Changer d'édition

«Il n'y a pas de pétitions fantaisistes»
Luxembourg 5 min. 23.07.2020 Cet article est archivé

«Il n'y a pas de pétitions fantaisistes»

Cette année, sept pétitions ont reçu suffisamment de soutiens pour déclencher un débat à la Chambre.

«Il n'y a pas de pétitions fantaisistes»

Cette année, sept pétitions ont reçu suffisamment de soutiens pour déclencher un débat à la Chambre.
Pierre Matgé
Luxembourg 5 min. 23.07.2020 Cet article est archivé

«Il n'y a pas de pétitions fantaisistes»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le record du nombre de pétitions publiques reçues a été battu durant cette session parlementaire. Et sur les 299 suggestions, sept ont dépassé les 4.500 signataires déclenchant un débat public à la Chambre.

Rien n'arrête la Commission des pétitions. Pas même le coronavirus. «La preuve, nous avons été la première commission à reprendre ses réunions, en vidéoconférence, pendant le confinement», peut sourire la députée Nancy Arendt (CSV). Mais, en présentant son rapport annuel, la présidente de ladite commission pouvait surtout constater que rien ne pouvait également stopper les pétitionnaires... «C'est d'ailleurs en avril dernier que nous avons enregistré le plus de dépôts de textes à la Chambre (42 en un mois).»

S'il était alors question de réclamer le soutien de suffisamment de citoyens pour que la Chambre discute d'aides au commerce, de baisses d'impôts ou de fin du paiement des loyers, le bilan 2019-2020 laisse transparaître «le même hit-parade» que l'an passé, au final. Travail, mobilité et environnement restant les trois thèmes dominant les demandes de pétition publique reçues. «Avec 299 demandes enregistrées (dont 188 recevables), nous avons battu notre record depuis que ce système a été mis en place.» Soit depuis 2014.

Pour le président de la Chambre, Fernand Etgen (DP), le dynamisme des pétitions publiques -près d'une demande par jour ouvrable!- est un signe de «bonne santé démocratique». Car au-delà de la visibilité offerte aux requêtes des citoyens sur le site de la Chambre, le dispositif permet surtout à quiconque d'interpeller les élus nationaux. La preuve pour cette seule session, pas moins de sept dossiers auront permis la tenue d'un débat public. Il a suffi pour cela que le seuil des 4.500 signatures de soutien soit atteint.


Politik, Petition 1319, Recht auf Leitungswasser,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les pétitions en ligne gelées jusqu'au 15 avril
Les onze requêtes ouvertes à la signature le 13 mars dernier sont bloquées pendant trois semaines en raison de la crise du covid-19 au pays. Ainsi en a décidé la commission ad hoc réunie pour la première fois en vidéoconférence ce mercredi.

Pour Nancy Arendt, la dynamique enclenchée doit continuer à être encouragée. «Il n'y a pas de pétitions fantaisistes», assure la présidente de la commission. D'ailleurs, le caractère décalé ne suffit pas pour qu'une suggestion de textes soit refusée par les parlementaires.

«Par contre, nous refusons tout propos raciste, discriminants ou sans intérêt national. Il faut aussi que les termes ''je« ou ''nous'' ne soient pas employés. Pour le reste, nous sommes ouverts à tout». Et de faire un clin d’œil à cette demande de voir le jour de la Saint-Nicolas se muer en jour férié. «Certains qualifiait cela d'absurde, pas pour nous qui avons laissé le sujet vivre sa vie.» Sans succès cette fois au terme des 42 jours de soumissions au grand public.

Par contre, certains pétitionnaires ont bien eu la possibilité d'exprimer leur revendications «les yeux dans les yeux» avec des députés et le ministre concerné. Ce fut le cas dans le cadre de demande de changement sur la gratuité du transport des personnes à mobilité réduite («et cela a bien fait avancer Adapto»), sur le droit à l'eau du robinet au restaurant («on vient de faire un grand pas»), l'octroi d'une prime pour les soignants en première ligne durant la crise covid («jugée non prioritaire finalement») ou encore la suggestion de repousser la reprise des écoles et des crèches en septembre («en trois jours, l'idée avait déjà 4.500 soutiens...»).

Dans l'air du temps

La vie parlementaire devra aussi tenir compte, dès la rentrée, de deux autres pétitions ayant connu un franc succès. A commencer par la plus populaire de la session réclamant l'arrêt du déploiement de la 5G au Luxembourg. 7.108 soutiens qui ont appris, en cette fin juillet, que les fréquences venaient pourtant d'être allouées par l'Etat... Tout comme les élus devront travailler sur l'instauration d'un droit au télétravail (5.824 signatures).

«Voilà deux bons exemples qui nous poussent, nous députés, à bien réfléchir (et revenir s'il le faut) sur certains choix votés par le passé. Les pétitions nous maintiennent dans l'actualité, dans le ressenti de ce que souhaite la population, dans l'air du temps. C'est essentiel pour ne pas être déconnectés», conclut Nancy Arendt. Alors, à vos plumes ou vos claviers!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Stopper l'implantation de la cinquième génération des standards de la téléphonie mobile et offrir une base juridique du télétravail seront au programme des discussions des députés au cours des prochaines semaines. Les deux pétitions ont largement dépassé le cap des 4.500 signatures.
La 5G permettra de gagner en rapidité mais elle pourrait aussi augmenter considérablement l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquence.
Alors que quelque 6.000 élèves de classes terminales devront reprendre lundi le chemin des lycées, les interrogations restent nombreuses sur les suites à donner pour le reste des élèves. Les députés échangeront mercredi sur ce sujet suite au succès de la pétition demandant un retour en septembre.
Débat Etat de la nation 2019 - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
En moins de trois jours, la pétition 1550 a largement atteint le quorum requis des 4.500 signatures pour provoquer un débat à la Chambre des députés. Plus de 5.500 personnes réclament que crèches, écoles et lycées n'ouvrent pas avant septembre.
La commission des pétitions se penche ce mercredi sur un texte demandant la fin des doubles mandats. A la vue de la composition actuelle de la Chambre, une telle perspective entraînerait une petite révolution.
Vereidigung neue Abgeordnete und Wahl des Präsidenten , Chambre des députes - Luxemburg -Fernand Etgen - DP -  Photo : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Pour la session parlementaire 2018-2019, 189 demandes de pétition ont déjà été validées à la Chambre. Comme depuis le lancement de cette action en 2014, le top 3 des thèmes abordés concerne la mobilité, les conditions de travail et la santé.