Changer d'édition

Institutions européennes: Les salariés de l'UE ne veulent plus travailler au Luxembourg
Luxembourg 15.06.2016 Cet article est archivé

Institutions européennes: Les salariés de l'UE ne veulent plus travailler au Luxembourg

La hausse des logements et du coût de la vie rebute certains salariés des institutions européennes à travailler au Luxembourg.

Institutions européennes: Les salariés de l'UE ne veulent plus travailler au Luxembourg

La hausse des logements et du coût de la vie rebute certains salariés des institutions européennes à travailler au Luxembourg.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 15.06.2016 Cet article est archivé

Institutions européennes: Les salariés de l'UE ne veulent plus travailler au Luxembourg

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Il devient difficile de recruter du personnel hautement qualifié dans les institutions européennes au Luxembourg. En cause: le salaire et le dumping social, dénoncés par l'Union syndicale.

Il est devenu très difficile de recruter du personnel hautement qualifié pour travailler dans les institutions européennes au Luxembourg: les salaires seraient moins attractifs qu'avant, rapporte un syndicat.

12.000 personnes travaillent dans les institutions européennes au Luxembourg. C'est le deuxième employeur du pays. L'augmentation du coût du la vie entame le pouvoir d'achat des salariés du Luxembourg. Certains grades de salariés des institutions européennes "ne veulent plus travailler au Luxembourg et ceux qui le peuvent partiront à la première occasion", rapportait Miguel Vicente Nunez, président de l'Union Syndicale Luxembourg lors d'une conférence de presse mardi.

Le personnel muté de Bruxelles à Luxembourg avait manifesté son mécontentement en raison d'une différence de pouvoir d'achat atteignant 8%.

"Je pense qu'il est important que les habitants du Luxembourg comprennent ce qui se passe. Lorsque je dis que je travaille pour la Commission européenne, les gens disent 'C'est un poste à vie'. Je leur réponds que c'est faux. C'était peut-être le cas il y a 10 ou 15 ans. Mais plus aujourd'hui", résume Sorin Cristescu, architecte IT.

Le recrutement de façon temporaire, sous forme de mission, de personnel hautement qualifié avec des salaires inférieurs au salaire minimum d'un travailleur manuel qualifié est une autre raison à cette pénurie.

Le syndicat déplore ce "dumping social" où environ 200 salariés perçoivent un salaire inférieur à 2.305 euros par mois au Luxembourg. En 2014, une grève de trois jours voulait déjà dénoncer ces pratiques. En dépit d'un accord obtenu en mars 2015, rien n'a changé.

L'Union Syndicale doit s'entretenir avec le Premier ministre Xavier Bettel pour demander la mise en place d'un "coefficient correcteur" spécifique au Grand-Duché. Il devrait permettre, d'après le syndicat, de redresser les disparités de pouvoir d'achat et de dumping social.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Asselborn entend défendre le personnel de l'UE
Jean Asselborn (LSAP) s'est dit préoccupé par la baisse du pouvoir d'achat des salariés du Kirchberg par rapport à leurs collègues de Bruxelles. Une inégalité qui menace sérieusement l'attractivité du Luxembourg en tant que siège d'institutions européennes.
WO fr , Europäischer Gerichtshof Kirchberg , Eugh , Cour de Justice Europeenne , Neuer Dritter Turm , Tour 3 , Inauguration , Visite avec Francois Biltgen , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort