Changer d'édition

«Il n'y a plus de concurrence dans ces métiers»
Luxembourg 6 min. 28.09.2020

«Il n'y a plus de concurrence dans ces métiers»

Philippe Delmas estime qu'il est nécessaire «d'anticiper l'utilisation des nouvelles technologies».

«Il n'y a plus de concurrence dans ces métiers»

Philippe Delmas estime qu'il est nécessaire «d'anticiper l'utilisation des nouvelles technologies».
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 6 min. 28.09.2020

«Il n'y a plus de concurrence dans ces métiers»

Philippe Delmas lance un appel urgent à mieux «accompagner» les nouvelles technologies. L'ancien dirigeant d'Airbus met aussi en garde contre le pouvoir de l'économie numérique.

(ER avec ndp) - Invité au Luxembourg dans le cadre des «Rencontres  stratégiques du manager», Philippe Delmas, qui dirige aujourd'hui un cabinet de conseil en stratégie industrielle, évoque son dernier ouvrage «Un pouvoir implacable et doux. La tech ou l'efficacité pour seule valeur». 

Philippe Delmas, la pandémie de covid-19 a souligné l'importance de la numérisation dans tous les domaines de l'économie et de la société. Les nouvelles technologies sont bien sources de progrès, ou est-ce selon vous une illusion?

Philippe Delmas - «Les progrès que permettent les outils de la tech sont extraordinaires et demandent à être soigneusement accompagnés, précisément à cause de leur puissance. C'est comme des médicaments très efficaces, il faut les prendre avec beaucoup de soin, sinon ça peut provoquer des catastrophes. Si vous regardez les outils courants de la tech qui nous ont rendu la vie si facile, comme Netflix ou la possibilité de regarder un film sur son portable, c'est formidable. Mais voyez aussi le soin qu'il faut prendre en ce qui concerne les enfants pour la consommation d'écran. Toutes les études qui s'accumulent disent qu'il est très important de limiter énormément l'utilisation des écrans par les enfants. 


Mid adult man assisting son in using laptop at table
Gérer et accompagner l'éducation aux écrans
Même si la digitalisation de la société présente de nombreux atouts, les risques de surexposition des enfants suscitent des préoccupations chez des parents. La campagne «Les écrans en famille» propose des pistes sur la bonne utilisation des médias numériques.

Autre exemple à l'autre bout: tout le monde maintenant parle de télétravail, de transformation de l'organisation. Vous apercevez là aussi que, d'une part, vous avez des risques techniques – la sécurité informatique est très difficile à assurer quand les gens sont chez eux – et, d'autre part, vous avez des problèmes humains. Car une entreprise, c’est d'abord une collectivité, il faut que les gens soient ensemble, c'est vraiment important. L’entreprise qui a le plus travaillé sur ce sujet c'est Google. Le DRH, en quittant ses fonctions il y a deux ans, a rendu publique une étude sur dix ans de pratique de télétravail chez Google.

A quelle conclusion est-il arrivé?

«La conclusion est que la dose maximum de télétravail, c'est une journée et demie, voire deux jours par semaine et pas plus. Au-delà de ça, un lien se perd. Cela ne se voit pas de façon directe, mais les gens ont moins d'initiatives, moins d'échanges, moins de créativité et finalement le sentiment d'être Google, si important dans la culture de cette entreprise, disparaît.


Coronavirus Home office - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
A chacun sa responsabilité dans le télétravail
Qui fournit l'ordinateur? Qui veille à la connexion internet ou aux branchements électriques? Qui assure les réparations éventuelles? Autant de questions auxquelles le ministre du Travail, Dan Kersch, vient de répondre.

Mais face à la puissance des nouvelles technologies que vous soulignez dans votre livre, l’homme n'a-t-il pas déjà perdu la main?

«Pas du tout. L'humanité, contrairement à ce que l'on croit, n'est pas tellement prisonnière de technologie. Je vous parle de mon industrie préférée, l'aéronautique. On a fini par renoncer à faire des avions supersoniques, pas parce qu'on ne sait pas les faire, mais parce qu'on s’est aperçu que ce n'était pas un choix raisonnable. Beaucoup de pays ont renoncé à l'énergie nucléaire. Je ne suis pas sûr qu’ils ont raison, mais c'est un choix qui montre que l'on peut renoncer. Beaucoup de pays ont aussi renoncé à l'agriculture avec des organismes génétiquement modifiés, et l'agriculture européenne ne semble pas s'en porter mal. Ce sont de vraies décisions collectives importantes. 

Pourtant, dans le domaine politique, vous mettez en garde contre le pouvoir de l’économie numérique qui s’affranchit des Etats comme du droit...

«C'est très facile de taper sur les Etats. Aujourd'hui, tous les pays critiquent leur gouvernement pour la gestion du covid. Mais il faut savoir qu'un gouvernement, c'est toujours en retard. Ça passe son temps à gérer les crises d'hier, qui ont des conséquences aujourd'hui. On n'a pas vu venir les conséquences de ces nouvelles technologies. Je rappelle que le smartphone a été inventé en 2007, il n'a même pas quinze ans. Donc oui, il faut du temps pour s'adapter. Mais regardez ce qui se passe en Europe. Les Européens ont très bien réagi sur la défense des données personnelles, sur la sécurité des données dont le transfert vers les Etats-Unis vient d'être interdit par la Cour de justice de l'Union européenne.

Il n'y a pas beaucoup d'industries où vous acceptez que le leader soit propriétaire du numéro deux dans des secteurs aussi importants.  

L'Europe a donc pris la mesure de la menace...

«Absolument, et là-dessus je suis très fier d'être Européen, parce qu'il y a en Europe ce sens de la valeur de la personne, de la valeur de la vie privée et du fait que la réussite technique n'excuse pas tout et ne permet pas tout. Quand ces sociétés de la tech mobilisent des énormes ressources humaines, financières et techniques sur un secteur, elles vont avoir un impact absolument gigantesque. Aujourd'hui, c’est l'automobile, demain ça sera l'éducation ou la santé. Il est urgent que les gouvernements disent à un moment donné: ''non, il y a des domaines dans lesquels vous n'allez pas rentrer''.

Est-ce qu'il faut pour cela définir des domaines d'exclusion?

«Je pense qu’il faut séparer quelques activités. Est-ce qu'il est normal que Google, qui est le premier moteur de recherche mondial, soit propriétaire du deuxième moteur de recherche qui est YouTube? Est-ce qu’il est normal que Google, qui a le système de navigation le plus utilisé au monde avec Google Maps, soit propriétaire du deuxième système le plus utilisé au monde, Waze? Je ne suis pas sûr. Il n'y a pas beaucoup d'industries où vous acceptez que le leader soit propriétaire du numéro deux dans des secteurs aussi importants. Et quand vous combinez cela avec le fait qu'ils ont 65% du business mondial du mail, il y a quelque chose qui ne va pas, c'est évident. Sur cela, il est urgent d'agir. Cela commence à venir, mais je voudrais bien que cela s’accélère.


(FILES) In this file photo taken on November 21, 2019 (FILES) the Google and YouTube logos are seen at the entrance to the Google offices in Los Angeles, California. - YouTube said May 26, 2020 it was investigating the removal of comments critical of the Chinese Communist Party from the video-sharing platform, saying the filtering appeared to be "an error." (Photo by Robyn Beck / AFP)
L'UE lance une consultation sur les géants du Net
La Commission a mis en place depuis mardi une enquête publique destinée à moderniser la législation européenne relative aux services numériques. Objectif: mieux réguler un secteur dominé par Google, Apple et autre Facebook.

Il faut donc, selon vous, mettre un terme à ces quasi-monopoles...

«Apple a de fait le monopole presque complet du streaming musical et de la vente d'applications en ligne. Facebook est pratiquement le seul grand réseau social au monde. Google tient la recherche, la navigation et le mail, ça fait beaucoup. C'est pour cela que la séparation de ces entreprises me semble vraiment indispensable. C'est un problème de concurrence. Il n'y a plus de concurrence du tout dans ces métiers. Qui va lancer aujourd'hui un moteur de recherche contre Google? Personne.

Quelle est finalement la bonne attitude à avoir face aux nouvelles technologies?

«Nous avons des outils prodigieux entre les mains qui peuvent vraiment améliorer nos vies, mais ce sont des outils extrêmement puissants. Si on ne les gère pas de façon très soigneuse dans leur condition de mise en œuvre dans les entreprises, ou dans leurs conditions d'utilisation dans la société, on prend vraiment de très gros risques. On ne peut pas laisser des enfants jouer avec des armes. Il faut être très attentif, prendre l'habitude d'anticiper, ce qu'on ne fait pas. Aujourd'hui, on réagit. Je dis donc qu’il faut interdire à ces entreprises de rentrer dans certains domaines, parce que c'est ce qu’elles sont en train de préparer, parce qu'une fois qu’elles seront dedans, il sera très compliqué de les en sortir.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».
Le commerce en overdose de télétravail
Le recours au télétravail a permis de contenir l'épidémie de covid au Luxembourg. Mais l'éloignement persistant de milliers de salariés pénalise durement des commerçants et restaurateurs pour qui l'absence physique de clients devient un virus fatal.
Encore 3% de réfractaires à internet
Au Luxembourg, 97% des 16-74 ans sont quotidiennement actifs sur ordinateur, tablette ou smartphone pour communiquer. Toutes les générations sont devenues accro, au point de ne plus pouvoir se passer du réseau en dehors de la maison ou du travail.
ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht von Pauline Sickmann vom 29. März 2019: Das Tor zur Welt: Auch mit einem Smartphone können Ältere in sozialen Netzwerken surfen - und so zum Beispiel mit Kindern und Enkeln kommunizieren. Foto: Christin Klose/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
Facebook veut protéger le processus démocratique
Les sites d'information créés par des organisations politiques ne jouiront plus des mêmes privilèges que les médias indépendants. Telle est l'annonce, mardi, du réseau social américain, en pleine croisade pour une plateforme irréprochable à trois mois des élections américaines.
ARCHIV - 03.01.2018, Großbritannien, ---: ILLUSTRATION - Ein Blick auf ein Smartphone mit den verschiedenen Social Media Apps, wie Facebook, Instagram, YouTube und WhatsApp.     (zu dpa "Studie: Smartphones sind für Milliarden Menschen unerschwinglich") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«La vigilance reste de mise avec le numérique»
Si l'utilisation des nouvelles technologies s'est accentuée depuis trois semaines, Jeff Kaufmann du centre pour un internet plus sûr (Bee Secure) tire la sonnette d'alarme. «Les écrans présentent de nombreux avantages mais nous devons conserver certaines règles», dit-il.
Les salles de sport s'adaptent aussi au virtuel
Le confinement a contraint les responsables des clubs de fitness à revoir leur stratégie. Pour conserver le contact avec leurs clients, ces derniers ont recours aux réseaux sociaux et aux nombreuses applications du marché.
19.03.2020, Berlin: Patricio Escher, Fitnesstrainer und Physiotherapeut aus Berlin, trainiert um sich und seine Kunden vor dem Coronavirus zu schützen nur noch per Videotelefonat. (zu «Corona und Fitness - kreative Lösungen halten Einzug ins Wohnzimmer») Foto: Fabian Sommer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++