Changer d'édition

«Il manque un volet social à ce budget»
Luxembourg 5 min. 21.11.2019 Cet article est archivé

«Il manque un volet social à ce budget»

Nora Back aurait notamment aimé voir le montant des prestations sociales augmenter plus.

«Il manque un volet social à ce budget»

Nora Back aurait notamment aimé voir le montant des prestations sociales augmenter plus.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 5 min. 21.11.2019 Cet article est archivé

«Il manque un volet social à ce budget»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les indicateurs du pays étant au vert, la Chambre des salariés regrette que l'Etat n'affecte pas plus de moyens en 2020 à la lutte contre la pauvreté et soit frileux sur les investissements.

Verre à moitié plein. En ce jour de beaujolais nouveau, la Chambre des salariés (CSL) a délivré son avis sur le budget du Luxembourg pour 2020. Et même si elle reconnaît certains efforts, la présidente de la CSL s'attendait à mieux. «C'est aujourd'hui que le pays soit se montrer audacieux et généreux. Cela, je ne l'ai pas retrouvé dans les chiffres présentés». D'autant que dans le budget record annoncé à hauteur de 20 milliards d'euros par le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), «il y a des marges de manœuvres».

Le PIB du pays compte toujours sur une bonne croissance (+2,4% pour l'an prochain), la productivité par emploi augmente, les recettes fiscales sont plus que correctes, le pays emprunte désormais à taux négatif et l'ensemble des critères budgétaires fixés par l'Union européenne sont respectés en termes de déficit ou dette publics. Aussi, la Chambre des salariés estime que la redistribution doit se faire maintenant. «Il y a des avancées appréciables, mais non suffisantes, comme la gratuité des transports publics prévue dès mars prochain, celle des manuels scolaires, le développement du chèque-service accueil, l'accessibilité plus ouverte aux maisons relais, etc».


Le Conseil national des finances publiques a examiné le budget de l'Etat pour 2020 et le projet de programmation financière pluriannuelle et a formulé ses recommandations.
Le CNFP scrute le budget et appelle à la prudence
Le Conseil national des finances publiques a examiné le budget de l'Etat et critique le fait que le projet de programmation financière (2019-2023) ne tient compte ni de la réforme fiscale prévue ni des mesures pour protéger le climat.

Car ce qui inquiète la CSL, c'est bien de voir le pays se porter bien, mais pas sa population. Et de pointer avant tout le risque de paupérisation qui frappe de plus en plus de résidents. Comment comprendre que le Luxembourg compte 12,8% de travailleurs pauvres, alors que la moyenne de l'UE est de 7,9%? Comment accepter que l'endettement des ménages part à la dérive avec plus d'un tiers des familles ayant -a minima- l'équivalent de trois ans de revenus à rembourser? Comment supporter que les organismes sociaux voient de plus en plus de personnes frapper à leur porte alors que la richesse nationale croît?


Dix pour cent de la population touche moins de 979 euros par mois au Luxembourg.
Les inégalités frappent de plus en plus le Luxembourg
Avec moins de 2013 euros par mois, 105.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg. Le nouvel état social dressé par le Statec révèle que le taux de pauvreté n'a pas augmenté l'an passé. Par contre, l'écart entre les plus riches et les plus pauvres grandit.

Pour toutes ces raisons, la CSL attend de nouvelles orientations de la part du gouvernement Bettel pour 2020. «Les prestations sociales financières directes ont perdu 20%, selon nos calculs, depuis 2006. La gratuité de certains services ne compense pas cette chute, note Nora Back. Il faut donc revoir le mécanisme d'adaptation des aides le plus vite possible.» Et la responsable, relayée par le vice-président de la Chambre des salariés Jean-Claude Reding d'insister: «Le Luxembourg n'investit que 22,5% de son PIB dans les dépenses sociales, c'est un niveau moyen à l'échelle de l'Europe et surtout des moyens disponibles.»

Dans quelles réserves ponctionner alors? La CSL en désigne une directement : systématiquement, les prévisions de budget sous-estiment le solde des administrations publiques. Il y a là un trésor qui pourrait être utilisé «à l'amélioration de la qualité de vie». Et la CSL d'annoncer qu'en 2018 par exemple, l'écart entre projet et réalité budgétaire approchait tout de même un solde positif de 1,27 milliard d'euros. «Affectons-les là où il y a des besoins!»

Trop d'étudiants s'endettent

Des pistes concrètes, la Chambre des salariés en a envisagé plusieurs dans son avis. Comme l'augmentation de l'allocation de vie chère «qui accuse un retard de 19% (250 euros) sur l'inflation». Mais aussi une transformation de l'abattement pour frais de déplacement «qui deviendrait un crédit d'impôt de 39€/km avec une adaptation sur l'index». 

Il conviendrait également de revoir l'étendue du chèque-service accueil pour les ménages les moins favorisés ou mieux adapter certaines prestations familiales en fonction du coût réel de la prestation utilisée par les foyers. 


La Chambre des Métiers plaide pour un soutien plus franc au développement des zones artisanales et au comblement des besoins en main d'œuvre
Un budget 2020 mitigé pour la Chambre des métiers
Dans son analyse publiée vendredi, l'organe représentant les artisans plaide pour un soutien plus franc au développement des zones artisanales et au comblement des besoins en main-d'œuvre. En revanche, les efforts en matière de digitalisation et d'éducation sont salués.

Même effort à envisager du côté des bourses pour études supérieures. Si leur champ vient d'être élargi à plus de bénéficiaires, il n'en reste pas moins que de plus en plus de jeunes étudiants doivent s'endetter pour suivre leur cursus, le plus souvent à l'étranger. Une réforme du montant est donc préconisée par la Chambre des salariés.

Et l'habitat dans tout cela? La CSL n'ignore pas ce qui reste la plus forte préoccupation des résidents. Regrettant au passage de voir la frilosité affichée dans l'augmentation du budget alloué au ministère du Logement (+2,7%). Au lendemain de l'annonce du nouveau Pacte Logement, «nous revendiquons une politique d'investissement plus ambitieuse afin de financer une augmentation du nombre de logements locatifs sociaux et à coût modéré.» L'accès à un toit devenant un facteur d'exclusion de plus en plus sensible au Luxembourg, il est urgent d'agir.

Tout comme la Chambre des salariés plaide pour des investissements plus soutenus, notamment, en faveur de l'environnement. «Le pays s'était engagé à réduire pour 2020 d'au moins 20% ses émissions de gaz à effet de serre et à faire passer à 11% la part d'énergies renouvelables dans sa consommation, on est encore loin du compte».


Sur le même sujet

Ce que cache le budget de la Justice
Voilà un ministère qui, financièrement parlant, est presque le «parent pauvre» du budget 2020 du gouvernement. Mercredi, les députés ont étudié la façon dont les services de Sam Tanson allaient ventiler les 195 millions d'euros à disposition.
Dans les années à venir, la mise en service du centre pénitentiaire à Sanem (d'ici 2023) mobilisera une partie croissante des fonds attribués à la Justice luxembourgeoise.
200 millions de plus pour l'Éducation nationale
Le budget 2020 du département du ministre DP, Claude Meisch s'élève à 2,7 milliards d'euros, soit une hausse de 200 millions par rapport à 2019. Par ailleurs, la somme allouée à l'enseignement supérieur connaît une forte progression.
De 2,7 milliards d'euros, le budget 2020 alloué à l'Éducation nationale connaît une hausse de 200 millions par rapport à celui de 2019
Un budget 2020 mitigé pour la Chambre des métiers
Dans son analyse publiée vendredi, l'organe représentant les artisans plaide pour un soutien plus franc au développement des zones artisanales et au comblement des besoins en main-d'œuvre. En revanche, les efforts en matière de digitalisation et d'éducation sont salués.
La Chambre des Métiers plaide pour un soutien plus franc au développement des zones artisanales et au comblement des besoins en main d'œuvre
Le budget 2020 provoque des réactions contrastées
Tandis que les partis majoritaires soulignent positivement les investissements élevés du budget de l'Etat présenté ce lundi, l'opposition le critique sévèrement. Le CSV veut des annonces plus concrètes. L'ADR souligne qu'«il n'y a aucun signe de croissance qualitative».
IPO , Chamber , depot Budget 2020  , Martine Hansen , CSV Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Longue vie à l'impôt de solidarité
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna a déclaré mardi qu'il n'existe à l'heure actuelle aucune raison de remettre en question le niveau de cet impôt qui a plus que triplé lors de la crise financière de 2008.
Une diminution de l'impôt de solidarité n'est pas à l'ordre du jour, selon le ministre des Finances, Pierre Gramegna
«Poser les bons jalons pour le budget 2019»
Les députés planchent ces mercredi et jeudi sur ce projet, qui sera adopté cette semaine. Cette année, il est placé sous le signe de la justice sociale, de la compétitivité économique et de la durabilité.
POL - Débats Budget 2019,  André Bauler, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort