Changer d'édition

Il faut (re)passer aux choses sérieuses
Luxembourg 5 min. 29.11.2021
Annonces anti-covid

Il faut (re)passer aux choses sérieuses

Contrairement à voilà dix jours, les visages devraient être plus graves cet après-midi.
Annonces anti-covid

Il faut (re)passer aux choses sérieuses

Contrairement à voilà dix jours, les visages devraient être plus graves cet après-midi.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 5 min. 29.11.2021
Annonces anti-covid

Il faut (re)passer aux choses sérieuses

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Plus le choix : le gouvernement doit tourner dans l'urgence les "autres vis de réglage" dont il dispose sous peine de voir le Luxembourg revivre le scénario noir de décembre 2020 avec confinement généralisé en guise de cadeau.

Il y a un an, exactement à la même époque, le Luxembourg tremblait déjà. Ou plutôt encore. Après un été où l'épidémie avait offert un premier répit, les compteurs s'affolaient. Un 300ème mort en lien avec l'épidémie enregistré, plus de 9.000 infections actives recensées, un couvre-feu décrété, des salles de sports, des cinémas, des bars, des restaurants fermés, des opérations déprogrammées à l'hôpital, le dépistage des enfants à l'école décidé : le gouvernement fermait les écoutilles face à la vague covid annoncée.


25.11.2021, Bayern, Rosenheim: Eine Frau lässt sich im Impfzentrum, das in einem Zelt auf dem Loretowiese untergebracht ist, impfen. Foto: Peter Kneffel/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le vaccin mis en cause dans 11 décès
A peine 0,23% des vaccinations anti-covid ont fait jusqu'à présent l'objet d'un signalement d'effet indésirable. Mais le dernier rapport de pharmacovigilance ne cache rien sur les 430 situations "graves" relevées.

Douze mois plus tard, une même angoisse pointe. Et revoilà Xavier Bettel (DP) et Paulette Lenert (LSAP) contraints d'intervenir plus vite qu'ils ne l'avaient envisagé il y a deux semaines encore. Mi-novembre, il était encore question de se laisser le temps jusqu'au terme de l'actuelle loi covid pour annoncer de nouveaux dispositifs. Après un premier conseil de gouvernement vendredi (qui a déjà fixé de nouveaux protocoles dans les écoles et pour les maisons de retraite), l'exécutif a tenu une nouvelle réunion ce matin. Cela après avoir consulté les partenaires sociaux. Oui, ça sent le roussi...

Et dire qu'il y a encore quelques jours, au micro de RTL, la ministre de la Santé s'étonnait de voir combien le Luxembourg ressemblait à une «île». La reprise des nouvelles infections submergeait les pays voisins, mais le tsunami épargnait encore le Grand-Duché. C'est fini. Les chiffres parlent : 31% de nouveaux cas covid+ détectés d'une semaine à l'autre, près de 300 infections de plus chaque jour (quand il n'y en avait que 12 en juin encore) et une cinquantaine de lits actuellement occupés par des maladies covid pris en charge par des soignants au bord de la rupture.

S'il faut agir sans attendre, c'est que la santé publique le réclame. Dix-huit victimes du virus en un mois (866 au total), cela n'a rien de glorieux. Pas plus qu'est glorieux le taux de vaccination luxembourgeois : 77% de la population en âge (l'Espagne dépasse les 80%). Certes en onze mois, le pays a administré 895.000 doses mais certaines classes d'âge sont encore loin d'adhérer à la campagne d'injection. A ce sujet, on verra si le gouvernement rejoint l'avis de l'Agence européenne des médicaments et abaisse l'âge de la vaccination en dessous des 12 ans. Maintenant, il faut accélérer la vaccination sans plus tergiverser. Plusieurs scientifiques le réclament notamment pour la fameuse dose booster.

S'il faut agir, c'est aussi parce que la santé économique du pays le réclame. Certes l'emploi se porte bien et le chômage partiel retrouve un faible niveau, mais qu'adviendrait-il si la situation sanitaire poussait les autorités à réimposer un nouveau confinement? Les entreprises ne veulent même pas envisager ce scénario «à l'autrichienne». A L'Essentiel, le représentant du patronat Jean-Paul Olinger, affirmait encore ce matin que l'Union des entreprises était prête à approuver toute mesure permettant «d’éviter les fermetures et de passer l’hiver sans trop de dégâts». 


Marche blanche 28. November 2021 in Luxemburg Stadt. (Foto: Alain Piron)
La 6ème marche blanche attire moins les foules
Passé du vendredi soir au dimanche après-midi, le mouvement de protestation face aux diverses mesures prises dans le cadre de la lutte anti-covid a vu ses rangs se réduire ce 28 novembre.

A voir si la même urgence motivera aussi les syndicats. OGBL, LCGB et CGFP ont sorti les griffes face à un CovidCheck appliqué en milieu professionnel alors que celui-ci n'était qu'optionnel. Quelle sera leur réaction si le gouvernement annonce que le contrôle de l'état ''testé, guéri, vacciné" devient obligatoire pour l'ensemble des salariés? 

Par ailleurs, le télétravail - toujours recommandé- va-t-il être encore plus chaudement poussé? L'Etat s'engagera-t-il vers plus de limitations à l'égard des non-vaccinés? La police va-t-elle être amenée à durcir ses contrôles? Les marchés de Noël, à peine ouverts, devront-ils ranger les guirlandes avant même le passage de saint Nicolas? Les commerces vont-ils être forcés d'adopter de nouvelles jauges plus limitées, y compris à l'approche du rush des dimanches de l'Avent? 

Réponses cet après-midi, 17h en direct sur notre site.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A peine 0,23% des vaccinations anti-covid ont fait jusqu'à présent l'objet d'un signalement d'effet indésirable. Mais le dernier rapport de pharmacovigilance ne cache rien sur les 430 situations "graves" relevées.
25.11.2021, Bayern, Rosenheim: Eine Frau lässt sich im Impfzentrum, das in einem Zelt auf dem Loretowiese untergebracht ist, impfen. Foto: Peter Kneffel/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le vaccin de Pfizer a été approuvé pour les enfants de 5 à 11 ans par le régulateur européen du médicament. Le Luxembourg serait prêt à passer à cette nouvelle étape, onze mois après le début de la campagne vaccinale.
An Israeli health worker administers a dose of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine to a six-year-old child at Clalit Health Services in Jerusalem on November 23, 2021, as Israel begins coronavirus vaccination campaign for children aged five to 11. - Israel on November 14 gave the green light to start vaccinating children aged between five and 11 against Covid-19 using Pfizer/BioNTech jabs, following the example of the United States. It was one of the first countries to launch a vaccination campaign last year using the jabs thanks to a deal with Pfizer that gave it access to millions of doses in exchange for data on the vaccine's efficacy. (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)
Le virologue Claude Muller salue l'offre d'une troisième dose pour les plus de 18 ans. Il encourage le gouvernement à davantage cibler les personnes vulnérables dans cette nouvelle étape de la campagne de vaccination.