Changer d'édition

«Il faut trouver des solutions efficaces à court terme»
Luxembourg 5 min. 10.03.2022 Cet article est archivé
Débat au Parlement

«Il faut trouver des solutions efficaces à court terme»

Après l'annonce mercredi soir que les prix de l'essence et du diesel allaient atteindre un niveau historique, de longues files d'attente se sont formées dans les stations-service.
Débat au Parlement

«Il faut trouver des solutions efficaces à court terme»

Après l'annonce mercredi soir que les prix de l'essence et du diesel allaient atteindre un niveau historique, de longues files d'attente se sont formées dans les stations-service.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 5 min. 10.03.2022 Cet article est archivé
Débat au Parlement

«Il faut trouver des solutions efficaces à court terme»

Le gouvernement a convoqué une tripartite ce jeudi, avant Pâques, en raison de la flambée des prix de l'énergie. Pour l'opposition, cela ne suffit pas. Elle a demandé des mesures immédiates.

(S.MN. avec Danielle SCHUMACHER) Le débat tenu ce jeudi après-midi a commencé par deux surprises. D'une part, ce n'est pas le ministre de l'Énergie Claude Turmes (Déi Gréng) qui a fait une déclaration au nom du gouvernement sur l'explosion des prix du carburant et du mazout, mais Paulette Lenert (LSAP) en sa qualité de vice-Première ministre. 


Lokales, Tankstellen, Benzin rekordprais, remerschen, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La flambée des prix à la pompe révolte l'Union des consommateurs
Alors que les prix des produits pétroliers explosent, l'Union luxembourgeoise des consommateurs pointe du doigt le gouvernement qui «observe sans rien faire et n'a évidemment aucun plan pour contrer ces augmentations».

Les députés ont également été surpris - du moins ceux de l'opposition - lorsque Lenert a quitté le pupitre après quelques minutes seulement, sans annoncer de mesures concrètes. Michel Wolter (CSV), qui avait demandé mercredi au gouvernement de prendre position après l'annonce de la hausse historique des prix à la pompe, a résumé son discours comme suit : «Madame Lenert, vous n'avez rien dit du tout». Ce à quoi la vice-Première ministre a répondu : «Le débat appartient à la tripartite. Nous voulons entamer les discussions avec les partenaires sociaux sans préjuger des résultats. Il ne s'agit en aucun cas de gagner du temps». 

Tripartite avant Pâques 

Et c'est précisément entre ces deux pôles que s'est déroulé l'ensemble du débat, parfois très houleux. Car jeudi matin, avant même que le Parlement ne se réunisse, le ministre de l'Economie Franz Fayot (LSAP) avait annoncé, avec le soutien du Premier ministre Xavier Bettel (DP), que le gouvernement convoquerait une tripartite avant Pâques, et non en juillet comme prévu initialement. 

Le fait que la tripartite se réunisse plus tôt a été salué tant par les partis gouvernementaux que par l'opposition. La tripartite, créée dans les années 70 en tant qu'instrument de crise, est l'instrument idéal pour chercher des issues à la crise actuelle, selon le consensus entre les partis. L'objectif du gouvernement est de «trouver des solutions efficaces à court terme en collaboration avec les partenaires sociaux», a souligné la ministre Lenert. Les avis divergeaient toutefois sur la question de savoir si le gouvernement ne devait pas agir avant et mettre en place des mesures immédiates pour alléger les budgets. L'opposition n'a cessé de souligner que le gouvernement avait récemment annoncé un premier paquet de mesures d'un montant de 75 millions d'euros, mais que rien n'avait été fait jusqu'à présent : «Les gens ont besoin d'une aide immédiate, pas dans six semaines», a par exemple déclaré Fred Keup (ADR). 


Am Mittwochabend bildeten sich lange Schlangen vor den Tankstellen.
Le gouvernement convoque une tripartite
La réunion était réclamée par les syndicats. Le Parlement a aussi modifié son ordre du jour ce jeudi. Le ministre de l'Energie Claude Turmes (Déi Gréng) s'exprimera cet après-midi sur la hausse des prix de l'énergie.

Et pour Marc Goergen (Pirate), «tout arrive trop tard. Les gens doivent payer leurs factures maintenant». Gilles Roth (CSV) a pour sa part repris une déclaration faite mardi par le ministre de l'Energie Turmes : «Vous avez déclaré il y a deux jours ici au Parlement qu'il ne fallait pas tirer à la courte paille. Vous ne l'avez pas fait non plus». Roth a également critiqué le fait que les mesures annoncées étaient «disproportionnées par rapport à la hausse des prix» et que l'Etat gagnait de l'argent sur chaque litre d'essence vendu. 

Les propositions de l'opposition 

Les partis d'opposition ont fait toute une série de propositions pour venir en aide aux citoyens. Gilles Roth a par exemple demandé sans attendre un frein temporaire aux prix de l'essence, du diesel, du gaz et du mazout, un remboursement de toutes les recettes fiscales supplémentaires sur les produits énergétiques depuis le 1er janvier, une nouvelle adaptation de l'allocation de renchérissement ainsi qu'une augmentation de l'indemnité kilométrique et de l'allocation kilométrique. 


Nouvelle hausse record des prix du gasoil et de l'essence
La question est sur toutes les lèvres: quand va se terminer la hausse des prix des produits pétroliers? Ceux-ci seront malheureusement encore à la hausse ce jeudi.

Myriam Cecchetti (Déi Lénk) a également demandé une augmentation et une extension de l'allocation de renchérissement, ainsi que l'octroi à chaque ménage d'une allocation énergétique de 100 à 200 euros. Marc Goergen (Pirate) s'est prononcé en faveur d'une adaptation de l'indemnité kilométrique, d'un doublement de l'indemnité de loyer et d'une prime unique. Fred Keup, au nom de son parti, a demandé entre autres une réduction de la TVA sur l'essence et le diesel, une adaptation du barème fiscal à l'inflation, des ajustements du panier de l'indexation et la suppression de la taxe CO2. Pour l'ADR, il est en effet clair que «le vert coûte cher». 

La paix et la défense de nos valeurs ont un prix

Paulette Lenert 

Et c'est à ce moment précis qu'un débat très animé s'est enflammé. En effet, François Benoy (Déi Gréng) avait auparavant défendu avec force la taxe carbone, appelé au respect des objectifs climatiques et salué explicitement la prolongation, voire l'adaptation, des primes énergétiques. 

Recherche des causes 

Au cours du débat, il a également été question à plusieurs reprises des causes de l'explosion des coûts. Les intervenants étaient d'accord pour dire que la spirale des prix est surtout alimentée par la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie qui en découlent, mais aussi par la grande dépendance au gaz russe. Ils ont néanmoins défendu les sanctions. 


Les prix des carburants ont bondi de 52% en un an
La prochaine tranche indiciaire ne devrait pas se laisser désirer encore très longtemps. En février, les prix, notamment ceux des produits pétroliers, ont poursuivi leur envolée.

Ils étaient donc majoritairement d'accord sur ce point avec la vice-Première ministre Lenert : «La paix et la défense de nos valeurs ont un prix». Mais le gouvernement ne laissera personne sur le carreau. Un appel à la solidarité a donc été lancé à plusieurs reprises. Max Hahn (DP) a par exemple parlé d'un «effort de toute la société» nécessaire pour surmonter la crise. Cécile Hemmen (LSAP) a souligné que «c'est en unissant nos forces que nous sortirons de la crise». Pour François Benoy, le pays doit être «solidaire, comme lors de la crise de la sidérurgie». 

Alors que Fred Keup a identifié, outre les aspects géopolitiques, des «causes domestiques», Cecchetti et Georgen voient d'autres raisons à l'explosion des prix. Pour la députée de Déi Lénk, le mal fondamental est la libéralisation. Si le secteur de l'énergie avait été en mains publiques, il aurait été plus facile d'amortir cette évolution. Le représentant des Pirates est du même avis, puisqu'il a fait remarquer que les prix sont encore poussés par la spéculation et le cours élevé du dollar. Cécile Hemmen considère pour sa part que les pays de l'Opep ont également une responsabilité, puisqu'ils ont jusqu'à présent refusé une augmentation substantielle de la production. Les quatre motions avec les propositions de l'ADR et des Pirates ont toutes été rejetées.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le taux d'inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en février, à 5,8% sur un an, toujours propulsé par la flambée des prix de l'énergie, selon Eurostat, alors que la guerre en Ukraine fait craindre une nouvelle aggravation.
Alors que la prochaine augmentation automatique des salaires doit tomber au printemps, certaines entreprises luxembourgeoises redoutent cette échéance. Le secteur de l'artisanat craint de ne pouvoir compenser l'index par une hausse du chiffre d'affaires.
Le variant Omicron cause de nouvelles turbulences dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui va se répercuter dans les prochaines semaines sur les prix à la consommation.
Surprised African-American man in denim jacket looks at receipt total in sales check holding paper bag with products in mall
Le Parlement cherche des moyens d'alléger la charge des bas salaires face aux coûts élevés de l'énergie. Le CSV et le LSAP font des propositions concrètes.