Changer d'édition

«Inscrire le féminicide dans le code pénal»
Luxembourg 2 min. 07.10.2022
Politique

«Inscrire le féminicide dans le code pénal»

«Sans des mesures concrètes et pénales, nous continuerons d'avoir recours à des solutions au cas par cas», estime déi Lénk.
Politique

«Inscrire le féminicide dans le code pénal»

«Sans des mesures concrètes et pénales, nous continuerons d'avoir recours à des solutions au cas par cas», estime déi Lénk.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 07.10.2022
Politique

«Inscrire le féminicide dans le code pénal»

Le parti d'opposition déi Lénk réclame la création d'un cadre légal adapté qui permette la pénalisation de toutes les formes de violences faites aux femmes.

En l'espace de trois semaines, deux femmes résidant au Luxembourg ont trouvé la mort dans des circonstances atroces. Le 19 septembre dernier, le corps de Diana Santos, une quadragénaire d'origine portugaise, a été retrouvé démembré à Mont-Saint-Martin, à la frontière française. L'affaire fait grand bruit depuis.


Diana tinha 40 anos e era natural do Porto.
L'ex-petit ami de Diana Santos: «C'était la femme de ma vie»
C'est l'ex-compagnon qui a permis l’identification du corps retrouvé démembré à Mont-Saint-Martin. Il a reconnu Diana Santos grâce à ses tatouages.

Pas plus tard que ce mardi, le Parquet annonçait qu'une femme de 20 ans avait été tuée lundi soir dans la capitale par son compagnon de 25 ans. Ce dernier l'a attaquée avec un marteau et l'a mortellement blessée, devant les yeux de leur nourrisson de cinq mois. L'auteur présumé des faits a été arrêté et présenté à un juge d'instruction quelques heures après le drame.

Ces deux morts violentes ont choqué, comme beaucoup d'autres, les membres de déi Lénk. «Nous parlons ici de faits d'une violence inouïe et bouleversante, qui s'inscrivent bien dans la logique de la violence structurelle et patriarcale qui tous les jours prend les femmes d'assaut», souligne le parti dans un communiqué.

«Créer un cadre légal adapté»

Le parti de gauche revendique notamment «l'inscription du féminicide dans le code pénal». À l'heure actuelle, le féminicide - c'est-à-dire l'assassinat d'une femme parce qu'elle est une femme - est toujours aux abonnés absents dans le code qui régit le droit pénal au Luxembourg. Les actes de violence commis à l'égard des femmes et des filles sont pourtant «parmi les crimes les plus répandus mondialement».


Photo: Shutterstock
Deux tiers des résidentes ont subi des violences
Psychologiques, sexuelles, physiques ou encore économiques, les violences faites aux femmes prennent plusieurs formes, et concernent la plupart de ces dernières, selon des chiffres dévoilés par le Statec.

Pour déi Lénk, «ne pas nommer ces violences a pour conséquence une immense difficulté dans la compréhension, la prévention et la punition de ces actes». Le parti d'opposition estime qu'il est primordial de créer «un cadre légal adapté qui permette la pénalisation de toutes les formes d'infractions liées au sexisme», afin d'avancer dans la lutte «contre une société inégalitaire et violente vis-à-vis des femmes, des personnes trans et des personnes non binaires». 

Appel à agir

Le parti réclame aussi que le Luxembourg soit présent au sein de l'Observatoire européen du féminicide et l'application «pleine et entière» de la convention d'Istanbul sur la prévention et la lutte contre les violences à l'égard des femmes. «Honteusement, le gouvernement luxembourgeois peine à faire ces pas».

Le parti appelle donc le gouvernement à réagir. «Sans des mesures concrètes et pénales, nous continuerons d'avoir recours à des solutions au cas par cas, sans tacler l'immensité du travail de sensibilisation, d'éducation et de prévention qu'il faudrait mettre en place».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au Luxembourg, s'il existe bien quelques chiffres sur les homicides conjugaux, aucune statistique plus affinée ne permet de quantifier le phénomène de manière plus précise. Ce qui constituerait, pour certains, une véritable entrave à son éradication.
Féminicide au Luxembourg - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
La violence psychologique, un sujet tabou
La violence psychologique ne laisse pas de cicatrices, mais marque les victimes à vie. Une victime et la directrice de Femmes en détresse se confient.
Les violences faites aux femmes sont loin d'être un phénomène marginal au Luxembourg, comme le prouve une enquête révélée ce mardi par le Statec. Selon ce document, 20% des femmes de 16 à 74 ans ont subi une forme de violence sexuelle, physique ou psychologique.