Changer d'édition

«Il faut harmoniser la mobilité frontalière du Benelux»
Luxembourg 2 min. 17.06.2019

«Il faut harmoniser la mobilité frontalière du Benelux»

«Il faut harmoniser la mobilité frontalière du Benelux»

Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 17.06.2019

«Il faut harmoniser la mobilité frontalière du Benelux»

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
La gratuité des transports entre la Belgique et le Luxembourg a été abordée lors du conseil du Parlement Benelux ce weekend: mais rien de concret pour l'heure, explique Gusty Graas, son président.

Depuis le 1er janvier dernier, le Parlement Benelux est présidé par le Luxembourg, en la personne du député libéral, Gusty Graas. Lors du dernier conseil, les 49 élus des trois pays que sont le Grand-Duché, la Belgique et les Pays-Bas, ont adopté une recommandation visant à rendre les transports publics gratuits entre la Belgique et le Luxembourg. Gusty Graas apporte quelques explications.

Quel était l'objet de cette session de deux jours du Parlement Benelux à la Chambre des députés, les 14 et 15 juin?

Gusty Graas (DP): «Le conseil qui a eu lieu durant ce weekend portait sur la mobilité du travail dans le Benelux. Actuellement, un nombre restreint de travailleurs frontaliers sont actifs dans cette zone: on estime chaque année que 44.000 Belges travaillent au Luxembourg, 32.000 aux Pays-Bas, 12.000 Néerlandais en Belgique et un très petit nombre de Luxembourgeois aux Pays-Bas et en Belgique. Ce sont donc chaque année 80.000 travailleurs frontaliers environ; il y a un important potentiel de croissance pour la mobilité transfrontalière.

Mais à l'heure actuelle, de nombreux problèmes persistent entre les pays. Nous voulions donc que nos gouvernements respectifs soient attentifs à ces difficultés du quotidien des travailleurs frontaliers.

Quels problèmes ont été abordés?

Les frontaliers ne sont pas toujours dûment informés des conséquences administratives et juridiques de leur travail: il n'y a pas de statut uniforme pour les stages et les études transfrontaliers par exemple, ni de cadre juridique global pour la mobilité.

Nous voyons aussi des problèmes administratifs conséquents, relatifs par exemple aux pensions entre les trois pays ou encore au remboursement des frais médicaux. La lutte contre la fraude sociale et fiscale a également été à l'ordre du jour.

Le Parlement a ainsi émis une liste de 20 recommandations aux gouvernements belge, luxembourgeois et néerlandais; dont celle des transports gratuits entre la Belgique et le Luxembourg...

C'est exact, cette recommandation n'était pas la principale, mais elle en faisait partie. Nous voulons harmoniser la mobilité frontalière du Benelux. Pour cela, nous avons soumis l'idée d'étudier comment le système luxembourgeois de transports en commun gratuits - à compter du 1er mars 2020, ndlr - pourrait avoir une place dans la politique transfrontalière en matière de mobilité du travail entre le Luxembourg et la Belgique.


Lokales, 1 Jahr Tram, Mobilität,Kirchberg. Foto: Gerry Huberty
Transports gratuits au Luxembourg: les réponses aux questions
La gratuité des transports est sans conteste l'une des mesures phares du gouvernement Bettel pour cette coalition 2018-2023. Le Luxembourg est en effet le premier pays à introduire une telle mesure à l'échelle nationale. Quelles en sont les modalités? Réponses.

Mais il n'y a encore rien de concret derrière ces propositions. Ce n'est qu'une étude que nous souhaiterions voir se réaliser. Le Parlement Benelux ne crée pas les lois. C'est aux comités des trois pays concernés de prendre les décisions définitives, après lecture de nos recommandations.»


Sur le même sujet

Le Luxembourg attire les frontaliers français
Le nombre de résidents de la région Grand Est travaillant au Grand-Duché a doublé entre 1999 et 2015, selon une étude de l'Insee publiée mardi. Le pays devance de loin l'Allemagne, la Suisse et la Belgique.
Transports gratuits au Luxembourg: les réponses aux questions
La gratuité des transports est sans conteste l'une des mesures phares du gouvernement Bettel pour cette coalition 2018-2023. Le Luxembourg est en effet le premier pays à introduire une telle mesure à l'échelle nationale. Quelles en sont les modalités? Réponses.
Lokales, 1 Jahr Tram, Mobilität,Kirchberg. Foto: Gerry Huberty
Les entreprises luxembourgeoises s'inquiètent de la mobilité
L’amélioration des trajets des salariés du Luxembourg «doit être une priorité», prévient Michèle Detaille, vice-présidente de l’organisation patronale de l’industrie la Fedil. Un débat sur la mobilité transfrontalière mardi soir a révélé les tensions à ce sujet.
Des travaux sur l'E411 entre Arlon et la frontière luxembourgeoise provoquent des embouteillages monstres.
Marc Spautz: «On a l'impression que le français n'intéresse plus beaucoup de jeunes»
Membre du CSV depuis 1981, président national du parti depuis 2014, Marc Spautz n'a qu'un objectif pour le mois d'octobre prochain: le retour du parti chrétien-social. Ancien secrétaire général du LCGB, il estime que la politique sociale manque de gens de terrain. Il nous livre son point de vue sur le plurilinguisme, le chômage des frontaliers, et sa vision des législatives à venir.
Face aux députés, Interview Marc Spautz CSV, le 25 Juin 2018. Photo: Chris Karaba
Le Luxembourg ne financera pas l'A31 bis
Si l'A31 bis a bien été validée par l'Etat français il y a quelques mois, se pose la question de l'investissement. Le Luxembourg est-il prêt à cofinancer ce projet de plus d'1.4 milliard d'euros? Il semblerait bien que non.
A31 Metz Thionville Luxembourg, Peage, Foto Lex Kleren
Autoroute Arlon-Luxembourg: L'A6 ne sera que partiellement élargie
47.744 véhicules passent en moyenne la frontière belge sur l'A6 et 91.959 véhicules empruntent quotidiennement cette autoroute entre la Croix de Cessange et la Croix de Gasperich. Le Luxembourg prévoit d'élargir le tronçon le plus fréquenté de l'A6 à 2x3 voies et, avec la Wallonie, de mettre en place 3 mesures.