Changer d'édition

Mettre «fin au tabou du cannabis et le dépolitiser»
Luxembourg 2 min. 26.10.2021
Stupéfiants

Mettre «fin au tabou du cannabis et le dépolitiser»

Alain Origer plaide pour un «consensus au niveau européen» sur la légalisation du cannabis.
Stupéfiants

Mettre «fin au tabou du cannabis et le dépolitiser»

Alain Origer plaide pour un «consensus au niveau européen» sur la légalisation du cannabis.
Photo : Michel Brumat
Luxembourg 2 min. 26.10.2021
Stupéfiants

Mettre «fin au tabou du cannabis et le dépolitiser»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Pour le Dr. Alain Origer, coordinateur national drogues auprès du ministère de la Santé, l'autorisation de la culture du cannabis présentée vendredi dernier par le gouvernement ne va pas assez loin. Et ce dernier de plaider pour la légalisation du cannabis.

Le gouvernement peut mieux faire. C'est la mention qu'attribue, ce mardi matin sur les ondes de 100,7, le Dr. Alain Origer, aux annonces de vendredi dernier concernant l'usage du cannabis. «C'est un premier pas dans la bonne direction, mais ça ne doit pas être le dernier», estime le coordinateur national drogues auprès du ministère de la Santé. Et d’appeler à ne pas perdre de vue l'objectif ultime : la légalisation du cannabis récréatif.


La carotte, le bâton et... le cannabis
Malin : si le gouvernement luxembourgeois a ouvert la porte au cannabis récréatif, il a aussitôt enveloppé le tout d'un nuage de mesures sur l'usage des stupéfiants. Un éventail de préventif et répressif lui permettant d'éviter bien des critiques.

Si le projet a démarré rapidement «à la vitesse d'une Ferrari», Alain Origer reconnaît que cette course s'est ralentie ces derniers temps, notamment à «cause de la pandémie». Pour mémoire, le gouvernement a repoussé à plusieurs reprises son projet de dépénalisation du cannabis promis pourtant dans l'accord de coalition 2018-2023. 

Vendredi dernier, les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure ont annoncé, que chaque ménage luxembourgeois pourra disposer de quatre plants de cannabis «pour un usage personnel».


"Reggae Ron" looks over the marijuana plants growing inside his new greenhouse at his home Ukiah, Calif., Thursday July 26, 2001.  "Ron" received a check for $2,500 from his insurance company for the loss of five plants from his backyard.  With the insurance money he built a new locked greenhouse in his backyard.  Insurance companies have reimbursed about a dozen policyholders whose backyard medical marijuana crops were stolen by thieves or confiscated by police. But just as medical marijuana was beginning to gain acceptance as insurable property, the Supreme Court's recent ruling in an Oakland, Calif., case has cast doubt on the future of such payments.  (AP Photo/Eric Risberg)
Trois millions d'euros de cannabis médicinal commandés
Face à plusieurs problèmes d'approvisionnement, la direction de la Santé vient de trouver un nouveau fournisseur. La société allemande Tilray a été retenue.

L'autorisation de disposer de quatre plants de cannabis chez soi ne constitue pas «un coup décisif pour lutter contre la criminalité liée à la drogue», a réagi Alain Origer. La mesure annoncée vendredi dernier par les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure serait davantage «une mesure favorable au consommateur pour ne plus être à 100% dépendant du marché noir».

Si le cannabis reste la substance la plus consommée au monde et au Luxembourg selon Alain Origer, chaque pas en faveur de la légalisation doit permettre de «gagner en crédibilité auprès de la jeunesse». Selon le médecin, il faut «mettre fin à ce tabou et dépolitiser le sujet».

Si la volonté du Luxembourg d'avancer dans la dépénalisation du cannabis est mal perçue par ses pays voisins, Alain Origer qualifie leurs pressions exercées sur le gouvernement «de bonne guerre». Si la ministre de la Justice a indiqué, vendredi dernier, que d'autres mesures seraient prises d'ici la fin de la mandature, en 2023, Alain Origer ne s'est pas exprimé sur un calendrier et la nature des choix à venir. 


Joseph Oliver, CEO of British-based cannabidiol firm LDN CBD, poses  outside Chelsea Health store  in London on August 16, 2021. - Britain's legal cannabis market has boomed during the coronavirus pandemic to become the second biggest after the United States, as consumers rushed to alleviate Covid-linked symptoms, industry experts say. (Photo by ADRIAN DENNIS / AFP) / TO GO WITH AFP STORY JEAN-BAPTISTE OUBRIER
Au Royaume-Uni, le marché du cannabis légal pousse bien
Malgré de strictes contraintes encadrant la culture des plants, Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord constituent désormais le deuxième marché au monde. La pandémie covid ayant influencé à la hausse la vente de produits CBD.

«Une évaluation des mesures sera faite dans deux ans», a toutefois indiqué Alain Origer. Le coordinateur national drogues s'est dit avant tout favorable à un «consensus au niveau européen» sur la légalisation du cannabis. Malte a déjà fait savoir qu'il y réfléchissait.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Malin : si le gouvernement luxembourgeois a ouvert la porte au cannabis récréatif, il a aussitôt enveloppé le tout d'un nuage de mesures sur l'usage des stupéfiants. Un éventail de préventif et répressif lui permettant d'éviter bien des critiques.
Une première en Europe! Les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure ont annoncé, vendredi matin, que chaque ménage luxembourgeois pourra disposer de quatre plants de cannabis.
Attendu depuis le début de la législature mais relégué au second plan en raison de la pandémie, le projet de loi permettant la consommation récréative de chanvre devrait être déposé «en octobre», assure vendredi la ministre de la Justice.
Illustration Cannabis, Legalisation, Hanf, THC, CBD, 420, Joint, Marihuana, Ganja, Weed, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le Luxembourg a fait un pas mardi vers la légalisation du cannabis à usage thérapeutique, avec l'annonce de la mise en place d'un dispositif pilote de deux ans.
Des traces de cannabinoïdes synthétiques ont été retrouvées au Luxembourg dans un échantillon d'herbe de cannabis. Plus puissantes que les cannabinoïdes naturels, ces molécules de synthèse ont déjà été associées à des cas de décès à l'étranger, indique le ministère.
En 2016, une étude révèlait que 18% des jeunes Luxembourgeois âgés de 15 ans avait déjà essayé le cannabis.