Changer d'édition

Il y a 70 ans dans le camp de Sonnenburg: «Le plus grand massacre» perpétré contre le Luxembourg
Luxembourg 1 2 min. 30.01.2015

Il y a 70 ans dans le camp de Sonnenburg: «Le plus grand massacre» perpétré contre le Luxembourg

Dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945, 819 prisonniers ont été exécutés en quelques heures par vingt SS. Parmi eux se trouvaient 91 jeunes Luxembourgeois.

Il y a 70 ans dans le camp de Sonnenburg: «Le plus grand massacre» perpétré contre le Luxembourg

Dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945, 819 prisonniers ont été exécutés en quelques heures par vingt SS. Parmi eux se trouvaient 91 jeunes Luxembourgeois.
Photo: Archives LW
Luxembourg 1 2 min. 30.01.2015

Il y a 70 ans dans le camp de Sonnenburg: «Le plus grand massacre» perpétré contre le Luxembourg

L'histoire du Luxembourg est liée au sordide massacre du camp de Sonnenburg parce qu'il s'agit du «plus grand massacre en masse perpétré contre la communauté luxembourgeoise», explique l'historien Steve Kayser. Il raconte comment, dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945, vingt SS ont massacré en quelques heures 819 prisonniers, dont 91 jeunes Luxembourgeois.

PAR MAURICE FICK

L'histoire du Luxembourg est liée au sordide massacre du camp de Sonnenburg parce qu'il s'agit du «plus grand massacre en masse perpétré contre la communauté luxembourgeoise», explique l'historien Steve Kayser. Il raconte comment, dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945, vingt SS ont massacré en quelques heures 819 prisonniers, dont 91 jeunes Luxembourgeois.

Attention: certaines images de la VIDEO peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, ainsi que des personnes non averties.

Fin janvier 1945, l'étau se resserre sur le IIIe Reich. A l'Est, l'Armée russe s'approche et l'ordre tombe: «Il faut liquider ce camp de prisonniers», comme le raconte Steve Kayser, historien et directeur du Centre de Documentation et de Recherche sur l'Enrôlement forcé à Luxembourg.

Ce camp, c'est celui de Sonnenburg, devenu Slonsk, une ville située tout près de la frontière germano-polonaise qui compte près de 5.000 habitants aujourd'hui.Ce 30 janvier y est commémoré le 70e anniversaire de l'assassinat des prisonniers du camp de Sonnenburg.

«Il s'y trouvait 1.000 personnes à ce moment-là. Parmi lesquels des criminels mais essentiellement des soldats de la Wehrmacht, des malgré-nous, des enrôlés de force d'autres pays», explique l'historien. Ceux qui sont-là, le sont parce qu'ils ont refusé des ordres, commis des actes d'insoumission ou parce qu'ils ont refusé le service militaire.

Steve Kayser: "Nous avons aujourd'hui le devoir de connaître leur histoire et de garantir leur mémoire".
Steve Kayser: "Nous avons aujourd'hui le devoir de connaître leur histoire et de garantir leur mémoire".
Photo: Screenshot video wort.lu

Parmi les prisonniers se trouvent 91 jeunes enrôlés de force luxembourgeois qui avaient refusé de faire leur service militaire. Ils avaient entre 20 et 24 ans.

«Une équipe de vingt SS sont transférés spécialement pour cette vaste opération de tuerie dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945», au camp de prisonniers de Sonnenburg, explique Steve Kayser. Avant de raconter avec quelle froideur et dans quelle ambiance de panique dans les cellules, le massacre de 819 personnes est perpétré en quelques heures, jusqu'à 2 heures du matin.

Seuls six rescapés survivront au massacre, dont un seul Luxembourgeois. Leurs témoignages seront capitaux lors des procès d'après-guerre.

«Aujourd'hui, nous avons le devoir de connaître leur histoire et de garantir leur mémoire», estime le directeur du Centre de Documentation et de Recherche sur l'Enrôlement forcé.

Raison pour laquelle, le grand-duc Henri et le Premier ministre, Xavier Bettel, participent  ce vendredi aux cérémonies commémoratives à Slonsk.


Sur le même sujet