Changer d'édition

«Il faut réfléchir à des logements modulables»
Luxembourg 3 min. 27.04.2020 Cet article est archivé

«Il faut réfléchir à des logements modulables»

L'OAI a ouvert un groupe de réflexion en ligne pour repenser l’après-confinement, indique son directeur Jos Dell..

«Il faut réfléchir à des logements modulables»

L'OAI a ouvert un groupe de réflexion en ligne pour repenser l’après-confinement, indique son directeur Jos Dell..
Photo: OAI
Luxembourg 3 min. 27.04.2020 Cet article est archivé

«Il faut réfléchir à des logements modulables»

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Si les ouvriers ont pu retrouver leurs chantiers depuis le 20 avril dernier, des centaines de milliers de personnes restent contraintes de travailler à domicile. Un nouveau défi qui pousse les architectes à repenser l'habitat.

A quoi ressemblera le logement de demain? Depuis quelques semaines, le covid-19 a provoqué une crise inédite poussant les entreprises, comme les ménages, à se réorganiser. Des changements qui pourraient aboutir à des adaptations de nos modes de vie. A commencer par les lieux de vie, comme les appartements et maisons. Une réflexion sur laquelle se penche déjà Jos Dell, directeur de l'Ordre des architectes et des ingénieurs-conseils (OAI) . 

Face aux nouvelles habitudes de travail, en quoi l'architecture des logements pourrait-elle être différente? 

Jos Dell : «Au Luxembourg, le tertiaire est assez développé, ce qui fait que le télétravail fonctionne plutôt bien. Le confinement a cependant montré qu’il est nécessaire d’avoir des solutions de repli pour pouvoir s'isoler et travailler.    

Concrètement, comment serait-il possible d'adapter les futurs logements?  

«L’important n’est pas de multiplier les petites surfaces qui n’apporteraient rien mais de les agencer différemment. Il faut réfléchir à des espaces modulables, flexibles. Aujourd’hui, les fournisseurs de meubles proposent d'ailleurs du mobilier intégré. Un bureau peut ainsi se ranger et se déployer depuis un placard, par exemple. 

Mais il faudrait aussi se pencher sur la question de l'acoustique pour offrir un plus grand confort de travail. Car l'on ne peut pas travailler en permanence branché à des écouteurs ou en entendant des conversations de l'autre côté du mur. 

L'expérience vécue pendant le confinement pourrait-elle aussi modifier les critères d'achats et exigences des futurs acheteurs?

«Il y aura peut-être un attrait croissant des résidents pour la campagne. S'éloigner de la ville permet d’accéder à des logements plus grands, avec un jardin. Dans les communes, de tels critères seront en revanche rapidement freinés par la question du prix, car le tarif du mètre carré reste très élevé. Cela n'empêche qu'en ville, les gens ont aussi besoin de s'aérer. Créer des balcons ou loggias énormes ne serait pas faisable. Nous réfléchissons donc aujourd'hui à proposer, par exemple, des espaces communs entre voisins, mais d'une taille restreinte pour éviter la propagation d'un virus. Dans cette optique, l'OAI a ouvert un think tank pour repenser l’après-confinement

Selon vous, le Luxembourg constitue-t-il le bon endroit pour mener pareille réflexion? 


Luxtimes,Speculations prix immobilières,Illiustrationen Immobilienagenturen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les prix de l'immobilier n'en finissent plus de grimper
Jusqu'à ce que la crise sanitaire ne vienne s'inviter, le Luxembourg continuait à enregistrer une hausse des tarifs de ses maisons et appartements, selon les données publiées lundi par AtHome. Des chiffres basés sur les annonces immobilières passées entre mars 2019 et mars 2020.

«Le Grand-Duché est souvent vu comme un laboratoire. Nous avons une bonne économie, mais aussi beaucoup d’acteurs compétents. Le secteur tertiaire est quant à lui bien développé, ce qui facilite le télétravail. C'est une chance à saisir. Il faut profiter de la crise pour avancer dans la digitalisation du travail.

Qu'entendez-vous par la digitalisation du travail? 

«Le digital prend une dimension de plus en plus importante dans nos actes, rien qu'à voir au niveau bancaire, tout ce qu'il est possible de faire sur une tablette ou un téléphone. Aujourd'hui, le secteur de la construction se trouve entre l'artisanat et l'industrie. Il faut donc trouver des passerelles entre la conception et l'industrie. Cela fait une vingtaine d'années que nous utilisons les programmes 3D pour montrer des images aux clients, mais la crise est l'occasion de développer encore plus cette digitalisation dans nos manières de travailler.»  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Pas question de crise du secteur immobilier»
«Le Luxembourg fait face à une crise du logement, pas de l’immobilier», nuance ce mercredi Jean-Paul Scheuren. Le président de la Chambre immobilière ajoute qu'«un mois de confinement entraîne un retard de trois mois dans la construction».
Illustrations constructions - Quartier Kiem, le 17 Aout, 2018. Photo: Chris Karaba
Les prix de l'immobilier n'en finissent plus de grimper
Jusqu'à ce que la crise sanitaire ne vienne s'inviter, le Luxembourg continuait à enregistrer une hausse des tarifs de ses maisons et appartements, selon les données publiées lundi par AtHome. Des chiffres basés sur les annonces immobilières passées entre mars 2019 et mars 2020.
Luxtimes,Speculations prix immobilières,Illiustrationen Immobilienagenturen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La vie de quartier (re)naît en version 2.0
Malgré les mesures strictes en vigueur depuis plus d'un mois pour lutter contre la pandémie, les réseaux sociaux font naître de nouvelles relations de voisinage. Un moyen de venir en aide aux plus fragiles face au virus, mais aussi de créer du lien.
Millions of people are using Zoom to communicate, but the company is facing mounting scrutiny over whether it is adequately protecting users.
Les prix de l'immobilier n'en finissent plus de croître
Au dernier trimestre 2019, les prix d'achat des logements ont enregistré une hausse de 11%, selon les dernières données du Liser. Une croissance à deux chiffres pour le troisième trimestre consécutif qui marquera le pas début 2020. Avant de repartir, estiment les experts.
Le marché du logement figé par le coronavirus
Quel est l'impact de la crise sur le marché de l'immobilier ? Les pouvoirs publics devront-ils construire davantage de logements à prix abordables ? Le ministre du Logement (Déi Gréng), Henri Kox répond alors que tout le secteur est en proie à l'immobilisme.
Henri Kox will den Ausbau des erschwinglichen Wohnraums mit mehreren Maßnahmen forcieren.