Changer d'édition

«Il faut se souvenir, il en va de notre démocratie»
Luxembourg 4 min. 27.01.2022
Commémoration de la Shoah

«Il faut se souvenir, il en va de notre démocratie»

Pour le président de MemoShoah, il est important d'éduquer les plus jeunes, mais aussi le reste de la population en ce qui concerne l'Holocauste.
Commémoration de la Shoah

«Il faut se souvenir, il en va de notre démocratie»

Pour le président de MemoShoah, il est important d'éduquer les plus jeunes, mais aussi le reste de la population en ce qui concerne l'Holocauste.
Photo: MemoShoah
Luxembourg 4 min. 27.01.2022
Commémoration de la Shoah

«Il faut se souvenir, il en va de notre démocratie»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
A l'occasion de la journée mondiale de la Shoah ce jeudi, les associations mobilisées contre l'antisémitisme dénoncent les références au nazisme dans les manifestations et appellent les pouvoirs publics à plus d'action.

«Nous devons combiner le devoir de mémoire au devoir de veiller sur ce qui se passe aujourd'hui.» Tel est le message que souhaite faire passer le président de MemoShoah Jim Goerres à l'occasion de la Journée mondiale de la Shoah ce jeudi. Une date symbolique choisie en 2005 par l'ONU qui marque la libération du camp d'Auschwitz (27 janvier 1945) et qui est dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste. Pour Jim Goerres, il n'est pas acceptable que des personnes, notamment lors des manifestations opposées aux mesures sanitaires, «bafouent et banalisent» l'Holocauste. 


Hausse record des actes antisémites dans le monde
Les actes antisémites n'ont jamais été aussi nombreux depuis dix ans notent l'Agence juive et l'Organisation sioniste mondiale dans leur rapport publié ce lundi. Le document constate une banalisation de la Shoah.

Etoile jaune ou encore pancartes en référence à la période nazie, «ces comparaisons employées sont trop graves», souligne le président de l'association, qui appelle à ne pas sous-estimer ces tendances antidémocratiques. Il rappelle que sur les 4.000 Juifs présents au Luxembourg avant la Seconde Guerre mondiale, 1.300 ont été tués par les nazis. Soit 30% de la communauté juive décimée. La pandémie n'a fait que réveiller des tendances qui existaient déjà dans la société, estime Jim Goerres. 

«C'est quoi l'étape suivante ?»  

Un constat partagé aussi par Bernard Gottlieb, président de l'association de recherche et information sur l'antisémitisme au Luxembourg (RIAL): «Avec la pandémie qui dure, les propos deviennent de plus en plus agressifs et blessants.» Il se dit également choqué par la banalisation de la Shoah, «même si les actes restent assez mineurs», et rappelle que ses grands-parents ont dû porter l'étoile jaune. 

«C'est quoi l'étape suivante ?», s'interroge le retraité. Il observe sur les réseaux sociaux de multiples références au nazisme ou des messages comparant l'infectiologue Gérard Schockmel au Dr Mengele, médecin exerçant dans le camp d'Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pour l'année 2021, RIAL recense 80 actes antisémites, soit 24 de plus qu'en 2020. Selon Bernard Gottlieb, cette hausse s'explique avant tout par une meilleure remontée du terrain plutôt que par une augmentation des actes antisémites. Mais il reste néanmoins difficile à déterminer l'ampleur réelle du phénomène. Le président du RIAL indique ne pas avoir relevé d'agressions physiques, mais plutôt des discours de haine ou des tags. 


Un centre commémoratif pour les victimes de la Shoah
Le couvent de Cinqfontaines, au nord du pays, sera prochainement entièrement rénové. Le gouvernement entend ainsi en faire un lieu de recueillement, mais aussi d'éducation et de sensibilisation aux persécutions dont ont été victimes les juifs du Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les cas enregistrés en 2021, il y a notamment une croix gammée sur un ascenseur dans un immeuble à Moutfort dans lequel habite une personne juive ou encore une personne d'origine palestinienne faisant l'apologie du Hamas et appelant à la destruction d'Israël. Voire même quelqu'un dénonçant le «complot judéo-satanique». Bernard Gottlieb reprend à son compte la définition de l'IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance): l'antisémitisme traditionnel, la négation de la Shoah et la volonté de détruire Israël. 

«Aiguiser le regard critique»

Face aux discours de haine, il appelle les pouvoirs publics à passer à l'action et à se donner les moyens pour lutter contre ce fléau. Il regrette par ailleurs le retard pris depuis deux ans sur la présentation d'un plan national contre l'antisémitisme. Bernard Gottlieb souhaiterait la mise en place d'une structure officielle comme la DILCRAH (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT) en France.

Pour cette journée de commémoration de la Shoah, le président de RIAL appelle à la vigilance et à veiller que des lignes ne soient pas franchies: «Il faut se souvenir, il en va de notre démocratie, il faut continuer à soutenir la digue contre l'antisémitisme». Pour réussir cet objectif, il n'y a qu'un seul moyen selon le président de MemoShoah Jim Goerres : l'éducation. Une mission qui passe par les plus jeunes, mais aussi par l'ensemble de la population, afin de permettre d'«aiguiser le regard critique» des citoyens. Mais aussi d'éveiller une prise de conscience pour éviter de tomber dans les manipulations de la part des complotistes ou de ceux qui propagent de fausses nouvelles. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Asbl RIAL recense chaque année les actes antisémites commis au Luxembourg. Des messages verbaux, des graffitis, des post sur les réseaux sociaux qui persistent alors que le monde se recueille pour les 75 ans de la fin de l'Holocauste juif.
Bien qu'épargné par les actes de violence, le Grand-Duché n'échappe pas à la recrudescence des actes visant la communauté juive. 30 cas ont été recensés depuis le début de l'année par l'ASBL Recherche et information sur l’antisémitisme au Luxembourg, contre 26 sur l'ensemble de 2018.
Etoile de David lors de l'interview de Claude Marx, president du Consistoire israelite, a la Synagogue de Luxembourg, le 05 Fevrier 2015. Photo Chris Karaba