs von Biontech/Pfizer werden am 07. April erwartet. Im Jerichower Land haben 15 Prozent der Bevölkerung die Erstimpfung erhalten und 4,2 Prozent die Zweitimpfung. Foto: Klaus-Dietmar Gabbert/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le certificat de vaccination disponible en ligne
L'attestation prouvant avoir reçu une ou deux doses anti-covid peut désormais être téléchargée sur le site MyGuichet.lu. Un document qui peut s'avérer utile pour certains déplacements.

Au total, pas moins de 108.000 doses anti-covid ont d'ores et déjà été administrées à ce jour au Grand-Duché. A noter également, depuis le début du mois, une attestation prouvant avoir reçu une ou deux doses anti-covid peut désormais être téléchargée sur le site MyGuichet.lu. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Sept mois d'envoi auront permis au ministère de la Santé d'adresser à l'ensemble des habitants de plus de 12 ans un courrier pour prendre rendez-vous pour recevoir leur injection anti-covid.
WO fr , Bettel et Hansen visitent le CTIE , envoi lettres Large Scale Testing et Flyers Covid , Corona , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Alors qu'un membre de l'Agence européenne des médicaments a confirmé mardi l'existence d'un lien «clair» entre les thromboses et le vaccin, un collectif de chercheurs français explique qu'une mauvaise administration en serait la cause précise.
Au Luxembourg, les invités à la vaccination se montrent jusqu'à présent peu soucieux de recevoir une injection avec la formule développée par l'Université d'Oxford. Mais la donne pourrait changer.
Contrairement aux mesures actuellement en vigueur, le conseil supérieur des maladies infectieuses recommande aux futures mères de se faire injecter le vaccin. Selon son rapport publié lundi, il n'y aurait aucun risque pour elles ou leur bébé.