Changer d'édition

«Il est grand temps d'agir» contre les emballages plastiques
Luxembourg 3 min. 06.02.2019 Cet article est archivé

«Il est grand temps d'agir» contre les emballages plastiques

Au Luxembourg, 18.000 tonnes de déchets sont incinérés chaque année parce qu'ils ne sont pas recyclés. Pour les pétitionnaires à l'origine de la pétition 1107, c'est un argument qui doit conduire à changer de système dans la lutte contre les déchets plastiques.

«Il est grand temps d'agir» contre les emballages plastiques

Au Luxembourg, 18.000 tonnes de déchets sont incinérés chaque année parce qu'ils ne sont pas recyclés. Pour les pétitionnaires à l'origine de la pétition 1107, c'est un argument qui doit conduire à changer de système dans la lutte contre les déchets plastiques.
Photo: Alexander Heinl/DPA
Luxembourg 3 min. 06.02.2019 Cet article est archivé

«Il est grand temps d'agir» contre les emballages plastiques

Les initiateurs de la pétition 1107 appellent à intensifier la lutte contre les déchets plastiques au Luxembourg. ce mercredi, ils ont été autorisés à défendre leur point de vue en audience publique à la Chambre des députés.

La lutte contre les déchets plastiques était à l'ordre du jour de la Chambre des députés ce mercredi. Au micro, les lanceurs de la pétition 1107, qui exigent une réduction des emballages plastiques à l'échelle du pays. La pétition avait tout de même été signée par 4.979 citoyens.

Nous devons renverser la chaîne de recyclage. Pourquoi laissons-nous aux vendeurs et aux producteurs le choix de décider de recycler ou non ?

L'initiateur de la demande, Paul Philippe, a débuté son discours par une anecdote: «Ma femme a posté une photo de légumes emballés dans du plastique sur les réseaux sociaux qui a créé du remue-ménage».


Les anti-plastique face aux élus
Ils vont tout faire pour convaincre ministres et députés qu'il faut en finir avec les emballages plastiques: les auteurs de la pétition 1107 sont à la Chambre ce mercredi matin.

Un gros succès

Outre la pétition sur change.org, qui a entre-temps permis de collecter 16.000 signatures, le groupe a mis au pied du mur tous les grandes enseignes alimentaires au Luxembourg et leur a demandé ce qu'ils pensaient entreprendre pour réduire leurs emballages plastiques. «Malheureusement, dit Philippe, très peu de supermarchés ont répondu à notre demande».

Du coup, le groupe a décidé de porter sa demande à un autre niveau officiel. D'où l'audience publique qui s'est tenue ce mercredi au parlement.

Philippe aspire à un changement de paradigme dans la lutte contre les déchets plastiques. «Nous devons renverser la chaîne de recyclage. Pourquoi laissons-nous aux vendeurs et aux producteurs le choix de décider de recycler ou non ?», interroge-t-il.

Photo: Shutterstock

Aux yeux de sa compagne Valeria Ortiz-Palafox, un changement fondamental est également nécessaire si l'on veut gagner la lutte contre les déchets plastiques. «Le choix est beaucoup trop restreint pour les clients qui veulent se passer du plastique. Nous devons agir maintenant, également par respect pour les générations futures», a-t-elle averti.

Consensus

Personne dans les rangs des députés n'a contredit les préoccupations des requérants. Pour David Wagner (Déi Lénk), le débat sur la pollution plastique doit aller beaucoup plus loin encore: «Nous avons besoin d'un changement sociétal. Une réduction du temps de travail entraînerait une réduction de la consommation de plastique», déclare le député de gauche. Il propose une taxe sur la consommation de plastique ou un avertissement sur tous les emballages en plastique pour indiquer qu'ils sont nocifs pour l'environnement.

Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour faire du Luxembourg un pays avec "zéro déchet"

François Benoy (Les Verts), président de la commission parlementaire de l'Environnement demande aux pétitionnaires : «Pensez-vous que la société est prête au changement ?» À nos yeux, les gens sont plus que disposés à se passer du plastique. Mais on a besoin du soutien des politiciens»,  déclare Elsa Luna Luna.

Eugène Berger (DP) est quelque peu sceptique quant à la capacité d'action des supermarchés luxembourgeois dans la lutte contre les déchets plastiques : «De nombreux produits sont emballés dans du plastique à l'étranger, de sorte que les supermarchés du Luxembourg sont plutôt impuissants». Conclusions que les pétitionnaires n'ont pas acceptées.

La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Les Verts) a également apporté son soutien aux pétitionnaires dans la lutte contre les déchets plastiques. «Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour faire du Luxembourg un pays avec "zéro déchet"», a déclaré la ministre de l'Environnement. Dieschbourg a également parlé d'une «situation d'urgence» et a présenté plusieurs projets qui ont été développés ces derniers mois pour réduire la consommation de plastique.

Patrick Besch - Traduction: Maurice Fick


Sur le même sujet

Les anti-plastique face aux élus
Ils vont tout faire pour convaincre ministres et députés qu'il faut en finir avec les emballages plastiques: les auteurs de la pétition 1107 sont à la Chambre ce mercredi matin.