Changer d'édition

«Il n'y a pas lieu de paniquer» au Luxembourg
Luxembourg 3 min. 24.02.2020

«Il n'y a pas lieu de paniquer» au Luxembourg

«Il n'y a pas lieu de paniquer» au Luxembourg

Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 24.02.2020

«Il n'y a pas lieu de paniquer» au Luxembourg

Jusqu'ici aucun cas de malade atteint par le coronavirus n'est avéré au Luxembourg où seuls deux patients sont toujours en quarantaine. Alors que l'étau se resserre, le ministère de la Santé se distancie des mesures préventives prises dans deux écoles ce lundi.

(ota avec MF) –  Si deux personnes sont toujours placées en quarantaine au Centre hospitalier de Luxembourg, la Direction de la Santé a organisé un point de presse ce lundi après-midi au ministère de la Santé pour calmer les esprits sur la situation au Grand-Duché.  

C'est la décision des écoles européennes et de l'International School of Luxembourg (ISL) qui a mis le feu aux poudres. Les établissements ont enjoint les élèves, qui se sont rendus dans des zones infectées par le coronavirus durant les vacances de carnaval, de rester chez eux. Ils invitent les parents concernés à ne mettre leurs enfants à l'école que 14 jours après la date du retour.  


Ansteckende Krankheiten - Service des Maladies infectieuses du CHL - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Trois Luxembourgeois en quarantaine au CHL
Deux ressortissants luxembourgeois sont arrivés ce vendredi au Findel en provenance de la ville de Wuhan. Ils ont immédiatement été placés à l'isolement au service des maladies infectieuses du Centre hospitalier de Luxembourg.

Aux yeux de la Direction de la Santé, les deux établissements ont surréagi. A cet instant, «il n'y a pas lieu de paniquer» face au coronavirus, a clairement posé le Dr Jean-Claude Schmit. Les mesures prises ne sont «pas justifiées mais je peux comprendre que certains aient peur» déclare, le directeur de la Santé.  

Le ministère dit suivre de «très près» l'évolution de la situation de l'épidémie de concert avec les instances européennes, à savoir le Comité de sécurité sanitaire et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies basé à Stockholm. L'Europe «s'occupe du problème sans tomber dans la panique», assure Jean-Claude Schmit. Fait est qu'au Grand-Duché, il n'y a pas de nouvelles recommandations que celles émises le 4 février par la Direction de la Santé.  

L'Italie cherche son patient zéro

A cette heure, aucun cas de coronavirus n'est signalé sur le territoire. Mis à l'isolement par précaution au service des maladies infectieuses du CHL durant 14 jours, deux Luxembourgeois de retour de Wuhan ne sont, a priori, pas infectés par le virus et donc non contagieux.  De son côté, le laboratoire national de la Santé a effectué une vingtaine d'analyses d'échantillons suspects mais tous se sont révélés négatifs. 

Les recommandations émises par les écoles européennes et l'ISL s'expliquent notamment par le développement de la situation dans le sud de l'Europe. L'Italie mène l'enquête pour savoir qui est à l'origine des contaminations sur son sol et tente de contenir la maladie. Le coronavirus y a déjà infecté plus de 200 personnes dans le nord du pays, six sont décédées, et un cordon sanitaire a été mis autour de onze villes. 

Pour l'instant, il n'y a pas de mesures spécifiques au Findel en rapport avec le coronavirus.
Pour l'instant, il n'y a pas de mesures spécifiques au Findel en rapport avec le coronavirus.
Photo: Pierre Matgé

Pour l'instant, il n'est aucunement question d'interdire les connexions aériennes avec l'Italie fait savoir Jean-Claude Schmit. A ce titre, il souligne que Rome a été parmi les premiers à stopper ses vols avec la Chine et à prendre des mesures de contrôle dans les aéroports. 

Lesquelles se sont avérées inefficaces,  car «un patient peut apparaître comme totalement sain et présenter des symptômes bien plus tard», rappelle Jean-Claude Schmit. Ceci étant, la question se poserait si on constatait que des malades entraient sur le territoire. «Isoler totalement les transports c'est une décision très compliquée. Nous devons évaluer les risques avec doigté car ce qui est vrai aujourd'hui ne le sera peut-être pas demain», souligne le directeur de la Santé.


Sur le même sujet

L'École européenne prend un luxe de précautions
L'École européenne de Bertrange enjoint ce lundi les élèves qui se sont rendus pendant le congé de carnaval dans des zones infectées par le coronavirus à rester à la maison. Le message invite les parents concernés «à ne mettre leurs enfants à l’école que 14 jours après la date du retour».
L'École européenne de Bertrange se conforme aux recommandations du ministère français de la Santé
L'angoisse monte dans le nord de l'Italie
Arrêt du carnaval de Venise, fermetures à Milan et deux semaines de quarantaine pour onze villes: le Nord de l'Italie se prépare à vivre des jours d'angoisse et de restrictions après une soudaine et spectaculaire flambée des cas du nouveau coronavirus en trois jours.
Un des deux foyers principaux a été localisé à Codogno, en Lombardie
Trois Luxembourgeois en quarantaine au CHL
Deux ressortissants luxembourgeois sont arrivés ce vendredi au Findel en provenance de la ville de Wuhan. Ils ont immédiatement été placés à l'isolement au service des maladies infectieuses du Centre hospitalier de Luxembourg.
Ansteckende Krankheiten - Service des Maladies infectieuses du CHL - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le CHL paré à tout, y compris au coronavirus
Depuis dix jours, un homme rentrant de Chine a été mis en quarantaine au Centre hospitalier de Luxembourg. Il s'agit du seul établissement du pays offrant les conditions d'isolement face à l'épidémie de covid-19 et autres maladies infectieuses.
Ansteckende Krankheiten - Service des Maladies infectieuses du CHL - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le coronavirus pisté à Dudelange
Le Laboratoire national de santé est la seule structure du pays capable de réaliser les analyses liées au covid-19. A ce jour, aucun des tests effectués ne s'est avéré positif en relation avec l'épidémie qui a fait près de 1.770 morts dans le monde.
Lokales, ADN-Labo am LNS, Laboratoire national de santé, ADN,DNA, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort