Changer d'édition

«Il n'y a pas d'extrême droite au Luxembourg»
Luxembourg 5 min. 20.07.2022
Bilan parlementaire de l'ADR

«Il n'y a pas d'extrême droite au Luxembourg»

«Nous avons beaucoup de problèmes sociaux dans notre société, à commencer par l'actuelle situation énergétique», a souligné le député ADR Fernand Kartheiser.
Bilan parlementaire de l'ADR

«Il n'y a pas d'extrême droite au Luxembourg»

«Nous avons beaucoup de problèmes sociaux dans notre société, à commencer par l'actuelle situation énergétique», a souligné le député ADR Fernand Kartheiser.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 5 min. 20.07.2022
Bilan parlementaire de l'ADR

«Il n'y a pas d'extrême droite au Luxembourg»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
L'ADR compte attaquer les prochaines élections législatives de manière offensive et s'est présenté comme une «alternative politique».

Lors de la présentation de leur bilan parlementaire ce mercredi, les députés ADR ont clairement réfuté l'étiquette d'extrême droite. «Il n'y a pas d'extrême droite au Luxembourg et il ne faut pas l'inventer. Nous sommes un parti conservateur», a rectifié Fernand Kartheiser. Pour le chef de file de l'ADR à la Chambre, il incarne avec ses collègues le «parti de la famille et de la conscience sociale». Le nouveau président de l'ADR, Fred Keup, définit, quant à lui, son parti comme libéral, social et conservateur et situe l'ADR au «centre droit» de l'échiquier politique.


IPO , Chamber , Pres Rapport Waringo Coronacluster Altersheime , Reaktionen Parteien , Fred Keup , ADR Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Fred Keup affiche les ambitions de l'ADR pour 2023
Le nouveau président de l'ADR élu en mars dernier a clarifié sa ligne politique et celle de son parti. Fred Keup a aussi indiqué que l'ADR comptait obtenir plus de sièges en 2023.

Concernant la session parlementaire 2021-2022, Fernand Kartheiser a également présenté quelques statistiques pour souligner le travail des députés ADR: 369 questions parlementaires, quatre interpellations et quatre questions élargies ont été posées.

On nuit très peu à la Russie, mais on est en train de nuire gravement à notre économie et à notre tissu social.

Fernand Kartheiser, député ADR

«Nous avons beaucoup de problèmes sociaux dans notre société, à commencer par l'actuelle situation énergétique. Nous aurons de plus en plus de personnes qui tomberont dans une précarité énergétique. Chacun doit pouvoir se chauffer sans se ruiner», a souligné Fernand Kartheiser. Selon ce dernier, le principal problème de l'approvisionnement en énergie et des coûts de l'énergie est dû à la guerre en Ukraine qui a un «rôle déterminant».

L'ADR ne souhaite augmenter ni la dette ni les impôts

Le député du Sud estime que les sanctions instaurées par l'Union européenne envers Moscou produisent des effets contraires: «On nuit très peu à la Russie, mais on est en train de nuire gravement à notre économie et à notre tissu social», observe l'ancien diplomate et considère qu'«il faut avoir le courage de remettre cette politique en question». À la Chambre le 12 juillet, il avait déjà critiqué l'inefficacité des sanctions économiques envers la Russie, des propos qui avaient fait vivement réagir le ministre de l'Economie Franz Fayot (LSAP)

Au-delà des préoccupations liées à l'énergie et à l'inflation, Fernand Kartheiser a aussi attiré l'attention sur la chute de l'euro et a rappelé qu'il était important pour le Luxembourg de maintenir la notation du triple A, car, sans ce statut, il peut y avoir «des conséquences négatives sur la cotation des entreprises».


14.07.2022 Abgeordnetenkammer Chambre des députés : Debatte über Impfpflicht Impfung Pflicht Covid-19 Corona Impfpflicht Impfdebatte , Impfen Impfung Covid-19 , Luxemburg , André Bauler ,  Foto: Marc Wilwert / Luxemburger Wort
Comment les partis veulent moderniser la politique fiscale?
La possibilité de se positionner politiquement par rapport au débat d'orientation sur la modernisation du système fiscal a servi de vitrine aux partis pour l'année électorale à venir.

Fernand Kartheiser a expliqué que l'ADR ne souhaite ni augmenter la dette ni les impôts et en même temps adapter le tableau d'imposition à l'inflation, alors que les déchets fiscaux s'élèvent à 600 millions par an. «Une grande réforme n'est pour le moment pas finançable, comme le dit Yuricko Backes (DP). Nous avons eu de bonnes recettes en début d'année, mais de nombreux défis nous attendent au second semestre et nous poussent à être beaucoup plus prudents», a ajouté le membre de la Commission des Finances et du Budget. Ce dernier s'est dit favorable à maintenir le tourisme à la pompe au Luxembourg considérant que cela rapporte des recettes à l'État.

En outre, les députés ADR ont abordé la question de la nouvelle Constitution. Fernand Kartheiser a déclaré que «sans l'ADR, il n'y aurait pas eu de débat» à ce sujet. «La majorité et le CSV ont promis un référendum et ils ne l'ont pas fait, cela montre la défaillance de la culture politique», a-t-il lancé sans se priver d'attaquer le CSV qui pense plus selon lui revenir au pouvoir que d'incarner une véritable opposition.

Les ambitions de l'ADR pour 2023

En matière de sécurité, Fred Keup regrette «l'idéologie naïve» de Henri Kox (Déi Gréng). Selon le président de l'ADR, le ministre de la Sécurité intérieure se préoccupe davantage des problèmes sociaux que de régler l'insécurité. Selon le député ADR, le ministre écologiste ne communique pas assez concernant les incivilités et il faut que la police ait plus de moyens, notamment pour contrôler les délinquants venant de l'étranger.


Politik. Parlamentswahlen 2018, élections législatives, Wahlen, Wahlurnen, Wahlbüro , Ausschütten der Wahlurnen, Esch Alzette Lycée Hubert Clement, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le Luxembourg se prépare aux élections législatives
Tous les articles concernant les élections législatives, les candidats et les ambitions des différents partis à retrouver dans ce dossier.

Si l'ADR compte actuellement 1.600 membres, le parti a pu bénéficier de nouvelles inscriptions ces derniers mois grâce au débat sur la nouvelle Constitution ou encore sur sa position contre les restrictions sanitaires anti-covid, confie Fred Keup. Son collègue Fernand Kartheiser estime que l'obligation vaccinale ne viendra pas, car les partis de la majorité craignent de perdre des voix avec une telle mesure pour les prochaines élections législatives en octobre 2023.

Pour ce scrutin, l'ADR compte se lancer de manière «offensive» et se présenter comme une «alternative politique». Le parti espère pouvoir former un groupe au Parlement avec cinq députés, soit un de plus qu'à ce jour. Un objectif qui «peut être atteint» selon Fred Keup. Le président du parti rappelle que les derniers sondages prédisent entre quatre à sept députés pour l'ADR. Le président du groupe ADR à la Chambre Fernand Kartheiser a aussi annoncé que le parti comptait obtenir au moins un siège lors des prochaines élections européennes en 2024.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bilan parlementaire du parti Pirate
Ce lundi, le parti Pirate a présenté le bilan de sa session parlementaire et fortement critiqué l'action du gouvernement qui manque de vision commune selon Sven Clement.
Politik, Piratepartei, Parlamentarische Bilanz, Sven Clement und Marc Goergen, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Juste avant le coup d'envoi des vacances d'été, les députés socialistes ont dressé le bilan de leur session parlementaire sans cacher leurs ambitions pour les prochaines élections législatives.
Politik, Yves Cruchten, um Plateau, LSAP-Presse, parlamentarische Bilanz und Essen, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Pour sa rentrée parlementaire, le parti d'opposition n'a pas ménagé ses coups à l'encontre des choix gouvernementaux d'une coalition que l'ADR estime à bout de course.
Politik, ADR, Partei ADR, journée parlementaire ,Roy Reding, Jeff Engelen, Fernand Kartheiser und Fred Keup   Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony