Changer d'édition

Icône sort de terre, Belval grandit encore
Luxembourg 4 5 min. 28.05.2020

Icône sort de terre, Belval grandit encore

Chaque étage sera modulable entre petits et grands plateaux.

Icône sort de terre, Belval grandit encore

Chaque étage sera modulable entre petits et grands plateaux.
Illustration : Besix Red
Luxembourg 4 5 min. 28.05.2020

Icône sort de terre, Belval grandit encore

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les premiers coups de pioche viennent d'être donnés pour un nouvel immeuble de bureaux dans le quartier d'Esch. Secteur qui compte déjà 18.000 utilisateurs au quotidien (étudiants, employés, chercheurs, universitaires) et près de 3.300 habitants.

A peine le gouvernement avait-il sifflé la reprise des chantiers que le promoteur Besix Red soufflait un grand coup. Son projet Icône allait pouvoir démarrer dans les temps. «Avec cet immeuble de 17.300 m2 nous allons venir finaliser l'aménagement de la zone historique de Belval», savoure d'avance Geoffroy Bertrand, directeur général de Besix Luxembourg. Ainsi, la construction vient se nicher juste au pied de l'emblématique "tour rouge" du quartier qui abritait, en son temps, la banque Dexia. 

30 mois: tel devrait être le délai pour ériger ce bâtiment signé du cabinet d'architecture Foster + Partners. Et Geoffroy Bertrand se veut confiant sur ce délai pourtant négocié avant la crise du covid-19 et les nouvelles contraintes imposées au secteur de la construction. «Je ne pense que l'impact du risque sanitaire se fera ressentir sur la méthodologie du chantier, mais pas tellement sur le timing de réalisation. En ce mois de mai, nous démarrons par une longue phase d'excavation; un chantier lourd qui nécessitera plutôt le travail d'engins que d'hommes à proximité les uns des autres.» En espérant donc qu'à l'approche de la livraison en 2022, et des finitions où les équipes se multiplieront dans les étages, les règles de sécurité se soient quelque peu allégées...

Pour l'heure, Besix Red s'attache à vendre son bâtiment. Ou plutôt le vanter, pour le louer. Car l'ensemble des quatre étages aériens sont destinés à la location. Un espace conçu par plateaux de 3.000 m2 entièrement modulables selon les besoins exprimés par les clients qui se présenteront. «Nous pourrons aller d'une société à huit sur un même étage, note le directeur. Mais dans l'ensemble, le concept d'Icône est d'être assez généreux sur les espaces. On y travaille, on y respire, on s'y sent bien.» D'où l'importance de cette façade vitrée qui laisse largement entrer la lumière, ces grandes aires de circulation, de rencontres en dehors même des bureaux.

Geoffroy Bertrand parle même d'un «bâtiment post-covid» en évoquant le nouveau-né. En ce sens que la distanciation sociale, la nouvelle ampleur du télétravail, du coworking ou du nomadisme qui va s'imposer dans notre quotidien bouleversera forcément nos modes de travail. Aussi, «patrons et salariés vont vouloir réinventer l'espace, sortir du tout cloisonné ou des open-spaces. Donc disposer de lieux ouverts qui peuvent se muer en lieux de réunions ou tête-à-tête professionnel ou informel sera l'un des atouts de cette construction». Sans compter que l'immeuble abritera 800 m2 de commerces et restaurants pour ajouter à la convivialité.

S'il en est un qui voit aussi d'un bon œil débuter la construction d'Icône, c'est bien Robert Kocian. Le directeur marketing et développement d'Agora, la structure chargée de veiller à l'aménagement du "nouveau" quartier de Belval.  Avec ce bâtiment supplémentaire, la partie dite "Terrasse des Hauts-Fourneaux" achève presque son agencement. «Sur ce site, l’Etat complète son dispositif dédié à la recherche et au développement alors que les deux Maisons des Laboratoires I et II sont achevées. Sur ces deux bâtiments, nous en sommes à la phase des travaux d'aménagement intérieur.» La dernière pièce attendue à ce puzzle étant l'ouverture de la tour Omnia Tower , du résidentiel cette fois signé IKO.

Et Robert Kocian d'être aussi impatient des prochaines pousses, côté «Square Mile» cette fois. «Les Capelli Towers (à dominante résidentielle) et Southlane II sont en voie d’achèvement», indique le directeur. Tout comme les ouvriers s'activent déjà sur les bâtiments Moiré (bureaux) ou Twenty 8 (mixte). Ce dernier devant accueillir les futurs bureaux du syndicat LCGB, avait-on appris en février dernier. 

Toujours pour le «Square Mile», trois autres projets sont encore dans les cartons, mais prêts à partir. Il s'agit des bâtiments (à usage mixte) Twist (mixte), Manhattan (mixte) ou encore d'un projet résidentiel porté par Tralux Immobilier. Autant dire que le quartier qui compte déjà 250 entreprises, institutions et commerces et quelque 3.300 habitants reste loin d'avoir achevé sa croissance

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La sécurité devra se payer dans la construction
Les nouvelles mesures imposées aux personnels sur les chantiers se payent cash par les entrepreneurs qui n'avaient pas prévu ces frais dans leur devis. Mais au-delà de cette difficulté, le secteur craint pour les délais à tenir et la chute des commandes.
Wirtschaft, Baustellen offen nach Krise, Corona, Covis-19, Stadium, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Un nouvel outil de travail pour les Archives nationales
Les ANLux déménageront dans quatre ans dans un bâtiment flambant neuf sur le site de Belval. Le projet, qui fait la part belle aux énergies renouvelables, a été présenté ce jeudi. Les travaux débuteront au second semestre 2021.
Le Belval Plaza change de mains
6,5 millions: ce n'est pas le montant de la transaction mais le nombre de visiteurs passant chaque année par la galerie commerciale, à Esch-sur-Alzette. Firce Capital vient de racheter le lieu.
Illustration Galerie Belval Plaza - Photo : Pierre Matge