Changer d'édition

Huit mois d'attente pour une mammographie
Luxembourg 2 min. 14.02.2020

Huit mois d'attente pour une mammographie

Actuellement, 18 radiologues effectuent des actes d'imagerie mammaire au Luxembourg.

Huit mois d'attente pour une mammographie

Actuellement, 18 radiologues effectuent des actes d'imagerie mammaire au Luxembourg.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 14.02.2020

Huit mois d'attente pour une mammographie

Maurice FICK
Maurice FICK
En fonction du type de dépistage, une femme pourra attendre de une semaine à huit mois au Luxembourg pour une mammographie. Les délais sont très longs en dehors du programme de dépistage organisé. Mais pour les cas urgents, le délai est beaucoup plus rapide.

Davantage «soumis à des facteurs de risques», le mode de vie masculin est plus exposé au cancer et c'est, de loin, le cancer du poumon le plus meurtrier. S'il est aussi le deuxième cancer le plus virulent chez les femmes, c'est bien le cancer du sein qui est à l'origine du plus grand nombre de décès au Grand-Duché.


Breast cancer awareness. Woman in pink bra holding a pink ribbon, a reminder of the importance of breast examination in healthcare and medicine, to maintain and sustain a cancer-free, healthy lifestyle.
Les décès causés par le cancer à la hausse
La Direction de la santé a publié ses derniers résultats sur les principales causes de mortalité au Grand-Duché. Malgré une légère baisse, les maladies cardiovasculaires restent la cause principale alors que le cancer chez les femmes progresse.

Dans un contexte global luxembourgeois de décès causé par les cancers en hausse, la prise de rendez-vous pour réaliser une mammographie constitue cependant «un véritable parcours du combattant avec des délais d'attente de plus en plus longs», avance Martine Hansen, députée CSV, dans sa question parlementaire adressée à la ministre de la Santé (LSAP), Paulette Lenert.

La nouvelle ministre, remplaçant Etienne Schneider depuis début février, se garde bien de confirmer l'information mais confesse effectivement de longs délais pour les femmes concernées. Ils sont «d'une semaine à deux mois pour une mammographie de dépistage dans le cadre du programme organisé et de deux à huit mois pour une mammographie de diagnostic ou de dépistage en dehors du programme de dépistage organisé».

Délai d'une semaine pour les cas urgents

Mais pas d'inquiétude, tous les centres d'imagerie «peuvent recevoir les femmes dans la semaine pour un examen urgent», sur demande du médecin demandeur au médecin radiologue responsable, assure la ministre.

Quant aux mesures concrètes envisagées pour remédier rapidement à cette situation, la ministre assure que les délais, leur suivi et leur vérification font l'objet d'enregistrements systématiques comme stipulé dans un audit de 2018 réalisé sur la «Roadmap sein 2012-2015». 

Paulette Lenert se veut également rassurante en avançant que «la mise en place à moyen terme, d'un réseau de compétence pour les cancers concernés, dont le cancer du sein, constituera un maillon supplémentaire dans la prise en charge des patients». La loi du 8 mars 2018 relative aux établissements hospitaliers prévoit des réseaux de compétences.

 La ministre de la Santé assure aussi que l'organisation interne des services d'imagerie des établissements hospitaliers «a été adaptée afin de réduire sensiblement les délais de rendez-vous pour les mammographies de dépistage, avec des délais actuels d'une semaine à 2 mois pour les rendez-vous», suite aux recommandations du Conseil scientifique du domaine de la santé publiées en 2018.


Sur le même sujet

Le directeur médical du Chem claque la porte
Claude Birgen numéro deux du Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) a annoncé avec fracas son départ lors d'une réunion du conseil d'administration lundi 10 février. La raison de cette démission serait un désaccord avec le directeur général au sujet de la planification du «Südspidol».
CHEM - Centre Hospitalier Emil Mayrisch - Hôpital Princesse Marie-Astrid - Niederkorn -  - 08/01/2019 - photo: claude piscitelli
Le mode de vie masculin plus exposé au cancer
Près de 1.100 personnes meurent d'un cancer au Luxembourg chaque année. Les hommes sont plus touchés que les femmes car ils sont «plus soumis à des facteurs de risques», explique la directrice de la Fondation cancer. Mais le facteur de risque le plus important reste l'âge.
Les anesthésistes en nombre suffisant
L’anesthésiologie a le vent en poupe. Cette spécialité apparaît en effet comme la deuxième choisie par les médecins et plus d’une centaine sont enregistrés par le ministère qui ne craint pas d’insuffisance dans ce secteur.
Les décès causés par le cancer à la hausse
La Direction de la santé a publié ses derniers résultats sur les principales causes de mortalité au Grand-Duché. Malgré une légère baisse, les maladies cardiovasculaires restent la cause principale alors que le cancer chez les femmes progresse.
Breast cancer awareness. Woman in pink bra holding a pink ribbon, a reminder of the importance of breast examination in healthcare and medicine, to maintain and sustain a cancer-free, healthy lifestyle.